En un mot : Machettes contre spéculateurs fonciers

11
Dramane Aliou Koné
Dramane Aliou Koné

Les conflits foncierssont en train de prendre des tournures inquiétantes dans notre pays. Face à la mainmise des riches spéculateurs fonciers sur l’appareil judiciaire, les populations des villages du cercle de Kati s’organisent comme elles peuvent contre les envahisseurs. Il nous est revenu que des comités de veille, avec des jeunes armés jusqu’aux dents avec des armes blanches principalement des machettes, sont créés un peu partout.

Et comme pour mettre en garde les juges, ils ont envahi la semaine dernière le Tribunal de première instance de la Commune IIIà l’occasion d’un procès opposant des villages à une certaine Mme Séméga dont le titre englobe la maison du chef du village, le cimetière et les lieux de culte.

Pris de peur, les juges ont reporté l’audience au 19 novembre 2015, qui a été déclaré journée de grande mobilisation contre la spéculation foncière. En tout cas,les populations ne veulent plus se laisser déposséder et ne reculeraient devant rien pour protéger leurs terres.Quitte à verser leur sang.

DAK

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. Bjr 12K pour ta réaction si précieuse pour moi.

    Comme vous l’avez si bien remarqué, nos idées se rejoignent heureusement. En plus comme vous, je suis aussi fils de paysan donc venu du village.

    J’ai bien noté votre adresse mail et j’espère que ce sera le début d’échanges fructueuses afin d’impulser une prise de conscience (par la voie d’une association) de manière pacifique concrète. Car tout le monde sait que ça ne va pas et personne fait rien. Il le faut car comme vous me dites, je ne suis pas très âgé moi aussi, j’ai la quarantaine mais j’avoue qu’il y a 20 ans le malien n’était pas celui que nous connaissons aujourd’hui. Pour le savoir, allez faire un tour à l’école, dans la circulation, dans le services, dans les villages etc.

    Si dieu le veut bien, je vous décrirai le malien d’aujourd’hui de l’enseignant à l’élève, du paysan au fonctionnaire, des agents de la circulations aux usagers de la route, des autorités administratives aux administrés, du juge à l’avocat…

    Encore une fois merci et te souhaite beaucoup de chance et de succès. Que dieu te donne ce que tu cherches et fasse que tu revienne nous trouver en bonne santé.

  2. badjne et quand les juges rendent des décisions pour de l argent ou les fesses qu’ en dis tu? soyons honnête ce n est pour rien que chaque qu’il ya article sur les juges les réactions sont nombreuses. la justice est pourrie au mali. C est ils finissent très mal. voyez bien les familles des anciens magistrats c est assez parlant. No commet. dieu est grand. on paie tout ce qu’ on fait de bien ou de mal. ils savent bien leur sort.

  3. Rasta je suis tout à fait d’accord avec toi, moi aussi je suis dans les mêmes cas, et j’en connaît beaucoup de personnes qui sont victimes de ses paysans , avec la complicité du préfet de Kati . Qui d’ailleurs est le premier responsable. De tout ses désordres .

  4. Les soit disant paysans dans le cercle de Kati sont les premiers spéculateurs foncier . Je sais de quoi je parle, ils font des morcèlement en violant toutes les règles de lotissement . Ne disposant aucun document de propriété , et en tenant pas compte du schémas . J’ai acheté une parcelle d’habitat avec eux . C’est après que j’ai su que le morcellement était illégal . Et beaucoup de personne sont dans les mêmes conditions .que moi. Par fini je suis obligé de renoncer .

  5. Mr le journaliste, il ne faut pas encourager les villageois à prendre des machettes pour défendre leur droit ou assiéger un tribunal. Tu es entrain de faire une incitation à la violence et une haine aveugle à l’égard des magistrats. Cela est un crime puni par les textes de la République. Je te conseille de ne pas faire une telle publication qui n’honore pas le Mali. Faisons confiance en notre Justice. Ce n’est pas avec les machettes que l’on peut détourner les magistrat à faire légalement leur mission qui est celle de dire le Droit en toute indépendance et toute souveraineté. A bon entendeur, salut.

  6. Pour mettre fin à ces spéculations foncières, il faut sanctionner les spéculateurs et les acteurs impliqués avec la dernière rigueur. C’est à ce seul prix que les spéculateurs seraient hors d’état de nuire dans notre pays.

  7. Ayons souvent le courage de dire la vérité pour partir de bon pied!
    La source de la majorité de ces problèmes fonciers ce sont les villageois eux même.
    Quasiment tous les villages proches de Bamako ou de nos zones urbaines sont empiétées dans des scandales fonciers. L’argent devenu roi, là où les noix de colas trouvaient la terre dans la tradition certains villageois véreux (qui savent à peine lire à fortiori comprendre le sens texte de droit) en ont fait leur fond de commerce croyant ainsi à la fin de leur pauvreté . Ç’a été un bradage incontrôlé des terres sinon comment la vente de des lieux de culte ou de portée historique

    • Bjr 12K,

      Vous dites : L’argent devenu roi, là où les noix de colas trouvaient la terre dans la tradition certains villageois véreux (qui savent à peine lire à fortiori comprendre le sens texte de droit) en ont fait leur fond de commerce croyant ainsi à la fin de leur pauvreté.

      justement, c’est parce que ces villageois ne savent pas lire, ne comprennent pas le sens des textes de droits que des agents de l’État véreux les ont spoliés de leurs terres qui sont la seul source de richesse de subsistance pour eux en leur disant si vous ne vendez pas vos terres, Bamako va agrandir et vous les perdrez gratuitement.

      Bref, on s’est servit de leur ignorance pour les déposséder de leurs terres. Ils sont victimes du système mis en place par ces prédateurs terriens (géomètres, agents des services des domaines, avocats, huissiers, notaires, magistrats, intermédiaires ou coksaires) sans scrupules.

      La seule richesse pour un paysan, c’est d’avoir une terre de production, du grain dans le grenier, de la volaille dans la cour, des arbres de cueillette (carité, néré, baobab etc) et non des millions pour acheter des motos, marier des femmes bref faire la belle vie.

      C’est un peu le même système mise en place par la CMDT et la BNDA sur le dos de nos pauvres parents paysans. Au moment des cultures, la CMDT endette les paysans avec des engrais, semences et autres, la BNDA les donnent des motos (yamaha 100 japon) à crédit a des prix exorbitants. Lors de la récolte, ces deux structures se pointent pour tendre la mains à ces pauvres qui après la vente de leur récolte se retrouve la main vide après le rembourse des dettes à la CMDT et la BNDA.

      Si quelque rares fois, le paysan parvient à avoir quelque sommes après le payement de ses dettes, il n’avait personne pour le conseiller à investir cet argent dans un projet porteur.

      En conclusion, au Mali, ceux qui sont instruits se sont toujours servi des illettrés pour s’enrichir en vivant sur leur dos. Ceci est valable pour les lettrés qui ont été à l’école française et ceux qui ont été à l’école arabe. Les premiers parce qu’occupant un certain poste de l’administration (gendarme, eaux et forêt, chef d’arrondissement etc) soutirent de l’argent aux paysans qu’ils sont sensés être des lanternes pour éclairer leur chemin.

      Quant aux seconds, parce qu’ayant appris quelques versets du noble coran, s’adonnent à des pratiques qui n’ont rien a voir avec la religion musulman. Eux, sous le manteau de marabout prétendant avoir des miracles pour trouver des solutions à tous les problèmes ont installé une forme d’arnaque des pauvres illettrés au lieu de leur dire que Seul Dieu peut…

      La CMDT n’a pas pu encadrer

      • Bonjour Malico,
        mes propos n’étaient nullement de jeter nos paysans à la pâture juste qu’il faut reconnaitre qu’il y a une part d’avidité de leur part dans cette situation de chaos généralisé sur le foncier.
        comme évoquez ci dessus les paysans n’ont besoin que de terre pour produire, ceci a été bien compris par nos ancêtres malgré leur illettrisme , ils n’ont pas braqué les terre ils les ont conservées jusqu’à notre génération. Voilà ces dix dernières années comme magie je ne sais quoi aucun village n’a quasiment plus de terre, tel est le cas dans mon village, les bornes ont été mises partout, vous comprenez vendu à quelqu’un.
        Malico, ,je suis peut être jeune et en immigration mais je me rappelle bien, même nous natifs du village quand on voulait faire un petit forage avec tout le financement en poche pour faire passer l’idée du projet et avoir l’adhésion du village cela relevait du miracle tellement qu’il y avait des réunions des conseils à n’en pas finir. Et si ce n’est la volonté divine le dit projet tombait dans l’eau. Connaissant cette ténacité de nos populations rurales mais comment peut – on comprendre qu’à l’espace d’une decenie on a pu spolier toutes les terres et de surcroit agricoles.
        voilà Malico, encore peut être mon jeune âge peut faire perdre certaines réalités. En tout cas on se rejoigne dans cette passion du Faso Maliba, que Dieu nous assiste!
        je constacte que vous devez dans le domaine foncier si vous tente des échanges vous pouvez m’écrire à bountena@yahoo.fr
        Bien à vous

        • Bjr 12K pour ta réaction si précieuse pour moi.

          Comme vous l’avez si bien remarqué, nos idées se rejoignent heureusement. En plus comme vous, je suis aussi fils de paysan donc venu du village.

          J’ai bien noté votre adresse mail et j’espère que ce sera le début d’échanges fructueuses afin d’impulser une prise de conscience (par la voie d’une association) de manière pacifique concrète. Car tout le monde sait que ça ne va pas et personne fait rien. Il le faut car comme vous me dites, je ne suis pas très âgé moi aussi, j’ai la quarantaine mais j’avoue qu’il y a 20 ans le malien n’était pas celui que nous connaissons aujourd’hui. Pour le savoir, allez faire un tour à l’école, dans la circulation, dans le services, dans les villages etc.

          Si dieu le veut bien, je vous décrirai le malien d’aujourd’hui de l’enseignant à l’élève, du paysan au fonctionnaire, des agents de la circulations aux usagers de la route, des autorités administratives aux administrés, du juge à l’avocat…

          Encore une fois merci et te souhaite beaucoup de chance et de succès. Que dieu te donne ce que tu cherches et fasse que tu revienne nous trouver en bonne santé.

Comments are closed.