Fuite des sujets du DEF 2011 : Le peuple malien attend des sanctions !

0

L’examen du Diplôme d’Etude Fondamentale (DEF) a été marqué cette année par une fuite spectaculaire de sujets. Les auteurs de cette trahison qui se trouveraient au ministère même de l’éducation même ne sont pas encore identifiés et encore moins sanctionnés. Et pourtant, les maliens s’impatientent de savoir qui sont ces « tueurs » d’un système éducatif déjà agonisant et quel sort leur serait réservé ?

« Des corrigés des sujets du DEF en vente chez des vendeuses d’eau fraîche ! » Le DEF 2011 a été tout simplement saboté. Par qui ? Pour quelle raison ?

Au lendemain de la découverte de cette fuite spectaculaire, le Ministre de l’Education, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, Pr Salikou Sanogo et son Directeur National des Examens et Concours avaient promis aux maliens une enquête afin d’identifier les auteurs et les sanctionner selon la rigueur de la loi. Depuis, silence olympien. On n’en parle plus. Les résultats viennent d’être proclamés et aucune allusion n’a été faite à cette fraude qui est semblable à une trahison nationale.

Le Ministre Salikou Sanogo joue sa crédibilité dans cette affaire. Car tout le monde sait que les auteurs de cette trahison ne peuvent qu’être au sein du ministère même ou au moins les complices. En tous cas, des cadres du ministère sont directement ou indirectement impliqués dans cette fuite de sujets. Puisque c’est de là-bas que les sujets sont choisis. S’il y a donc fuite, il faut chercher les raisons auprès de ceux qui ont choisi les sujets, de ceux qui les ont saisi, de ceux qui les ont mis dans les enveloppes ; bref au niveau de la chaîne depuis le ministère à ses démembrements à l’intérieur du pays.

Les maliens ne comprennent donc pas pourquoi rien à filtrer encore de l’enquête qui avait été ouverte, à en croire le Ministre Sanogo ? Ou bien l’histoire d’enquête était une farce pour calmer les maliens ? Comment peut-on comprendre qu’un acte aussi gravissime que de saboter un examen national où l’avenir de milliers d’enfants est en jeu et que les auteurs de ce forfait ne soient pas très vite identifiés et punis avec la dernière rigueur pour dissuader toute autre personne à entreprendre un acte pareil ?

Le professeur Salikou a intérêt à tirer cette affaire au clair d’autant plus que lui-même tout comme son Directeur des Examens et Concours sont d’emblée responsables. Donc, s’ils sont incapables de livrer au peuple malien les coupables, qu’ils tirent eux-mêmes les conséquences et rendre le tablier.

L’influence de cet acte sur l’éducation des enfants est quand même énorme. Car ils ont appris que leurs parents mêmes qui choisissent les sujets sont capables de les vendre à de vils prix. Et dans les têtes de ces enfants, le vol ne sera plus un délit, mais plutôt un acte banal, normal. C’est pourquoi, Dr Soumana Sacko avait eu raison de déclarer à Tombouctou lors de la cérémonie de sortie de la 11ème promotion de l’IFM Hégire : « si les enfants découvrent que leurs parents volent l’Etat, qu’ils magouillent… Et bien, ils tricheront aussi pour passer à leurs examens ». En organisant la fuite des sujets, en fraudant, nous léguons un très mauvais héritage à nos enfants, nous légitimons le vol à leurs yeux. Pour un pays déjà boiteux, c’est la paralysie totale qui est donc annoncée dans ces conditions.

M’pè.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER