Retards dans la mise en place des membres de l’AIGE: Cette lenteur va-t-elle impacter la tenue des futures élections ?

0

Devant  cette  question,   plusieurs  observateurs   semblent être   sceptiques  sur le respect  du chronogramme fixé   par le  fait   des retards   accusés   dans la désignation des 4  membres issus  des  partis politiques  au sein de l’autorité indépendante de gestion des élections (AIGE).   Pour rappel l’ingérence du ministère de  l’Administration territoriale  dans les travaux aurait  conduit déjà   certains partis à ne plus  se considérer dans le processus de la loi électorale en cours.

Même si les  autorités maliennes ont montré  leur  volonté  en présentant  un chronogramme détaillé  à la CEDEAO  pour le retour à l’ordre constitutionnel, il y a lieu de s’inquieter sur son respect.  Les retards  mis  dans les travaux  de la loi électorale  font  douter certains observateurs  de la  société civile  sur un éventuel  respect des calendriers  déclinés par le gouvernement.    Il s’agit notamment, des retards  dans la mise en place de l’AIGE au niveau national  qui était  prévue pour le 13 juillet dernier.   Cependant,  les modes  de désignations des membres de l’autorité indépendante de gestion des élections (AIGE ) semblent  diviser  la classe politique et parmi les   271   partis,  seulement,    47%  auraient fait des propositions.   Par ailleurs,  la pomme de discorde   serait   due  à   l’immixtion du ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation dans la désignation  des 4 membres issus des partis politiques.    Pour rappel,  le bureau  de l’AIGE  comporte 15 membres,   4   pour   les partis politiques,  3   pour  la société civile, et les 8  autres  pour les autorités de la transition qui doivent les designer parmi les  personnalités indépendantes neutres.  Et  l’AIGE a pour mission,  l’organisation et la gestion de  toutes les opérations électorales et référendaires  et  elle  comprend un organe délibérant, le collège et celui d’exécutif et enfin  le bureau.   En effet,  pour passer  à  la désignation desdits  membres représentants les partis politiques,   il  sera  procédé   à  un tirage au sort placé  sous la supervision d’un huissier  commissaire de justice pour  enquête  de moralité.  Après celle-ci,  8 personnes y seront retenues et  s’en suivra  la désignation des 4  personnes  recommandées.  Certainement,  cette  ingérence  du département   de tutelle  aurait  motivé   le  parti yelema de Moussa  Mara,  la CODEM deHousseyni  Amion Guindo dit  Poulo   et  une  bonne partie  du cadre d’échange des partis politiques  de  claquer la porte.   “Toute chose  qui  risquerait d’impacter la tenue prochaine des élections”, indiquera   le chef de mission  MODELE-Mali, Ibrahima   Sangho,  ajoutant  qu’il  est impérieux  de  respecter   la loi électorale  qui stipule  en son article 7,   que  “les  membres représentants les partis politiques et la société sont désignés  selon  les modalités fixées par ces institutions ou organisations”.    Rappelons   que  tous les démembrements de l’AIGE doivent être  en principe,   effectifs  au plus tard le 19 septembre  2022 et les 15 membres  de l’autorité  indépendante de gestion des élections  ont un mandat de 7 ans et  va  désormais remplacer la CENI.

Yacouba COULIBALY

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here