Un opérateur économique appuie Ozone-Mali à évacuer le dépôt d’ordures de Magnambougou- Dianeguela : D’autres décharges sont concernées

0

Son nom est Abdine Yattara, patron de la société d’exploitation de sable et de gravier (SESG). Il a mis des véhicules à la disposition d’Ozone-Mali en vue de l’aider à évacuer un dépôt d’ordure au quartier Dianéguéla  en Commune VI du district de Bamako. Les travaux sont en cours, et cette montagne d’ordures qui encombrait les lieux depuis l’année 2013, devra disparaître dans une dizaine de jours.

16 camion-bennes, une (1) chargeuse, une (1) pelle et deux (2) bulldozers, tous avec leurs chauffeurs ! Ce sont les moyens mis à la disposition d’Ozone-Mali par cet opérateur économique. Ces véhicules et chauffeurs de la SESG sont appuyés par 4 autres camion-bennes et pelles-chargeuses déployées par Ozone-Mali. Le carburant de l’opération (de tous les camions, pelles-chargeuses et bulldozers) est entièrement pris en compte par la société Ozone-Mali. C’est elle qui s’occupe également de la gestion des ordures après évacuation.

Jeudi dernier 17 décembre, le ministre Ousmane Koné en charge de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, a effectué une visite de terrain sur les lieux. Selon lui, l’acte posé par le jeune opérateur économique est à la fois sanitaire et salutaire.

La décharge de Magnabougou- Dianéguéla est un dépôt de  transit. La décharge  avait  échappé au contrôle des autorités et était devenue  source de nombreuses protestations de la part des populations riveraines.

Le nommé  Abidine Yattara a justifié son geste par un  simple acte citoyenneté, pour son pays qui, dit-il, lui a tout donné.

Les travaux  d’évacuation de cette montagne d’ordures ne devront pas   dépasser une quinzaine de jours, ont indiqué des responsables d’Ozone Mali.  Par là, le ministre Ousmane Koné a exhorté les autorités communales  à suivre  désormais de près  l’évacuation de la décharge, une fois ces travaux terminés.

  1. Ténemakan Koné, 1er adjoint au maire de la commune VI, soulignera que l’évacuation de cette décharge de transit relève de la maire du district qui, pour les besoins, a signé  en début 2015 un  contrat de 8 milliards avec la société marocaine de nettoyage (Ozone Mali).

S’agissant de la décharge Magnabougou-Dianéguéla, signalons qu’elle  existe depuis 2013 avant l’installation d’Ozone Mali en début 2015. D’autres vieilles décharges seront bientôt évacuées dans la ville de Bamako, ont précisé des responsables d’Ozone-Mali.

Djibi Karim

 

PARTAGER