Restauration des terres au Sahel : La plantation de l’acacia, une alternative ?

0

L’avancée du désert et les changements climatiques demeurent  des défis pour de nombreux pays. À cet effet, l’Agence belge de développement (Enabel), présente au Mali depuis une trentaine d’années, ne cesse de multiplier les initiatives afin d’aider de rendre le maximum de terre. Lors de sa dernière note d’information de juillet, elle place ses espoirs en l’acacia comme un rempart pour freiner l’avancée du désert.

 

Selon la note d’information d’Enabel, bien que la vie soit dure pour l’homme au Sahel, le sol et le climat rigoureux de la zone, également connue sous le nom de « ceinture de gomme », est hospitalier à l’Acacia Sénégal , l’arbre à gomme arabique de la meilleure qualité. Ce type d’acacia est rustique. Il peut survivre dans des endroits avec 11 mois de sécheresse. Il offre également de nombreux avantages écologiques, des avantages économiques et des opportunités sociales. Sa sève est la gomme arabique, qui était autrefois achetée et vendue lorsque les pharaons régnaient sur l’Égypte. Désormais, un dérivé de la gomme arabique, connu sous le nom de E414, est utilisé comme émulsifiant dans les sodas, épaississant dans les bonbons, liant dans les encres et les médicaments, et stabilisateur de mousse dans la bière. La gomme arabique pourrait renforcer la sécurité environnementale du Sahel. L’acacia gommier fait partie des arbres fixateurs d’azote (NFT) qui absorbent le gaz de l’atmosphère et le transforment dans le sol en azote dont dépendent d’autres plantes. Ces arbres sont donc de précieux engrais naturels. Les racines de ces arbres s’étendent largement et profondément dans le sol ; ce qui les rend extrêmement résistants à la sécheresse, aidant à protéger les sols de la désertification et de l’érosion des terres. Cette capacité à créer un environnement hospitalier pour d’autres espèces fait de l’acacia un pionnier dans les zones arides. C’est-à-dire qu’une fois planté, l’acacia facilite la croissance d’autres plantes dans son environnement.

L’acacias comme source de sécurité alimentaire et de l’eau

Aussi basique que cela puisse paraître, planter autant d’acacias que possible permet de rétablir la biodiversité du Sahel et d’assurer la sécurité de l’eau.  Planter plus d’acacias peut améliorer la saison pluviale ou pluvieuse et rendre plus d’eau disponible pour les pâturages.  Par évapotranspiration, les arbres absorbent l’eau du sol et la rejettent dans l’air sous forme de vapeur, qui se transforme en nuage​générant du liquide. Les arbres et les forêts attirent également l’humidité de la mer grâce à un mécanisme de pompe biotique.  En soutenant les nuages, les arbres contribuent aux précipitations, ce qui améliore l’approvisionnement en eau et la végétation pour l’homme et le bétail.  Les arbres, et en particulier les acacias (comme discuté précédemment), empêchent l’eau de s’écouler et facilitent son infiltration pour améliorer les eaux souterraines nécessaires à la culture vivrière et assurer un approvisionnement adéquat en eau de surface.  Par conséquent, les affrontements intercommunautaires sur la pénurie d’eau pourraient diminuer.  Et des animaux, que tout le monde supposait avoir disparu, ont été repêchés dans la nature.  Au Niger, les spécialistes de l’agroforesterie utilisent la technique de la culture intercalaire (plantation du gommier avec d’autres aliments de base) dans les exploitations pour augmenter la productivité de la terre.  Cette pratique peut empêcher la perte de terres agricoles.

 

L’acacia comme facteur de réduction de pauvreté

Toujours selon la note d’information d’Enabel, les arbres à gomme arabique améliorent également la sécurité économique et la sécurité sociale.  J’ai découvert que les villageois mettaient de côté les différences pour travailler ensemble, échanger des idées et construire une cohésion sociale autour de la gomme arabique. Économiquement, la gomme est une denrée prometteuse à l’échelle nationale car elle est la source d’un additif ou d’un émulsifiant très convoité par les entreprises multinationales.  Au niveau local, un commerce rudimentaire existe entre les éleveurs et les femmes qui cueillent à la main la résine, ou pépites de sève d’acacia durcie, et les intermédiaires qui viennent chaque semaine sur les marchés traditionnels pour acheter le produit.

L’arbre à gomme arabique s’aligne sur une stratégie de subsistance des ménages.  À mesure que les habitants du village épuisent les stratégies d’adaptation des ménages, ils se tournent vers des activités non agricoles, telle que l’exploitation minière, qui à leur tour endommagent l’environnement.  Lorsque les villageois collectent la résine à la place, ils peuvent augmenter leur pouvoir d’achat et diminuer leur dépendance à l’égard d’autres activités moins savoureuses pour l’environnement pour leur survie.

Au fur et à mesure des efforts de reboisement ou de plantation d’arbres à gomme arabique là où il n’y en avait pas auparavant, ils favorisent les échanges intra et intercommunautaires avec la collaboration du secteur privé, de la communauté internationale et du gouvernement local.  Dans le village de Tchida, j’ai découvert que les arbres ont un potentiel en tant qu’outils pour la consolidation de la paix environnementale.  C’est-à-dire que lorsque différentes parties prenantes collaborent autour de l’Acacia Sénégal pour protéger et améliorer l’environnement, leurs efforts peuvent conduire à une paix durable dans la région, car leur travail permet de s’attaquer aux problèmes sous-jacents des conflits violents.

C’est le meilleur des cas.  Cependant, un autre scénario est possible.  Si la production de gomme arabique est modernisée et que les gens en viennent à considérer la terre comme une ressource de valeur, l’accaparement des terres pourrait suivre.  Les entreprises étrangères ou les élites nationales pouvaient acheter ou louer des terres fertiles, laissant les pauvres sans terre.  La clique au sommet de la hiérarchie sociale pourrait en profiter au détriment des plus vulnérables.  Les conséquences indésirables d’investissements bien intentionnés dans la production de gomme arabique peuvent conduire à la frustration, ce qui peut créer plus de violence.  Au lieu de cela, les gouvernements locaux et les partenaires externes doivent faire plus d’efforts pour planter autant d’arbres de gomme arabique que possible dans les fermes et dans la nature et restructurer la commercialisation de la résine de gomme arabique en supprimant les intermédiaires, afin que les collecteurs de résine puissent vendre directement à  entreprises connectées au marché mondial.  Cela protégera et améliorera l’environnement et renforcera la stratégie de survie des pauvres qui peuvent vendre la résine à des prix plus élevés.

Adama TRAORÉ

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here