Banconi-Plateau : Le commissaire Tapa Oury Demba Diallo évite une croisade entre fidèles musulmans

    0

    Le vendredi 23 novembre 2018, les fidèles musulmans armés ont décidé de se partager la mosquée  en deux. La raison de ce malentendu réside du fait du choix de l’imam. En effet, il y a un clan qui déteste l’imam intérimaire et exige sa destitution pendant qu’un autre clan veut l’imposer de force. Informer de la situation, le compol Tapa a fait prendre les dispositions idoines pour éviter le pire.

    Selon les témoignages reçus, quand Moussa Traoré le 3e imam de la mosquée de prière de vendredi de Banconi-Plateau est décédé, il y a environ trois mois, son adjoint Mamoutou Traoré aurait pris la commande en instaurant des pratiques sunnites alors que les fidèles qui priaient dans cette mosquée sont chiites.

    Surpris par ce grand changement brusque, les fidèles l’ont averti avant d’envoyer des gens pour lui parler. Mais hélas, cela n’a rien changé. Il a préféré continuer dans la nouvelle pratique qu’il venait d’instaurer sans le consentement des uns et des autres. Ainsi, un ultimatum lui a été donné pour le vendredi 23 novembre 2018.

    Du coup, ses nouveaux adeptes et les anciens qui ne voulaient pas de changement sont devenus distants. Et le pire est que le vendredi 23 novembre, ils se sont armés de machettes, coupe-coupe, cailloux, etc… pour venir à la mosquée. Et même que la prière de vendredi fut pris en otage.

    Saisi, le commissaire principal de police Tapa Oury Demba Diallo s’est rendu sur place avec une équipe très dynamique. Soucieux du bien-être des habitants qui relèvent de sa compétence territoriale, il a aussitôt pris la décision de fermer la mosquée et d’inviter les deux parties à la concertation au niveau de la grande mairie de la Commune I. Là-bas sous le contrôle du premier adjoint du maire, les échanges ont duré plus quatre heures. En tout cas vers 19 h, ils se sont finalement mis d’accord pour que les deux imams soient remplacés par un autre qui n’est ni sunnite ni chiite.

    Toujours pour mieux s’assurer que ce qui avait été convenu a été mis en exergue, le samedi, 24 novembre dernier, le commissaire principal de police Tapa est allé prier avec ses frères musulmans. Sur place, il a pu constater que la tension avait réellement baissé. L’occasion fut même mise à profit par les fidèles de la mosquée pour faire beaucoup de bénédictions pour Tapa Oury Demba Diallo pour avoir été un excellent médiateur.

    Le commissaire Diallo a engagé la concertation entre les fidèles pour les dispositions à prendre pour la réouverture d’autres mosquées telle que celle de Nafadji qui sont sous clés pour des incompréhensions minimes.

     B. A. T.

    Commentaires via Facebook :

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here