Comment annoncer la mort de leur maman le jour de leur mariage

    4

    Dans notre sociĂ©tĂ©, les us et coutumes Ă©tant considĂ©rĂ©s comme l’émanation de principes traditionnels, posent des limites Ă  certaines pratiques humaines sans en avoir explicitĂ© la teneur. La triste rĂ©alitĂ© demeure le non respect de ces rĂšgles coutumiĂšres Ă  cause de leurs sens dĂ©pourvus d’explication rationnelle, selon la jeune gĂ©nĂ©ration  pour qui la seule vĂ©ritĂ© reste celle de la raison.

    En effet, dans l’histoire que nous allons partager, la malheureuse coĂŻncidence est  perçue par les garants des valeurs coutumiĂšres comme Ă©tant les consĂ©quences  d’un manquement Ă  la tradition bambara interdisant  la cĂ©lĂ©bration du mariage de façon simultanĂ©e des sƓurs directes ou sƓurs de lait. Voici les faits.

    Les sƓurs qu’on dĂ©signe par AS l’aĂźnĂ©e, et KS la cadette, Ă©taient toutes fiancĂ©es. Les fiançailles de la grande sƓur dataient de plusieurs annĂ©es, et celles de la petite sƓur, juste un an au mois de juin dernier.

    Quelques mois aprĂšs ses fiançailles,  la sƓur cadette et son fiancĂ© ont dĂ©cidĂ© d’un commun accord d’organiser leur mariage Ă  leur premier anniversaire de fiançailles. Quand ils ont  informĂ© les parents, la famille de la fille a appelĂ© le fiancĂ© de la grande sƓur aussi, pour lui demander de se prĂ©parer pour la mĂȘme date afin de cĂ©lĂ©brer les deux mariages en mĂȘme temps sous peine de libĂ©rer leur fille. N’ayant pas d’autres options, le fiancĂ© de AS n’a manifestĂ© aucune opposition Ă  cette demande.

    Les prĂ©paratifs ont commencĂ©, les familles de loin et de prĂšs, tout le monde a Ă©tĂ© invité : les amis, les voisins, les collĂšgues… Des artistes de renommĂ©e nationaux ont Ă©tĂ© appelĂ©s.

    Voici  enfin le jour du mariage, la joie Ă©tait au rendez vous,  les mariĂ©s ont Ă©tĂ© amenĂ©s Ă  la mairie. Cependant lorsque les filles sont devant le maire entrain de signer leur union, leur maman a fait un malaise qui a durĂ© un moment. Pour ne pas casser l’ambiance face Ă  la montĂ©e de la souffrance, elle a fait appel Ă  une de ses sƓurs pour l’amener en cachette voir un mĂ©decin avant le retour de ses filles.

    Lorsque les mariĂ©s ont fini de signer,  les protocoles ont appelĂ© Ă  la maison pour dire aux parents de s’apprĂȘter Ă  la venue des mariĂ©s pour les saluer. C’est alors que l’absence de la mĂšre et une de ses sƓurs a Ă©tĂ© remarquĂ©e. A ce moment prĂ©cis mĂȘme,  leur mĂšre avait dĂ©jĂ  rendu l’ñme.

    Lorsqu’on a appelĂ© sur son tĂ©lĂ©phone c’est sa sƓur qui rĂ©pond, et d’aprĂšs notre source, une seule phrase est sortie de sa bouche : «  Comment annoncer cette nouvelle aux filles aujourd’hui ?»

    Ce fait est-il rĂ©ellement la consĂ©quence d’une pratique coutumiĂšre prohibĂ©e  comme pensent les vieilles personnes?

    M. K. DIABATE (maliweb.net)

     

    PARTAGER

    4 COMMENTAIRES

    1. des balivernes j’ai perdu ma maman le jour du mariage de ma deuxiĂšme Ă©pouse qu’elle avait agrĂ©Ă©e elle mĂȘme .et depuis nous avons faits trois enfants .la mort intervient dans tous les cas au moment qu’on ne choisit pas .car on ne choisira jamais mĂȘme 100 ans rĂ©volus

    2. pĂ©trĂ© c’est la joi qui la tuĂ© dĂšhhhh 😈 😛 😀 ❗ 8) 😯

    3. Je ne vois aucun lien entre la mort d une mĂšre et le choix de la date de mariage de ses enfants, absolument aucun lien.
      Simple coĂŻncidence

    Comments are closed.