Falsification de documents nationaux maliens : Un réseau de faussaires étrangers mis en déroute

    3

    C’est une belle pêche que le Commissariat spécial du Chemin de fer de Bamako vient d’effectuer dans le fleuve du crime organisé en démantelant un réseau de falsificateurs de documents nationaux.

    Les faits remontent à la nuit du vendredi 1er au Samedi 2 avril dernier où le commissaire principal, Moussa Fassiriman Kéita dit Mandé-massa, Commissaire du commissariat spécial du Chemin de fer de Bamako, reçoit le coup de fil d’un citoyen malien. Ce dernier lui fait savoir qu’il venait de se faire déposséder de son passeport par des malfrats. Etant détenteur d’un visa de visite de 5 ans du Canada, il souhaitait le changer en visa d’étudiant afin de poursuivre ses études dans ce pays dont les diplômes sont si réputés. Pour cela il devait, sur instruction des autorités canadiennes, retourner au Mali pour la procédure de changement. Et c’est ce qu’il a fait. Mais le malheur s’y mêlant, il va croiser le chemin d’arnaqueurs sans cœur ni vergogne qui lui promettent satisfaction dans un très court délai moyennant quelques billets de banque. Pour ce faire, il leur remet son passeport malien et la somme convenue. Mais la pauvre victime va passer plusieurs semaines sans les revoir ou les entendre alors qu’ils ont son passeport et son argent. Dans le désespoir et la crainte que son document ne serve à des fins criminelles, il décide de porter plainte auprès du commissariat dirigé par Mandé-massa.

    Alors, l’homme en tenue fit venir le plaignant à son bureau pour plus d’éléments. Mais la tâche est rude car la seule information est que le plaignant sait seulement que les malfrats habitent à Sotuba sans plus de précision. Mandé-massa qui est un habitué du mode opératoire des criminels, comme le prouvent ses prouesses lorsqu’il était adjoint du commissaire du 11e arrondissement à Kalabancoro, va partir de cette maigre information pour mettre en branle ses éléments afin de retrouver la trace des auteurs du forfait. Les recherches engagées permettent de repérer leur planque à Sotuba. La stratégie d’enquête du commissaire permet aussi de savoir que le réseau est constitué de Nigérians, Ivoiriens, Congolais et Ghanéens et surtout de détecter les habitudes des arnaqueurs. La maison reste fermée toute la journée et est investie seulement la nuit tombée, bien après minuit; le moment qu’ils utilisent pour commettre leur sale besogne. Puisque nous sommes en état d’urgence et pour ne pas donner une échappatoire aux malfaiteurs, l’expérimenté commissaire lance une descente sur le local dans la nuit du vendredi 1er au samedi 2 avril. Trois suspects (deux hommes et une fille) sont interpellés sur les lieux. Dans la maison, les hommes en arme saisissent du matériel  bureautique dont un scanner, 80 passeports de différents pays, des cachets et bien d’autres objets ramenés au commissariat. Là, seule la jeune fille a reconnu les faits, en déclarant détenir elle-même un passeport malien alors qu’elle est bien congolaise, pendant que les deux jeunes hommes ont tout nié en bloc. Les interrogatoires ont permis de constater que les arnaqueurs se servent de passeports ou tout autre document perdu, périmé ou volé, qu’ils scannent avant de mettre la photo de leur client à la place de celle du vrai propriétaire en conservant les informations réelles. Ainsi, ils peuvent se procurer en moyenne 250 000 francs par faux document. Mais leur clientèle est principalement composée d’étrangers à qui ils délivrent frauduleusement des documents officiels maliens. Après les avoir entendus sur procès-verbal, les trois suspects ont été déférés au tribunal de la commune III pour la suite de la procédure.

    Un beau coup de filet donc qui devrait en faire réfléchir plus d’un avant tout acte criminel car des hommes tels que le commissaire principal Moussa Fassiriman Kéita dit Mandé-massa et ses éléments veillent au grain au nom des forces de sécurité nationale.

    Abdoulaye KONATE

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    3 COMMENTAIRES

    1. SI VOUS VOULEZ SUIVRE M. LE JOURNALISTE SUIVEZ SINON C SUR QU ILS SONT DEHORS DÉJÀ ;;; on vu les dealeurs vendeurs de drogues Sud Américains arrêtés et emprisonnés à Bko … du quartier Sans Fil qui ont découpé un de leurs etc…comment ils ont fini ? qui sait comment et où ils sont aujourd’hui ???? où Ils sont ??? qui les a libérés ???? le travail et leur libération fuite a été terminé par leur ami drogué Amadou Aya même contre CE QU ON NE PEUT PAS REFUSER AU MALI L ARGENT l’agent l’agent et surtout mal acquis sale etc…

    2. Bravo neveu,tu as l’encouragment et le soutien total de chacun de nous.Q’allah t’aide dans tes actions Amine

    Comments are closed.