Vente de BAZIN : Quand les escrocs se mêlent

    0

                Dans notre société, il n’est un secret pour personne que le bazin est un produit beaucoup prisé par les maliens et les maliennes.  Ainsi, certaines personnes, profitant de cette importance accordée à ce produit qui est le bazin, ont choisi ce créneau pour se faire de l’argent facile. Cette pratique, contrairement aux autres, est récente mais  tend aujourd’hui à prendre de ampleur .rn

                Faut-il le souligner, le bazin, si on peut s’exprimer ainsi, fait partie de la culture malienne. Pour preuve : il est très facile pour certaines personnes, lors des évènements nationaux ou internationaux de distinguer les maliens des autres, grâce à leurs tenues vestimentaires. Et à cause de l’importance qu’accordent les populations du Mali et d’ailleurs à ce tissu, on est en droit d’affirmer qu’il apporte un plus dans notre économie, à travers notamment des commerçants qui se sont spécialisés dans le commerce de bazin et accessoires (colorants et autres), et les teinturières qui se constituent le plus souvent en GIE.

    rn

                “Je suis vendeur de bazin depuis plus d’une décennie, mes patentes, impôts, taxes… peuvent atteindre des dizaines de millions, surtout quand on sait que le produit est importé d’autres pays comme l’Europe vers le Mali. Beaucoup de gens au Mali et des pays limistrophes, ignorent cet aspect, la plupart pensent que le bazin est fabriqué chez nous ici au Mali. Ce que je déplore, c’est que la douane nous fatigue très souvent avec leurs traccasseries, au moment de l’importation ou de l’exportation vers les pays avec qui nous partageons les frontières. Je demande plus d’indulgence à cette dernière dans son travail” nous a confié un grand commerçant de la place.

    rn

                En effet, des escrocs à col blanc, profitant des  charmes qui entourent le bazin, ont adopté des  pratiques ignobles pour se faire la poche. Le système de ces gens,qui circulent dans la plupart des cas à moto, consiste à poursuivre les passants ( des motocylistes et des piétons) sur les grandes artères de Bamako.Généralement, on les rencontre aux carrefours, le plus souvent même dans l’obscurité. Comme s’ils tendaient un piège aux usagers.

    rn

                Ils choisissent scrupuleusement leurs proies, qui sont généralement les hommes. Pourquoi ciblent-ils les hommes pour mettre en oeuvre leurs manoeuvres ? La réponse n’est autre chose que ceci : les hommes, contrairement aux femmes, ne savent pas faire la distinction entre le“bazin riche” et le“moyen riche”. Or, il existe une très grande différence entre ces deux qualités.

    rn

                Le mètre bazin “moyen riche” varie entre 1000F et 2000F CFA et celui du“bazin riche” entre 5 000 F et 5.500 F CFA. Les escrocs, trompant leurs victimes sur la qualité du produit parviennent à vendre plus cher la qualité inférieure au prix de la qualité supérieure. Ils dissuadent généralement les victimes, en ces termes : “chef, j’ai du bazin riche à vendre à un prix abordable. Mon père est un grand commerçant de bazin, j’ai profité de son stock pour passer un bon Week-end…” alors que le tissu en question ne vaut pas du tout la valeur dont il est fait cas.Pis

    rn

                Alors, chacun doit rester  vigilant face à ce réseau de vendeurs ambulants de bazin dans la capitale. Ces individus sans scrupules vous vendent souvent du bazin de quatre mètres arguant que c’est six mètres. Et ceux qui tombent dans leur piège n’ont que leurs yeux pour pleurer, puisque les escrocs changent de coins de vente à chaque fois qu’ils se rendent compte qu’on commence à les remarquer. Comme le dit un adage : “un homme averti en vaut deux”.

    rnMoussa TOURE

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER