Jean Claude Sidibé en visitant le centre de formation sino-malien : “Je suis scandalisé par la fermeture du Centre”

6

En visitant le centre de formation professionnelle sino-malien de Sénou, le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Me Jean Claude Sidibé, n’a pas caché sa déception par rapport à la fermeture dudit centre.

Le Ministre s’est dit scandalisé par l’incapacité d’ouvrir le centre équipé entièrement et livré au Mali par la République populaire de Chine. “Je suis scandalisé par la fermeture du centre. J’ai compris le message du chef de l’E10tat Ibrahim Boubacar Kéita lorsqu’il m’a dit qu’il veut que le Centre soit ouvert. Et le Centre sera ouvert en 2020. J’ai déjà négocié avec la Chine pour la formation d’une vingtaine de formateurs qui vont aller au mois de septembre 2019. Et nous ferons en sorte que l’ensemble des textes soient pris entre septembre et octobre 2019 pour qu’en janvier 2020, même si c’est au niveau de 2 ou 3 filières, le Centre soit ouvert. Ce n’est pas normal que nous fassions ça à nos enfants car les Maliens ont besoin de formation. Et nous avons un centre de ce niveau qui n’est pas ouvert. Cela est inacceptable. En tout cas, je prends l’engagement que le Centre sera ouvert. Le Centre a été inauguré il y a un an par le président IBK et il y a un an aucune disposition nécessaire n’a été  prise pour le faire fonctionner. Donc, nous allons prendre des dispositions pour le faire fonctionner, même si c’est à minima. Sur les 11 filières, si 2 ou 3 peuvent fonctionner, cela sera bien pour nos enfants”, a confié le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

La révolte du ministre se comprend. A cause de sa fermeture, le centre qui est un joyau architectural équipé en matériel sophistiqué est en train de se dégrader en des parties.

Selon les explications de Mme Dembélé Madina Sissoko (directrice générale de l’Institut national d’ingénierie de formation professionnelle, un service technique rattaché au département de la Formation professionnelle), le centre est bâti sur une superficie de 15 004 m2, soit 1,5 hectare. Il comprend 5 blocs : un bloc administratif, un bloc technico-pédagogique, un bloc atelier, un bloc restaurant réservoir, un bloc latrine et un terrain de sport. Le Centre comporte 36 salles de classe, 11 ateliers et des bureaux, tous équipés. La capacité d’accueil est de 700 apprenants par session, soit 350 apprenants le matin et 350 apprenants le soir. Les filières du Centre sont celles du bâtiment et des travaux publics (maçonnerie, plomberie, carrelage, peinture-décoration, staffe, menuiserie bois, chèvrerie, construction métallique, électricité bâtiment, froid, climatisation.

“Le Mali étant en chantier, ces filières sont considérées comme des filières porteuses, pourvoyeuses au Mali. Elles sont appelées à se développer. L’ouverture du centre permettra d’absorber les jeunes chômeurs du Mali”, a-t-il indiqué. A son entendement, la famille malienne doit être porteuse du message aux enfants pour que ceux-ci acceptent de venir apprendre des métiers au niveau du Centre.          

Siaka DOUMBIA

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. LE ROI BITON DE SEGOU 11 Août 2019 at 12:13 ;

    ” … CE CENTRE DOIT ETRE OUVERT AVEC TOUTES SES FILIÈRES. LES FORMATEURS MALIENS EXISTENT. IL FAUT LES RECRUTER.” ON PEUT EGALEMENT RECRUTER DES EXPERTS ÉTRANGERS POUR VENIR ENCADRER ET FORMER LES FORMATEURS MALIENS. L’ESSENTIEL EST DE DÉVELOPPER UNE EXPERTISE LOCALE CAPABLE DE CONSTRUIRE… ” … /// …

    :

    Bien vu, LE ROI BITON de SEGOU… !

    Ils peuvent très bien ouvrir ce Centre de Formation… !

    Il y a surement des Formateurs sur le marché Malien du travail et qui chercheraient un emploi…
    Le Ministère pourrait les recruter, et s’il n’y en a pas, ” … ON PEUT EGALEMENT RECRUTER DES EXPERTS ÉTRANGERS POUR VENIR ENCADRER ET FORMER LES FORMATEURS MALIENS … ” comme le dit si bien LE ROI BITON de SEGOU…

    Si seulement les décideurs raisonnaient comme LE ROI BITON de SEGOU . Mais je doute que les raisons de la fermeture du Centre ne soient ailleurs… !

    Vivement le Mali pour nous tous.

  2. Mes amis, Ce n’est point une question de formateurs!! Je crois que c’est plutot une question du marche’ de l’emploi et de volonte’. Je pense que le gouvernement ne veut pas former des personnes qui se retrouveront au chomage. Notre probleme est de penser que la fonction publique est le seul endroit ou’ il faut travailler.
    Le Mali est un grand chantier ou’ presque tout est a’ construire ou reconstruire. Je vis aux USA depuis 30 ans, je constate que l’Amerique est un chantier 24 heures sur 24. Il y a toujours des constructionsentrain de se faire ici et la’. Je j’etais le president du Mali ou de la Mauritanie , j’aurais fait du… DABIA BABA en rasant toutes les maisons en banco et les cases pour les remplacer par des maisons en ciment ou pierre. Nos routes et nos ponts doivent etre construits/reconstruits. Nos systemes de canalisation qui existent sont archaiques. PRESQUE TOUT EST A’ CONSTRUIRE OU RECONSTRUIRE DANS NOS PAYS MAIS NOTRE MANQUE DE VISION FAIT JETER DES CENTAINES DE MILLERS DE JEUNES DIPLOME’S AU CHOMAGE ET MEME SI ON NOUS DONNE DES CENTRES DE FORMATION COMME CELUI DONT NOUS PARLONS ICI, ILS RESTENT FERME’S sous pretexte qu’il n’ y a pas d’argent!!!! IL SUFFIT DE S’ORGANISER, COMBATTRE LA CORRUPTION ET IMPOSER LA BONNE GOUVERNANCE POUR DEVELOPPER NOS PAYS. LES MILLIARDS DESTINE’S AU DEVELOPPEMENT DE NOS PAYS SONT DEPOSE’S DANS DES COMPTES PRIVE’S DANS DES BANQUES ETRANGERES!
    CE CENTRE DOIT ETRE OUVERT AVEC TOUTES SES FILIERES. LES FORMATEURS MALIENS EXISTENT. IL FAUT LES RECRUTER.” ON PEUT EGALEMENT RECRUTER DES EXPERTS ETRANGERS POUR VENIR ENCADRER ET FORMER LES FORMATEURS MALIENS. L’ESSENTIEL EST DE DEVELOPPER UNE EXPERTISE LOCALE CAPABLE DE CONSTRUIRE LE MALI!
    CE SONT LA MEDIOCRITE’ ET LE MANQUE DE VISION QUI TUENT NOS PAYS!
    BONNE FETE DE TABASKI A’ TOUTES LES MALIENNES ET TOUS LES MALIENS!

  3. On aurait créé un Centre de Formation avant d’avoir formé les Formateurs qui sont censés y exercer… ? C’est déjà ahurissant…, mais serait – ce, la seule raison… ?

    Vivement le Mali pour nous tous.

  4. Selon le Ministre Sidibé, qui doit être tenu pour responsable pour la non mise en service du centre ? La plupart des fillières mentionnées sont déjà enseignées dans nos centres de formation professionnelle. Le seul problème, c’est le manque de qualité des formations fournies. Et je pense que le Ministre doit mettre la recherche de qualité au centre de ses préoccupations pour que le centre puisse atteindre ses objectifs. C’est tellement ridicule d’attente l’inauguration d’un établissement d’enseignement pour commencer à chercher et former les enseignants.
    Cette même situation risque de se reproduire quand notre École de mines serait inaugurée…

  5. “… le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Me Jean Claude Sidibé, n’a pas caché sa déception par rapport à la fermeture dudit centre… ” … /// …

    :

    D’accord, on a compris…, le Ministre nous dit sa déception… !
    Et s’il nous expliquait plutôt pour quelles raisons ce Centre de Formation est et reste fermé… ?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here