Affaire espace pour le foyer des jeunes de Kalaban-Coura : Quand la mairie fait chanter les jeunes

0

Pour aider à préserver l’espace qui leur est attribué pour la construction de leur foyer, la mairie de la commune V fait chanter les jeunes.

En effet, l’on se rappelle qu’il y a un peu plus d’un mois, les jeunes de Kalaban Coura, s’étaient engagés dans une bataille contre la décision de la mairie du district, morcelant l’espace qui leur est attribué depuis 1975 pour la construction de leur foyer.

Depuis, ils ont entrepris plusieurs démarches, notamment auprès de la mairie de la commune V, des lettres de protestations adressées au ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, au ministre de l’Urbanisme, du Logement et des Affaires foncières, au ministre de la Jeunesse et des Sports, au gouverneur du district avec ampliation au maire du district de Bamako et à celui de la commune V.

Dès l’entame de leur démarche, les jeunes avaient formé une délégation composée d’un de leur représentant, du conseiller du chef du quartier, du président du Comité du développement du quartier, de quelques conseillers du quartier pour aller rencontrer la mairie de la commune V afin d’y voir clair dans la situation.

Ainsi, dans un premier temps, la mairie de la commune V et ses conseillers ont d’abord fait savoir aux jeunes qu’ils ont été eux-mêmes surpris de cette décision parce qu’ils n’ont pas été consultés et ensuite, ils ont promis aux jeunes leur soutien pour l’annulation de cette décision. C’est dans cette optique, rapporte un conseiller, que la mairie de la commune V a adressé une lettre au maire du district demandant l’annulation de sa décision.

Cette nouvelle avait fait naître une graine d’espoir chez les jeunes. Mais, voilà que dans l’attente de la réaction de la mairie du district par rapport à cette lettre que la mairie de la commune V suggéra aux jeunes que pour préserver leur espace, elle veut le clôturer et construire tout au tour des magasins. Cette proposition, après examen et analyse, a été purement et simplement rejetée par les jeunes.

Pour eux, si la mairie veut bien les aider à clôturer l’espace, c’est bien, mais en ce qui concerne la construction des magasins, ils ne sont pas pour. Cette réponse des jeunes n’a pas, semble- t- il, été du goût de la mairie.

C’est ainsi que ce qui, au départ, n’était qu’une suggestion est devenue ainsi un véritable chantage. En ce sens que, d’après le compte rendu fait par un conseiller au cours de l’assemblée générale organisée par les jeunes à l’école publique de Kalaban-Coura, le dimanche 25 septembre, du conseil tenu le mercredi 21 septembre à la mairie de la commune V.

Selon M. Moussa Z, puisqu’il s’agit de lui, la mairie s’est dite prête à commencer les travaux dès le lendemain si les jeunes accepteraient la proposition de construction des magasins, dans le cas échéant, elle cherchera le financement.

En terme clair, si les jeunes n’acceptent pas le projet de construction des magasins, la mairie aussi ne fera rien pour les aider à préserver leur espace.

A l’analyse, il ressort de ce chantage que la mairie de la commune V n’est pas pour la jeunesse, mais pour ses propres intérêts. Ce qui doit servir de leçon pour la jeunesse pour que désormais qu’elle réfléchisse par deux fois avant de choisir ceux- là qui doivent diriger sa destinée.

Il faudrait qu’elle fasse savoir au maire et à ses conseillers que le développement d’une commune passe forcement par une jeunesse bien portante, bien organisée et bien formée et que cela passe nécessairement par la préservation et l’aménagement des espaces prévus pour leur plein épanouissement.

La mairie se doit de s’impliquer dans la promotion de la jeunesse au lieu de la faire chanter.

 

Daouda DOUMBIA

 

 


Commentaires via Facebook :

PARTAGER