Passe d’armes entre Bathily et des députés lors de la séance de questions d’actualité : «Je ne suis pas venu me faire insulter à l’Assemblée nationale»

6

Les débats entre le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires Foncières, Mohamed Aly Bathily, et certains députés ont été parfois houleux à l’Assemblée nationale lors de la séance des «Questions d’Actualité». Quelques Honorables ont même tenu des propos discourtois à l’endroit du ministre.

Ce qui a amené le Président de l’Assemblée nationale, à plusieurs reprises, à rappeler certains d’entre eux à l’ordre. Ce qui a valu au titulaire du Perchoir de se trouver sous le feu de certains de ses collègues.

En effet, sous le coup de la colère, le Président de l’Assemblée nationale a déclaré que certains de ses collègues «n’ont pas leurs places» à l’Hémicycle. Du coup, ces propos ont causé un tollé général dans la salle de plénière, transportée pour la circonstance dans la salle Aoua Kéita, celle de Modibo Kéita étant en plein chantier de rénovation.

Cette déclaration a été perçue comme un manque d’égards d’Issaka Sidibé à l’endroit de ses collègues, ce qui l’a amené à retirer, avec élégance, ses propos, tout en appelant les députés au respect dû à son rang. Et la plénière a pu se poursuivre, avec son lot de récriminations envers le ministre des Domaines.

Plusieurs députés ont décrié la gestion par le ministre Bathily des problèmes fonciers auxquels le Mali est confronté. Annulation de TF, refus d’appliquer des décisions de justice, voilà des sujets qui ont amené les Honorables à tirer sur le ministre.

Extrait: «Arrêtez les discours populistes. J’ai l’impression que vous ne rendez pas service au Président IBK. Je me demande si IBK ne s’est trompé en vous nommant ministre».

D’autres députés ont également estimé que la suspension de la cession des documents constituait un manque à gagner pour l’Etat, comme l’Honorable Soïba Coulibaly, qui a relevé que la part de tous les services de l’assiette dans le Budget 2016 avait progressé, sauf celle des Domaines.

De son côté, l’Honorable Yiri Kéita a voulu savoir pourquoi le ministre Bathily avait démoli des maisons à Souleymanebougou sans décision de justice. Mais c’est l’attitude du député Moussa Coulibaly qui a le plus irrité le ministre.

En effet, après avoir fait de nombreuses récriminations, le député élu en Commune VI, en rejoignant sa place, est tombé dans l’invective. «Vous avez menti au peuple. On va se retrouver sur d’autres terrains».

Ce qui a failli faire sortir le ministre des Domaines de ses gonds. «Je ne suis pas  venu à l’Assemblée nationale pour me faire insulter. Je crois que de tels propos ne siéent pas à la hauteur de votre institution», a-t-il déclaré.

En réponse à ces différentes interrogations et récriminations, le ministre des domaines a évoqué un manque de solidarité au sein du Gouvernement sur les démolitions de Souleymanebougou. Il a également minimisé sa responsabilité dans celles-ci.

A en croire le ministre Bathily, une réunion s’est tenue la veille, nuitamment, au cours laquelle, le mot démolition n’est pas sorti de sa bouche. «On a fait fi de la solidarité gouvernementale pour désigner un exutoire. Qu’à cela ne tienne, j’assume ce qui a été fait dans le cadre de la mise en œuvre d’une décision gouvernementale. Les bulldozers, la gendarmerie qui étaient là-bas n’étaient pas sous mes ordres», a-t-il précisé.

S’agissant de la suspension des attributions des documents fonciers, le ministre a insisté : cette décision est motivée par plusieurs raisons. Il a expliqué que le Gouvernement voulait mettre de l’ordre, nettoyer et organiser le secteur foncier, en vue de maîtriser la cession de terrains. «La veille des élections communales, on a assisté à une frénésie de spéculations foncières. Les espaces verts étaient vandalisés comme des petits pains, sans avoir été réaffectés», a-t-il martelé.

Le ministre a déploré devant la représentation nationale l’absence de cadastre au Mali, même s’il a reconnu que son établissement coûtait cher. Car, a-t-il dit, il va falloir faire le géo-référencement de notre territoire.

«La France a mis 150 ans pour faire un cadastre. Le Mali doit se donner les moyens de faire de même», a-t-il dit. Concernant la démolition de Kalabanbougou, il a rappelé qu’il avait ordonné à l’huissier de justice la démolition de deux maisons et que celui-ci en a détruit 309.

C’est pourquoi il a ordonné son arrestation, pour le faire échapper à la vindicte populaire, car il y avait des jeunes qui étaient prêts à en découdre avec lui.

Youssouf Diallo

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. massa tu es vraiment KON qui va oser faire cette traduction et te remettre la facture. A te lire on sait déjà que tu es un crève faim.
    en plus tu ne connais pas les réalités de ton pays les peulhs ne sont pas des maîtres de terre. Ignorant.

  2. Ça ne marchera jamais! Les députés ont 200, 300, 400 hectares, des terrains qui coutent 60, 100, 200, 300 et 400 millions a Bamako… le tout acquis illégalement a travers spéculation et usurpation. Et Bathily demande aux même gens de l’aider à “assainir” ou au moins d’y dire la vérité…. c’est comme si l’on demandait à l’hyène d’aider à mettre en place une loi de jungle qui rendrait la viande de chèvre illégale. Les députés ont convoqué Bathily pour qu’il vienne s’expliquer sur ses activités (“de merde”) qui menacent à retirer leurs terres qui ils ont réservées pour leurs arrière-grands fils…est non de venir les raconter des histoires de « justice » etc. Le plus con des députés, Gassama, avait voulu contrer Bathily par une simple analyse d’application de la loi…quelque chose commença: « …Pourquoi Bathily ne pouvait-il pas au moins laisser les habitants de Souleymanebougou passer une douillette saison des pluies dans leurs maisons… ». Autrement, Bathily pouvait casser les maisons en été, au moins.

    Adama Sangaré, Chef des Terres, et Co de maires ont liquidé (aux propriétaires des immeubles etc..) 1500 espaces verts de la ville de Bamako, rendant ainsi la ville comme une grosse poubelle entassée sans parcs verts…sans oxygène… sans lieu de repos pour nos personnes agees et nos enfants. Les mêmes maires continuent a nos jours d’autoriser(contre les pot- de- vins) les kiosks anarchiques d’occuper les bords de toutes les grandes artères de la ville, ajoutant ainsi le sel sur la plaie des citoyens maliens…. où sont les députés pour restituer nos espaces verts ? Nulle part, bien sure!! 👿 😈

  3. LE premier corrompus ces les magistrats maliens deuxième corrompus députés l’assemblée nationale et ❓ ❓ ❓

  4. “D’AUTRES DEPUTES ONT EGALEMENT ESTIME QUE LA SUSPENSION DE LA CESSION DES DOCUMENTS CONSTITUAIT UN MANQUE A GAGNER POUR L’ETAT, COMME L’HONORABLE SOÏBA COULIBALY, QUI A RELEVE QUE LA PART DE TOUS LES SERVICES DE L’ASSIETTE DANS LE BUDGET 2016 AVAIT PROGRESSE, SAUF CELLE DES DOMAINES”
    De ces propos, il est très facile à déduire que cette institution est constitué d’abrutis. Est-il possible d’ajouter un cm2 de plus à la taille des ressources foncières chaque jour? Pensez-vous que l’économie d’un pays peut se réposer sur la ventes de ses ressources foncières? Bandes d’idiots et de voleurs! Bathily à raison. Il doit rapidement préparer une loi sur l’interdiction stricte de la vente des terres.

  5. Qui peux traduire en peulh, sarakole, Bambara, sonrhai l intervention du ministre bathily devant les deputes? .il s agit de cette iintervention pour faire taire les malfrats.
    Je suppprterai le coût, oui ii faut expliquer et traduire cette intervention en peulh et sarakole surrtout car ce sont eux en general les speculateurs vendent les terrains litigieux. .
    Que cette intervention du ministre bathily aille au fin fonds du mali afin que nos parents sachent que mandemassa a choisi un malien digne de confiance, soucieux de mettre en oeuvre les lois de la république et surtout le souci de retablir le malien lambda dans ses droits tel que prôné par le candidat ibk..voici le résultat de la politique despotique de soumaila cisse a l ACI, ou on procède a des ventes aux enchères dans un pays pauvre comme au mali , ouvrant du coup la voie de la speculation de la spoliation et de la deportation
    J attends qu un patriote puusse mettre sur le net cette intervention historique du ministre bathily.
    Traduire et le mettre a la disposition de nos compatrotes a l etranger, proies priviligiees des speculateurs fonciers au Mali.

Comments are closed.