Afrik’Actu* : Mieux vaux prévenir que guérir !

0

Les derniers attentats perpétrés par des bandes de criminels  mécréants, sans foi ni loi, mais se réclamant du djihadisme, notamment  comme ceux  du Bataclan, de St Denis à Paris et de l’Hôtel Radisson Blu à Bamako, établissent  la stricte nécessité du renforcement des capacités des services de renseignements de l’ensemble des pays concernés par le terrorisme international. Ainsi, les missions attribuées aux Renseignements Généraux dans les pays visés par le terrorisme, comme  le Mali, doivent être désormais  redéfinies  afin que les forces de sécurité puissent, sans entamer les libertés démocratiques et individuelles, faire efficacement face aux nouveaux défis du terrorisme international.

Cela est  d’autant plus nécessaire que  l’exigent désormais  la détermination des terroristes mais aussi la récurrence  et le changement du   modus opérandi  de leurs actes  à travers le monde.  Car  actuellement le terrorisme international, par des moyens logistiques et  financiers très conséquents  et modernes, mène une véritable guerre asymétrique qui  l’oppose  impitoyablement aux Etats et Institutions Internationales. Encore  qu’il s’illustre, à travers  sa  grande nouveauté, par l’utilisation de commandos kamikazes. Ce qui permet à ses commanditaires de produire plus de carnages. L’échantillonnage, partant du simple bilan des  130 morts et la  centaine de  blessés dans les attentats du 13 novembre à Paris, n’entraînant  que moins d’une dizaine de terroristes tués (soit un ratio d’un terroriste tué contre 13) et des 21 otages tués contre 3 terroristes (un ratio de 1 contre 7) du 20 novembre à Bamako,  ne sert-il pas de baromètre pour démontrer  à suffisance  l’importance des actes terroristes  perpétrés ces derniers temps ?  De toute façon,  dans les deux cas, malgré la promptitude de la riposte des forces de sécurité  et les moyens logistiques et humains impressionnants qu’ils ont  utilisés pour y faire face, il est évident que la perte en vies  humaines  a été considérable.

Raison pour laquelle, les pays concernés devront dorénavant  travailler  essentiellement en amont par la valorisation des renseignements afin de pouvoir réduire considérablement l’ampleur, à défaut d’empêcher, des actes terroristes. Toute chose qui nécessite  la mobilisation de ressources financières  conséquentes ainsi que de moyens matériels et humains adaptés à la nouvelle donne. Puisque pour commettre ainsi leur  barbarie, l’expérience a aussi prouvé que ces hommes-kamikazes, apparemment bien intégrés dans la société,  affichent le plus souvent des comportements normaux. Ce qui rend extrêmement difficile leur  repérage comme des personnages dangereux  avant leur passage à l’acte.

Toutefois, pour davantage mener à bien leurs difficiles missions, les forces de sécurité de ces pays  devront sans démagogie concrétiser la   mutualisation annoncée, à cause de l’internalisation du terrorisme, de leurs renseignements afin de faciliter leurs accès réciproques. Ce qui permettra  désormais de prévenir  plutôt les attentats de façon efficace que de les affronter.  Comme c’est malheureusement  le cas actuellement !

 Gaoussou M. Traoré

PARTAGER