Conflit au centre du Mali : le mouvement BaguinéSô recommande le désarmement de tous les détenteurs illégaux d’armes de guerre

0

Les membres du mouvement BaguinéSô ont animé le jeudi 21 mars un point de presse à la maison de la presse au cours duquel, ils ont fait le point de la situation sécuritaire dans le pays dogon. C’était sous l’égide d’Amadou Djimdé, président du regroupement.

-Maliweb.net- « Depuis le début de la crise multidimensionnelle que connait notre pays, nous vivons une situation de plus en plus insoutenable », a déclaré Amadou Djimdé, président du mouvement BaguinéSô. Cette crise a, selon lui, entrainé le départ des services essentiels de l’Etat ouvrant ainsi la voie royale aux groupes terroristes. Aujourd’hui, poursuit-il, « la cohabitation entre nomade et/ou peuls et sédentaires (abusivement désignés comme seulement dogon) a pris un sérieux coup ». Cette situation, explique-t-il, est rendue possible par la collaboration entre « certains frères » et les bandits armés qui opèrent sur le terrain.

De l’avis d’Amadou Djimdé, les actions des chasseurs traditionnels sont guidées par l’instinct de survie. « Ceux que la presse appelle génériquement des dogons n’ont jamais attaqué en premier. Ils ont toujours été attaqués en premier et ont dû riposter pour traquer et mettre hors d’état de nuire les envahisseurs et leurs complices », a-t-il justifié. Le président du mouvement BaguinéSôestime que la milice d’autodéfense Dan Na Ambassagou respecte scrupuleusement ses engagements. D’autant qu’elle n’a entrepris aucune action depuis que le chef de sa branche militaire, Youssouf Toloba, s’est engagé de manière unilatérale à déposer les armes.

Cependant, déplore-t-il, on constate un phénomène de type nouveau comme le vol organisé, le vol des engins à deux roues, l’incendie volontaire des villages, des assassinats ciblés et des menaces de tout genre. Ce qui, d’après lui, a occasionné le déplacement de nombreuses personnes.

Pour terminer,  Amadou Djimdé recommande à l’Etat de « jouer pleinement son rôle régalien de protection des personnes et de leur bien ; désarmer systématiquement tous les détenteursillégaux d’armes de guerre ; éviter l’amalgame en traitant toutes les victimes de la crise au même pied d’égalité comme le recommande la Constitution ». A la Minusma et la communauté internationale, il demande d’écouter toutes les parties avant de tirer toutes  conclusions. Cela permettra d’éviter des erreurs au moment de la rédaction des rapports.

Sans aller jusqu’à citer nommément un groupe, Amadou Djimdé pense que la victime n’est pas forcément celui qui surmédiatisé ses malheurs. « Une pratique d’ailleurs contraire à notre culture et à notre éducation », ironise le président du mouvement BaguinéSô.

Abdrahamane Sissoko/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here