Conflit malien: Ces médias français qui s’efforcent d’en donner une connotation ethnique

1

Pour des desseins inavoués, certains medias français, notamment Jeune Afrique et  RFI, s’efforcent de donner une connotation ethnique au conflit malien.

Plusieurs médias maliens et internationaux ont fait un lien direct entre la démission de l’ancien Premier ministre malien, Soumeylou Boubèye Maïga et le massacre des Peuls dans le centre du pays. Un signe de « l’ethnicisation » progressive du traitement médiatique de l’actualité malienne, depuis 2015, sur fond d’attaques terroristes et de conflits intercommunautaires.

« L’ethnicisation dans le traitement médiatique de l’actualité malienne existe depuis 2015, mais elle a atteint son paroxysme ces dernières semaines », constate Bréma Ely Dicko, chef du département sociologie, anthropologie à l’université de Bamako.

Et de citer, à l’appui de son analyse, le titre de cette  dépêche publiée vendredi par plusieurs médias internationaux et sites maliens, annonçant la démission de Soumeylou Boubèye Maïga : « Mali : le Premier ministre démissionne à la suite du massacre de Peuls ». Une formulation qui établit un lien direct entre la démission du Premier ministre et le massacre de 160 personnes appartenant à la communauté peule à Ogossagou, dans le centre du Mali.

Quelques jours plus tard, des portraits de son successeur Boubou Cissé, réalisés par des radios et médias en ligne, mentionnent, parmi les caractéristiques spécifiques du nouveau Premier ministre – économiste, ex-ministres des Finances et ancien conseiller à la Banque mondiale – son appartenance à l’ethnie peule.

« Au fil des portraits, les médias ont également associé Amadou Koufa, chef de la Katiba Macina, aux Peuls. Et diverses analyses portant sur le conflit dans le Centre s’appuient par ailleurs sur des rappels historiques invoquant le jihad peul du XIXe siècle. Tout cela contribue à construire l’image d’une communauté violente », ajoute le professeur.

« Une lecture simpliste »

Pour Ibrahim Maïga, chercheur à l’Institut d’études en sécurité (ISS), associer la démission de Soumeylou Boubèye Maïga au massacre de Ogossagou est « une lecture simpliste, voire anachronique, qui ne prend pas en compte la complexité des dynamiques sur le terrain. Et encore moins les subtilités de la politique malienne. Bien que le drame d’Ogossagou ait pu fragiliser la réputation de sécurocrate que s’est faite SBM, cet événement n’est pas la cause principale de son départ. »

L’ancien Premier ministre avait présenté sa démission le 18 avril, à la veille de l’examen par l’Assemblée nationale d’une motion de censure déposée par des députés de la majorité et de l’opposition contre le gouvernement.  L’homme accumulait les griefs depuis plusieurs mois. En plus de la crise sécuritaire, ses détracteurs lui reprochaient en effet sa gestion du front social.

Les pancartes brandies par les manifestants réclamant son départ, le 5 avril, à Bamako, dénonçaient certes le massacre de Ogossagou, mais nombreuses étaient celles qui pointaient la grève des enseignants, dénonçaient la présence des forces françaises dans le pays ou accusaient la classe politique d’être corrompue.

Correspondance particulière

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. La france est obligee de dire cela pour justifier sa violence et ses coup bas au Mali. Je suis cas meme content que les Maliens/Maliennes ont compris que la france et le tuer des Maliens/Maliennes. Si c’est un conflit ethnique au Mali, je veux que la france explique aux Maliens/Maliennes pour quoi elle a interdit a l’armee Malienne d’aller a Kidal. Je veux aussi qu’elle explique au Maliens/Maliennes pour quoi elle est partie chercher les rebelles Ifoghas qu’elle meme a mis sur pieds pour partir s’installer a Kiadl en mettant devant l’armee imperialiste francaise et la MINUSMA les autres ethnies dans des camions direction Gao. Je veux aussi qu’elle dise aux Maliens/Malieenes si un gouvernement imperialiste fonctionne comme une organisation charitable. Je veux aussi qu’elle explique aux Maliens/Maliennes pour quoi la france a voulu par la force signer un accord pour la presence de leur base militaire imperialiste au Mali. Le monde est deja abitue a ces tactiques imperialiste d’accuser la victime. N’est ce pas ces memes histoires que vous ces imperialistes avaient cree pour attaquer, l’Afganistan, l’Iraq, la Somalie, la Libye, le Yemen etc. Je pense que la france oublie que les Maliens/Maliennes ecoutent Michel Collon, Christoph Hurstel etc concernant la strategie du chao qui est aussi un moyen de barrer le chemain a la Chine. Je veux que la france explique au Monde aujourd’hui que l’armee imperialiste francaise accepte de mourir au Mali pour le beaux yeux des Maliens/Maliennes. Ce que la france ne connais pas ou bien essaie d’ignorer c’est que avec l’internet les informations sont partout sauf des imperialistes comme la france qui pensent toujours faire endormir les gens debout. Tout le monde sait aujourd’hui que la france n’a plus les moyens de sa politique en Afrique c’est pour quoi tous les vautours imperialistes europeens se sont retrouver au Mali dans le grand desert pour un partage de gateaux Je demande aux Maliens/Maliennes de ne jamais ecouter ces imperialistes faiseurs de troubles au Mali. Le monde comprend que la race europeenne est la race la plus violente du monde qui ne recule devant rien pour rayonner et faire soumettre les autres peuples et il faut comprendre que les autres ont appris la lecon.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here