Haute trahison : D’où proviennent les sources de ravitaillement des terroristes?

3

Nombreux sont-ils, les enfants du pays qui travaillent en intelligence avec l’ennemi public numéro1 de la nation malienne. Pour comprendre le puzzle du ravitaillement des terroristes, il faut faire une descende dans les confidences d’une ville, celle qui par excellence ravitaille les terroristes.

Sous nos yeux, Boni le marché noir des terroristes

Placé au bord de la RN16 et situé à 90Km de la ville de Douentza dans la région de Mopti, Boni est une ville ouverte aux terroristes en ce sens qu’il n’y a aucune mesure visant à bloquer les sources de ravitaillement des terroristes en matières de carburants, d’armes et d’aliments. Après avoir décimé et chasser la famille fondatrice du village, les autorités locales et administratives, les assaillants ont réussi à faire de Boni leurs « puits d’or ». Des sources bien discrète évoque qu’un Baron de l’ADEMA qui fut président de l’Assemblé Nationale a joué un rôle de 1ère  ligne au début de cette affaire qui date depuis 2016. Aujourd’hui, d’après les infos, ce dernier n’a plus aucune emprise sur ces jeunes qu’il a basculés dans le terrorisme. Et voilà où nous en sommes ; recrudescences d’attaques, développement de l’économie criminelle … et radicalisme et délinquance juvénile, le tout ayant pour toile de fond, le terrorisme.

Le business du carburant

Des entretiens réalisés, ont permis de révéler que des dizaines de barriques d’essence sont livrées chaque jour au compte des terroristes qui opèrent dans les localités de Dinangourou, Mondoro, Boulkessi et le long de la frontière Burkinabé qui s’allonge dans la zone des trois frontières. Ainsi, les barriques de carburant trafiquées à partir de Gossi et de Tombouctou sont stockées dans la ville de Boni. Les jeunes de la localité concernée qui s’adonnent à ces pratiques s’en sortent plutôt bien avec des billets de banque, qu’ils investissement ensuite dans l’achat et la vente des armes.

 Le business de la subsistance

L’insécurité généralisée a mis à plat-ventre la culture des denrées alimentaires, tout en engendrant une pénurie des produits de première nécessité dans plusieurs localités du cercle de Douentza. Ainsi, des commerçants poussent comme des champignons à Boni où ils partent chercher des denrées alimentaires à Douentza ; pour ensuite les revendre plus chères aux terroristes. Ces fonds sont de même utilisés dans l’achat et la vente du carburant, des armes et munitions et des motos. Pourrait-on dire qu’à Boni, la jeunesse s’est adaptée, elle fait bon ménage avec le terrorisme au point de « s’inféoder », selon les constats publics.

Les différentes poches terroristes aux abords de Boni

Depuis le début de cette crise, le village de Serma et de Yelyame ont donné leur nom à des bases terroristes, appelée Katiba. Ainsi avons-nous assisté à la naissance des Katiba incontestées de Serma et Yelyame. Avec leur technique et armada de guerre, les assaillants qui composaient lesdits Katiba avaient réussis à dissuader l’armée malienne de s’introduire dans leur fief, encore moins les attaquer. Mais récemment avec l’opération « Éclipse » engagée par les différentes troupes étrangères et nos FAMAS, les bases des terroristes ont été détruites et plusieurs d’entre eux ont été abattus. Les plus chanceux, grièvement blessés qui ont pu s’enfuir, y ont laissé des plumes. Ainsi, ces rescapés se sont reconstitués en poche dans les villages abritant les forêts de Téga, Bâdo, Bebi, Bôrô, Sènè-aidal, Lainka et Lainkaïna, le tout situé au maximum 30Km de Boni.

Des sources locales nous apprennent que tous les vendredis, les mosquées de Sènè-aidal, Téga et Bebi sont bondées de « djihadistes », Kalaches et mitrailleuses sous les bras. Au regard de ce qui précède, on comprend aisément qu’au-delà des armes, le terrorisme est une entreprise qui profitent à ceux qui s’y adaptent… Même si, ce n’est qu’un temps limité, car on finit toujours par se faire cibler à cause de la richesse qu’on y gagne et de l’influence qu’on y obtienne. Reste à préciser avec intérêt, que l’État doit prendre des mesures afin de couper les sources de ravitaillement des terroristes, tout en sensibilisant les jeunes accros, à quitter le terrorisme pour rejoindre l’armée. Cela dans le cadre d’un programme spécial et concret du DDR en vertu de la reconquête de l’intégrité territoriale, et du retour intégré de la jeunesse en guerre contre sa patrie.

JP

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. La majeure partie de ces gens prennent les armes contre la mauvaise gouvernance des délinquants financiers qui dirigent l’ état !
    Le meilleur remède contre le terrorisme : honnêteté , intégrité et patriotisme tout en travaillant !

  2. 🙂 C EST AU PEUPLE DE FAIRE LA GUERRE AU TERRORISME , PAS A L ARMEE SEULE, AU PEUPLE ENTIER COMME UN SEUL HOMME! 🙂

  3. Voilà le problème l’insécurité l’insécurité, j’ai dis et je le répète beaucoup de village du centre sont complices avec leurs frères et fils terroristes, il est temps un grand temps l’armée prend leur responsabilité d’aller massacre tous y compris les complices .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here