Lynchage à Gao : Qui sont les victimes ? Regards croisé

1

Un parent de ces victimes a contacté RFI pour apporter un démenti aux accusations faites contre elles. Selon lui, ces jeunes ne seraient pas les coupables, ils se sont simplement retrouvés au mauvais moment, au mauvais endroit. Sur place à Gao, un ressortissant sonrhaï nous a contactés pour faire ressortir des éléments qui seraient provocateurs de la colère des populations. “C’est quasi impossible de faire la distinction entre le bien et le mauvais. Nous ne savons plus à qui faire confiance. La gangrène a pris de toutes parts, même les autorités maliennes se sont rendues coupables au 1er degré. Le Gatia que les autorités maliennes tentent de nous faire avaler comme étant la pilule qui sauve, est la pire des menaces qui n’a jamais existé. Nous de Gao, sommes pas bêtes comme pense l’Etat malien. Personne n’ignore les tractations mafieuses et sans scrupules qui ont donné naissance au Gatia. Tout le monde ici sait que le Gatia n’est rien d’autre qu’une réhabilitation des anciens du Mujao qui ne savaient plus où aller. Ils ont réussi cela grâce à un pacte fait par un certain Cherif Ould Taher qui consistait à donner (en 2014) des informations sur les otages français et de s’investir pour leur libération et en retour, les arabes créeront leur milice. Ce n’est pas fini, il faudrait camoufler cette milice aussi. Du coup, le Gal. Gamou qui venait d’essuyer une défaite à Kidal, qui était appelé à être sanctionné, est placé à la tête de ladite milice afin de lui donner un semblant de loyauté. Les victimes peuvent ne pas être coupables, mais les suspicions dont ils ont été victimes sont réelles. Donc nous, nous ne laisserons personne nous traiter de barbares ou de quoi que ce soit. L’Etat malien est seul et unique responsable de tout ce qui arrivera dans cette partie du pays”. Voilà un peu résumés les propos à chaud de l’intéressé qui nous a promis de nous «brosser» une analyse plus approfondie très prochainement.

Ousmane KONE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Grand merci aux dirigeants du Mali. Tres courageux de tout faire pour nous proteger. Lisez cet article de jeune afrique.

    Le contrat conclu en 2013 entre le Mali et la société Guo-Star ne concernait pas que des pick-up, des bérets et des chaussettes…

    Dans le contrat de 69 milliards de F CFA (105 millions d’euros) conclu en novembre 2013 entre la société Guo-Star et le ministère de la Défense du Mali (qui valut à ce pays les foudres du FMI et le gel provisoire de ses appuis budgétaires bilatéraux), il n’était pas seulement question de pick-up, de bérets, de chaussettes et de sacs de couchage. Des témoignages concordants font apparaître qu’il concernait aussi l’achat d’armes et de munitions.
    J.A. a ainsi pu prendre connaissance d’un bon de commande du 13 décembre 2013 d’un montant de 19 722 204 euros (près de 13 milliards de F CFA) destinés à l’achat de centaines d’armes (mitrailleuses, pistolets automatiques, fusils à lunettes et mitrailleurs, lance-roquettes, lance-grenades, mortiers, etc.), de milliers de munitions et de six systèmes antiaériens de type ZSU-23-4 Shilka (980 000 euros l’unité).
    Une société bulgare du nom de Metallica
    Selon nos sources, ces armes auraient été achetées à une société du nom de Metallica, dont le siège est en Bulgarie. Me Kassoum Tapo, l’avocat de Guo-Star, se serait rendu dans ce pays il y a quelques mois – information qu’il refuse de commenter. Il s’agissait à l’époque d’armer les soldats formés par l’Union européenne à Koulikoro et d’équiper les véhicules (blindés de transport de troupes et pick-up) achetés dans le cadre du même contrat.
    Aucune banque privée n’étant autorisée à prêter de l’argent pour acheter des armes, il a été décidé de “noyer” ces achats sensibles dans le contrat global passé avec Guo-Star, qui, officiellement, ne concernait aucun matériel létal. “Pour un pays comme le nôtre, il est très difficile d’acheter de l’armement, explique un proche collaborateur d’Ibrahim Boubacar Keïta. Nous avons sollicité l’aide de nos alliés, mais peu y ont répondu.”

    Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Mali | Comment le Mali a fait passer des armes… sous les chaussettes de Guo-Star | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique
    Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook

Comments are closed.