Rapport de la Minusma sur l’attaque de Sobane Da : Plus de 35 morts, l’Etat malien invité à diligenter la procédure judiciaire

11

Hier, jeudi 8 août 2019, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a publié son rapport d’enquête spéciale sur les atteintes sérieuses aux droits de l’homme commises le 9 juin 2019 dans le village de Sobane Da, à la frontière des cercles de Bandiagara et Koro, dans la région de Mopti. Selon la mission Onusienne au Mali, cette attaque a coûté la vie d’au moins 35 personnes membres de la communauté dogon, dont 22 enfants âgés de 1 an à 12 ans (11 filles et 11 garçons). A cet effet, la Minusma a recommandé au gouvernement du Mali de prendre non seulement toutes les mesures nécessaires pour prévenir de telles atrocités, mais aussi, de s’assurer que « l’enquête judiciaire en cours soit menée de façon diligente et approfondie et que les auteurs soient traduits devant les juridictions appropriées ».

C’est à la faveur d’un point de presse tenu, hier dans la mi-journée que la Minusma a rendu public son rapport sur l’attaque terroriste perpétrée à Sabame Da dans la région de Mopti. Le présent rapport de 11 pages fait état d’atteintes sérieuses aux droits de l’homme commis lors de l’attaque sur le village de Sobane Da, dans la région de Mopti, le 9 juin 2019.  Du 10 au 14 juin, conformément à son mandat, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) dit avoir déployé une mission d’enquête spéciale des droits de l’homme pour établir les faits, les circonstances et l’ampleur de l’attaque, en vue de contribuer à l’enquête judiciaire en cours menée par les autorités maliennes. Selon les responsables de la Minusma, l’équipe était composée de quatre chargés des droits de l’homme de la Division des droits de l’homme et de la protection (DDHP), de trois officiers de police technique et scientifique de la Police des Nations unies (UNPOL) et de trois chargés du Bureau de l’information publique de la MINUSMA. La MINUSMA dit avoir a également soutenu l’enquête judiciaire en cours menée par le pôle judiciaire spécialisé de Bamako. Au terme de l’enquête, la MINUSMA a conclu que le dimanche 9 juin 2019, de 17h à minuit, un groupe composé d’une trentaine d’individus armés, identifiés par des témoins comme un rassemblement de jeunes venant des villages avoisinants, a attaqué le village de Sobane Da. « L’enquête a permis d’établir qu’au moins 35 personnes membres de la communauté dogon, dont 22 enfants âgés de 1 an à 12 ans (11 filles et 11 garçons), auraient été tuées lors de l’attaque. Trente-deux victimes auraient été brûlées ou asphyxiées à l’intérieur d’habitations et au moins trois personnes auraient été tuées par balle. Les restes de corps calcinés ont également été retrouvés le lendemain de l’attaque mais l’enquête n’a pu les identifier. De plus, neuf blessés, dont six gravement brûlés, ont été évacués à l’hôpital de Sévaré avec l’appui du Centre de santé de référence de Bandiagara. En outre, 40% des bâtiments du village ont été incendiés, soit 23 habitations et 27 greniers, ainsi que de nombreux enclos et Toguna (cases à palabres). La case du chef du village a été épargnée, tout comme l’église du village et de nombreuses maisons affichant des croix. Au terme de l’enquête, aucune indication n’a permis de démontrer que l’attaque avait été menée pour des motifs religieux », révèle un communiqué de presse de la Minusma. Aux dires des responsables de la Minusma, au moins 289 villageois ont réussi à fuir Sobane Da et trouvé refuge dans les villages avoisinants de Koundou (à environ 10 km au nord-ouest de Sobane Da) et Sorou (à environ 4 km au sud), où ils se trouveraient encore aujourd’hui. Le communiqué de la Minusma indique que les actes documentés, en particulier les meurtres, les blessures, les destructions et le déplacement de populations, constituent des atteintes sérieuses au regard du droit international des droits de l’homme. S’ils étaient jugés devant un tribunal national compétent, ajoute le communiqué de presse, ces actes pourraient également constituer des crimes au regard du droit pénal malien. A cet égard, la MINUSMA note avec satisfaction l’ouverture immédiate d’une enquête par le Pôle judiciaire spécialisé et promit de fournir son appui aux autorités maliennes pour s’assurer que les auteurs de ces crimes soient punis. « La réponse au sentiment d’impunité largement partagé dans la zone, est dans une justice prompte et efficace, mais aussi dans l’application des mesures concrètes concernant le désarmement des milices et autres éléments armés. La condamnation des auteurs de ces crimes odieux est une condition sine qua non de la voie du retour à la paix et du vivre-ensemble dans le centre du Mali », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général au Mali et Chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif.

« Il est important que l’enquête menée par le Pôle judiciaire spécialisé aboutisse à la poursuite des auteurs » 

Le communiqué de la Mission Onusienne au Mali souligne que la gravité de l’attaque perpétrée à l’encontre de Sobane Da, marquée par la mort d’au moins 22 enfants et six femmes, contribue à un cycle de violence déjà bien ancré dans la zone. Depuis l’attaque du 9 juin, indique le communiqué de presse, la Division des droits de l’homme et de la protection a documenté 16 incidents attribués à des groupes armés sur fondement communautaire dans les environs de Koro et Bandiagara. La MINUSMA affirme être préoccupée par les diverses incitations à la haine et à la violence lancées suite à l’attaque de Sobane Da. « Tout appel à la haine ou incitation à la violence est prohibé par le droit international, en particulier par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques dont le Mali est signataire. J’exhorte ainsi les autorités maliennes à condamner publiquement de tels actes de manière systématique et à prendre toutes les mesures nécessaires pour tenir les auteurs responsables », a conclu Mahamat Saleh Annadif. En conclusion, le rapport  de la Minusma précise que l’attaque de Sobane Da illustre une fois de plus le cycle de violence et de représailles déjà bien ancré dans la zone qui affecte particulièrement les enfants et les jeunes. «La violence armée entre communautés au centre du Mali continue de s’étendre et de fragiliser le vivre-ensemble. Il est important que l’enquête menée par le Pôle judiciaire spécialisé aboutisse à la poursuite des auteurs », souligne le rapport. Comme recommandation, la Minusma a invité le gouvernement à renforcer les mécanismes étatiques pour la protection de la population, notamment les femmes et les enfants, les personnes déplacées et les services sociaux, qui sont de plus en plus victimes des attaques armées continues et des actions de représailles au centre du Mali. La Mission Onusienne au Mali invite le gouvernement malien à prendre non seulement toutes les mesures nécessaires pour prévenir de telles atrocités, mais aussi, de s’assurer que l’enquête judiciaire en cours soit menée de façon diligente et approfondie et que les auteurs soient traduits devant les juridictions appropriées. Enfin, la Minusma souhaite la mise en œuvre des décisions annoncées par le Président de la République pour le désarmement effectif et sans délai des éléments armés non-étatiques impliqués dans les violences commises au centre du Mali.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

11 COMMENTAIRES

  1. Pendant combien d’années encore, nous, citoyens de l’UEMOA, laisserons le peuple malien souffrir dans cette indifférence généralisée !?
    Le règlement de la solution sécuritaire dans notre sous-région ne se fera pas par le renforcement des troupes de la Minusma (la Guinée compte faire passer l’effectif de son contigent de 850 à 1 000 hommes) ou par la projection au Mali, d’un bataillon de casques bleus, comme s’apprête à le faire, la Côte d’Ivoire !!
    La solution innovante préconisée est de mettre des Groupements Tactiques (GT) issus des pays membres du Conseil de l’Entente, directement à la disposition des États-majors des Armées de nos pays frères du Sahel, pour faire la guerre aux terroristes !!
    Le rôle des casques bleus n’a jamais été de mettre fin à une guerre, en se battant aux côtés de l’armée nationale ; mais, de geler le front, afin qu’il n’y ait pas de combat !!
    En Côte d’Ivoire, l’ONU a retiré ses troupes, parce que la rébellion a pris le dessus sur les forces gouvernementales !!
    En RDC, les combats se poursuivent depuis plus de 20 ans ; malgré la présence de plus de 20 000 casques bleus au sein de la MONUSCO ; ce serait même l’opération militaire la plus coûteuse financièrement, dans toute l’histoire des casques bleus !!
    C’est maintenant connu de tous les africains : si un pays veut faire perdurer une guerre ; alors, il n’a qu’à faire appel aux casques bleus !!
    Les autorités du Burkina et du Niger l’ont si bien compris qu’elles ne feront jamais appel à l’ONU, pour un envoi de casques bleus dans leurs pays !!
    Quelle est alors la solution !?
    1) Que les présidents du Burkina et du Niger demandent à leurs 3 autres collègues (ivoirien, béninois et togolais), que le Conseil de l’Entente (CE) s’occupe uniquement de l’aspect sécuritaire dans l’UEMOA ; c’est-à-dire transformer le CE en une sorte de mini OTAN !!
    2) Élargir le Conseil de l’Entente à tous les pays membres de l’UEMOA, en faisant automatiquement d’eux, des membres de droit !!
    3) Élargir le Conseil de l’Entente à la Guinée et au Ghana !!
    L’objectif est de mettre à la disposition des États-majors des armées du Burkina, du Niger, puis du Mali (après le retrait des casques bleus de ce pays frère), des Groupements Tactiques (GT), pour faire la guerre aux Djihadistes et ce, dans le cadre de ce mini OTAN sous-régional !!
    Ce sera alors, prendre en charge, nous-mêmes, notre propre sécurité sous-régionale, en mutualisant nos forces armées !!
    Chaque GT projeté pour faire la guerre aux terroristes, aura un effectif de 1 000 hommes et devra comprendre : 1 bataillon d’infanterie, un escadron blindé, une section d’appui, équipée de mortiers de 120 mm et une section du génie combat, équipée pour la lutte contre les mines et autres Engins Explosifs Improvisés (EEI).
    Une prime de 50 000 F CFA sera payée chaque mois, à tout militaire, membre d’un GT, par le pays d’accueil (Burkina, Niger, puis Mali) ; la logistique (munitions, carburant, nourriture…) sera aussi à la charge du pays d’accueil des GT du Conseil de l’Entente ; les salaires étant déjà payés par leurs pays respectifs.
    Pourquoi diantre, payer nos militaires à se tourner les pouces dans nos casernes ; alors qu’ils pourraient se rendre utiles, en aidant nos pays frères du sahel à éradiquer le terrorisme sur leurs sols !!
    Pendant combien d’années resterons-nous indifférents aux malheurs des populations burkinabé, nigérienne et malienne !?
    Pourtant, un proverbe africain dit que, quand la case de ton voisin brûle, il faut l’aider à éteindre l’incendie ; sinon, c’est ta propre case qui partira aussi en fumée !!
    Nous ivoiriens avons bien compris lors de l’attentat de Bassam, que nul n’est à l’abri du terrorisme !!
    A bon entendeur, salut !!

  2. Yugubane, tu fais la fierte des Soninke ici sur Maliweb, nous savons analyser, parler et dire la verite et rien que la verite et nous n’avons pas peur de dire la verite! Merci pour ces points ici.

  3. ****FAAROHW…LA JUSTICE ABRAHAMIQUE C EST PREPARER UNE AUTRE PHASE DU CONFLICT!!!FAITES GAFFE! IL N YA PAS DE JUSTICE PARMI LA LANGUE ET LES DENTS, IL YA DU PARDON ET DU DIALOGUE… 9 Août 2019 at 13:02
    ….LA JUSTICE A L OCCIDENTALE DONC ABRAHAMIQUE PREPARE TOUJOURS UN AUTRE CONFLICT, CAR N A JAMAIS ETE IMPARTIALE ET JUSTE, ELLE INSTRUMENTALISE ET DONNE GRAINE A UN AUTRE
    PROBLEME A GERER PAR LES MEMES GENS….*****

    … FAAROHW PARLE …A CHAQUE FOIS IL CHANGE SON IDENTITE …MAIS IL PARLE !
    SACRE FAAROHW …AU MOINS IL NOUS PARLE DES “”” ABRAHAMANIQUES “”” …QUE MOI …J IGNORAIS !
    …! ! : ! ….

  4. ….ET YUGO A RAISON !
    LES ABRAHAMANIQUES RACONTENT ENCORE DES BETISES !
    EST IL NORMAL QUE LES ABRAHAMANIQUES PARLENT DE MASSACRES DE PEULS ET DE DOGONS ?
    LES PEULS ET LES DOGONS FONT ILS PARTIE DE L HUMANITE ?
    IL EST URGENT QUE …NOUS REMPLACIONS TOUS CES ABRAHAMANIQUES …PAR …DES FAAARRRROWS ! ! ! !

  5. ….CONCLUSIONS :
    (…EN N AYANT PAS LU UNE SEULE LIGNE DE L ARTICLE ….)
    …MAIS VU QUE …LA MINUSMA …LES FRANCAIS …N ARRETENT ¨PAS DE VOLER ,ET DE PILLER LE SOUS SOL ( ? , ? ) ..ET DE FAIRE DE FAUX RAPPORTS …( ? ? ? ) QUE LES REMPLACENT …ET VIVENT LES RUSSES ET LES CHINOIS !
    …NON MAIS …( …….! ! ! ! …… )
    COCO , QUI RIGOLE !

  6. ….ENFIN LE YOUGUBALEN A COMPRI QUELQUE CHOSE!….
    ….SALUTATIONS A YUGUBALEN!….
    CONTINUE A LIRE TU SERAS ECLAIRE

  7. COMBAT IDIOT-LOGIQUE, tu as parfaitement raison. Ces ABRAHAMIQUES nous parlent de droits de l’homme et de crimes contre l’humanité alors que pour nous autorités Maliennes, ni les DOGONS, ni les PEULS ne font partie de l’humanité. 😀😀😀😀😀😀

  8. FAAROHW...LA JUSTICE ABRAHAMIQUE C EST PREPARER UNE AUTRE PHASE DU CONFLICT!!!FAITES GAFFE! IL N YA PAS DE JUSTICE PARMI LA LANGUE ET LES DENTS, IL YA DU PARDON ET DU DIALOGUE...

    ….LA JUSTICE A L OCCIDENTALE DONC ABRAHAMIQUE PREPARE TOUJOURS UN AUTRE CONFLICT, CAR N A JAMAIS ETE IMPARTIALE ET JUSTE, ELLE INSTRUMENTALISE ET DONNE GRAINE A UN AUTRE PROBLEME A GERER PAR LES MEMES GENS….

    …..CHAQUE FOIS QU IL YA UN SEMBLANT DE PAIX L ABRAHAMIQUE SE POINTE A NOUVEAU POUR EXIGER QUE CETTE PAIX NE SE FASSE PAS, ET QUE LA PEUR LA DISCORDE L ANIMOSITE REVIENNE SI PAS SUR LE TERRAIN ALORS DANS LA SALLE DE JUSTICE QUE L ABRAHAMIQUE CONTROLE….

    …FAITES GAFFE! IL N YA PAS DE JUSTICE PARMI LA LANGUE ET LES DENTS, IL YA DU PARDON ET DU DIALOGUE…

  9. On a pas besoin de leurs enquêtes dès qu’ils venue ils n ont rien faient comme protection des civils et pourtant la mnisca menent des opérations en centre Afrique

  10. La MINUSMA peut avaler ses rapports, le MALI de IBKalamité est un «pays souverain» qui n’a de leçons à recevoir de qui que ce soit. On juge et on condamne les peccadilles et les délits mineurs et on se réconcilie avec les auteurs des pires crimes. On brûle vif les voleurs de poules et on vénère les voleurs de milliards. Quand tu tues une femme ou un bébé, tu es un criminel assassin. Quand tu tues 22 bébés ou 22 femmes tu es un Conquérant qui à droit à des égards . Quand tu les tues tous, tu es un Dieu que nous devrions vénérer. Si la MINUSMA croit qu’il y a vice de forme en cela, elle peut plier bagage et aller se faire voir ailleurs. Nous allons faire appel aux Russes et aux Chinois qui viendront se battre pour nous. Eux sont d’ailleurs plus efficaces que l’ONU qui n’a jamais réglé un problème. 😛😜

  11. Encore le pompier! La MINUSMA ne vient qu’apres les crimes. Le gouvernement a qui elle fait des observations n’a aucune emprise sur ces zones abandonnées à elles même . Nous allons assister impuisamment à d’autres massacres similaires . Qu’Allah protège les sans voix.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here