Situation sécuritaire : 2017 : Chronique d’une année ensanglantée

1
Axe Nara-Banamba : Près de 20 véhicules de djihadistes aperçus par les populations

L’année 2017 qui vient de s’achever aura été la plus meurtrière depuis le déclenchement de crise au Mali de 2013 à jours. Des attaques et embuscades contre les forces maliennes et celles de la Minusma, des mines, des assassinats ciblés, des affrontements fratricides entre groupes armés, furent le quotidien des régions du nord et du centre… Chronique d’une année ensanglantée dans un Mali meurtri et qui ne cesse de compter ses morts !

De septembre 2013 à nos jours, au moins 2108 personnes ont trouvé la mort au cours de divers incidents armés, selon un communiqué publié par le Parena. Mais l’évidence est que celle de 2017 a été la plus meurtrière. En effet, au moins 716 personnes ont perdu la vie au Mali entre le 1er janvier et le 31 décembre 2017. Au nombre des victimes figurent 292 militaires maliens et étrangers : 245 membres des FAMAS (forces maliennes), 45 soldats de l’ONU et deux éléments de la Force Barkhane, toujours selon le même communiqué.

Le 01 janvier 2017 : Attaque d’un poste de contrôle de la gendarmerie à Gossi par des individus non-identifiés (Aucune victime).  11 janvier 2017, un convoi de l’AMA saute sur une mine entre Diafarabé et Macina, 5 morts et 3 blessés (soldats). Le 18 janvier 2017, attaque d’un poste de l’AMA à Tonka (130 Km à l’Ouest de Tombouctou). Bilan : 3 morts et 3 blessés (soldats). 18 janvier 2017 : Assassinat du maire de Boni par des présumés djihadistes. 18 janvier 2017 : Attaque la plus meurtrière depuis le déclenchement de la crise, kamikaze au véhicule piégé dans un camp militaire abritant le mécanisme opérationnel (MOC) de suivi de l’accord d’Alger. L’attaque est revendiquée par Al-Moutabitoune; affilié d’Aqmi. Bilan : Entre 77 et 106 morts (dont au moins 18 soldats; 27 combattants de la plateforme et 28 de la CMA) ; et 130 blessés. 21 janvier 2017, attaque d’un poste du Gatia à Erharzigui (Tin-Essako) ; le Gatia accuse la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad) d’en être l’auteur (14 morts combattants Gatia). 22 janvier 2017 : Un convoi de l’AMA saute sur une mine non loin de Gossi (1 soldat tué et 3 blessés). Le 23 janvier 2017, attaque au mortier du camp Minusma d’Aguelhok, 1 mort et 10 blessés (casques bleus). Le 24 janvier 2017 : Un convoi de l’AMA saute sur une mine et subit une attaque armée par des individus non-identifiés à 20 km de Hombori (1 mort et 2 blessés (soldats). 27 janvier 2017, un convoi de la MINUSMA sur l’axe Gao-Gossi saute sur une mine, aucune victime.  Le 28 janvier 2017, assassinat du maire de Mondoro par des suspectés djihadistes.

Le 2 février 2017: Attaque d’un poste de contrôle de la gendarmerie à Tenenkou (Mopti) par des individus armés. Bilan : 1 tué et 2 blessés (gendarmes). Le 04 février 2017 : Attaque d’un poste de contrôle de l’AMA à Ménaka par des individus armés, 4 morts (soldats)…

Le 5 mars 2017 : Attaque d’un camp des FAMAs à Boulkessi (région de Mopti ; frontière Mali-Burkina) par des présumés djihadistes. Bilan : 11 morts et 5 blessés (soldats). 6 mars 2017, attaque de checkpoints des FAMAs par des combattants du MAA et du CJA aux sorties nord de la ville de Tombouctou pour contester l’installation des autorités intérimaires. Bilan : 3 morts (civils). Le 13 mars 2017: Attaque contre les FAMAs à Fafa (cercle d’Ansongo; Gao). Bilan : 4 morts (2 soldats et 2 civils) et 1 soldat blessé). 17 mars 2017, assassinat à Menaka de Almadi Ag Lengach; un chef militaire du Gatia par des individus non-identifiés. Le 22 mars 2017 : Affrontements intercommunautaires près de Diabaly (région de Ségou), 10 morts et 14 blessés (civils). 24 mars 2017, attaque d’un poste de sécurité de l’armée malienne à Almoustarat (150 km au nord de Gao) par des individus non-identifiés. Bilan : 3 morts et 4 blessés (soldats). 25 mars 2017: Attaque d’un poste de douane à Ouelessebougou (80 km de Bamako) par des individus non-identifiés, 1 mort et 1 blessé (douaniers). Le 25 mars 2017, un véhicule de l’armée saute sur une mine à 20 km du village de Kouakourou (cercle de Djenné, région de Mopti) lors d’une opération contre une base de djihadistes (10 morts, présumés djihadistes ; 2 blessés, soldats). 26 mars 2017: Attaque de 2 cars de transport appartenant aux compagnies Sonef et Nour, entre Gossi et Doro (région de Gao), 1 mort (civil). Le même jour, assassinat à Yirma (commune de Mondoro, Mopti) de Adry Ongoïba; chef coutumier du village. Le 28 mars 2017, attaque d’un poste de gendarmerie à Boulkessi (région de Mopti; frontière Mali-Burkina) par des individus non-identifiés, 3 morts (2 gendarmes et 1 civil). 29 mars 2017, attaque d’un véhicule du Centre d’animation pédagogique de Douentza par des individus non-identifiés à 40km de Douentza, 3 blessés (civils). Le 30 mars 2017 : Attaque déjouée ou bavure de la gendarmerie à Konna (70km de Mopti) à un poste de sécurité de la gendarmerie (2 morts, civils).

Le 3 avril 2017: Un véhicule blindé de la force Barkhane saute sur une mine et subit des tirs d’armes légères par des djihadistes du front Al-Nusrat vers Hombori (200 km au Sud-Ouest de Gao), 1 mort (militaire français). 06 avril 2017, attaque d’un poste des FAMAs à San par des individus non-identifiés, 2 blessés (1 soldat et 1 assaillant). 6 avril 2017: Attaque d’un poste contrôlé par le Gatia à Anéfis par des individus non-identifiés, 3 morts et 7 blessés (combattants Gatia). Le 8 avril 2017, attaque d’un poste contrôlé par le CJA à Gargando (75 km de Goundam; région de Tombouctou) par des individus non identifiés. Bilan : 5 morts (4 combattants CJA, 1 civil et 10 combattants blessés). 13 avril 2017, affrontements intercommunautaires à Monimpébougou (cercle de Macina; Segou), 3 morts et 2 blessés (civils). 18 avril 2017 : Attaque de la base de l’armée malienne à Gourma-Rarhous par des djihadistes. Riposte de la force Barkhane sur les assaillants. Bilan: 15 morts (5 soldats et 10 djihadistes) et 16 blessés (soldats). Le même jour, un véhicule de la Minusma saute sur une mine à 30 km au sud de Tessalit, 3 blessés (2 casques bleus et 1 civil). 23 avril 2017, attaque au mortier du camp de la Minusma d’Aguelhok (1 mort et 2 blessés, casques bleus)…

Le 1 mai 2017 : Frappes aériennes et ratissage par la mission Barkhane de la forêt de Foulsaré (frontière Mali-Burkina). Bilan : 20 morts (présumés terroristes). 2 mai 2017, une mission de ravitaillement du  FAMA tombe dans une embuscade entre Dogofri et Nampala (Région de Ségou), 10 morts et 9 blessés (soldats). 2 mai 2017, le braquage d’un motocycliste par des combattants du MAA (tendance plateforme); membres de MOC de Gao, tourne mal et s’ensuit des tirs, 2 morts (1 civil et 1 combattant). Le 3 mai 2017 : Attaque au mortier (6 obus) du camp de la Minusma à Tombouctou, 1 mort et 9 blessés (casques bleus). 6 mai 2017, des individus armés assassinent un commerçant du village de Gaina (cercle d’Ansogo). 7 mai 2017, attaque à la voiture piégée suivie d’un assaut armé ciblant un détachement de l’armée malienne à Almoustrat (150 km au Nord de Gao). Bilan : 7 morts et 7 blessés (soldats). 15 mai 2017, attaque au mortier (6 obus) du camp de la Minusma et de l’aéroport à Tombouctou, 2 blessés (casques bleus). Le 15 mai 2017: Attaque d’un poste militaire des FAMAs à Kabara (8 km de Tombouctou) par des individus armés (3 soldats blessés). Le même jour, attaque de la mairie de Ouatagouna (cercle d’Ansongo) par des individus armés, 1 mort (civil) et 1 blessé (assaillant). 23 mai 2017 : Embuscade contre une patrouille à pied de la Minusma à Aguelhok (région de Kidal), 2 morts et 1 blessé (casques bleus Tchadiens). 28 mai 2017, assassinat du conseiller du chef du village de Mougnoukana (commune de Mondoro). Le 31 mai 2017, un convoi d’escorte de l’armée est victime d’un accident à Kassoum (Région de Tombouctou), 1 mort et 3 blessés (soldats). 31 mai 2017: Embuscade contre un convoi de ravitaillement de l’armée en route pour Nampala, non loin de Tikerefinadji (Région de Ségou). Bilan : 7 morts (5 soldats et 2 assaillants) et 6 blessés (soldats).

Le 1 juin 2017 : Attaque au mortier du camp Minusma de Tombouctou, 5 blessés (force Barkhane). 2 juin 2017, attaque à l’arme automatique d’un véhicule d’une ONG dans la ville de Gao, (2 civils blessés). 8 juin 2017: Attaque contre un groupe de pêcheurs à Ansongo, 1 mort et 1 blessé (civil) ; Aussi, attaque au mortier et à la roquette du camp Minusma de Kidal (5 casques bleus blessés). Le même jour, un poste sécuritaire de la Minusma à Kidal est le cible une attaque. Bilan : 3 morts et 3 blessés (casques bleus). 11 juin 2017, des hommes armés non identifiés attaquent un domicile à Moundôro (cercle de Douentza), 1 mort (civil). Le 14 juin 2017, des individus armés non-identifiés attaquent le village de Woulango (cercle de Macina), 1 mort (civil). 17 juin 2017: L’attaque contre un détachement de l’armée à Bintagoungou (40 km de Goundam; region de Tombouctou), cause 7 morts (5 soldats et 2 assaillants); 6 blessés et 1 disparu (soldats). 18 juin 2017, attaque par des individus armés du Campement Kangaba (lieu de villégiature) à la sortie Est de Bamako. Bilan : 9 morts (4 civils; 1 soldat et 4 assaillants) ; 13 blessés (civils) et 36 évacués. Le 19 juin 2017, regain de conflits intercommunautaires entre Peuls et Dogons dans plusieurs localités du cercle de Koro (région de Mopti). Les hostilités auraient débuté le 16 Juin, 38 morts et 11 blessés (civils)…

Le 6 juillet 2017, affrontements armés dans plusieurs localités autour d’Aguelhok entre le Gatia et la CMA (3 à 13 morts, selon les sources). 9 juillet 2017 : Embuscade contre un convoi de l’AMA à 60 km de Menaka. 8 soldats faits prisonniers par les djihadistes sont froidement exécutés. Bilan : 11 morts (soldats). 11 juilet 2017, affrontements armés entre Gatia et CMA éclaté à Tidjachiwen et à Anefis (région de Kidal), 15 à 20 morts (combattants). Le même jour, Attaque armée ciblant le commandant de la brigade de gendarmerie de la ville Tombouctou (2 gendarmes blessés). Le 16 juillet 2017, des hommes armés non-identifies abattent un militaire en déplacement privé à 10 km de Tessit (cercle d’Ansogo ; Gao). 24 juillet 2017, un véhicule de la Garde nationale saute sur une mine entre Gao et Gossi 1 mort et 4 blessés (soldats). 25 juillet 2017: Attaque d’un campement Imghad (Intessikite) à 44km de Ménaka par des individus non-identités, 4 morts (civils) dont 1 enfant…

Le 2 août 2017: Des individus non identifiés attaquent un convoi de ravitaillement de l’armée à Almoustarat (région de Gao), 2 morts (soldats). 4 aout 2017: Attaque du village d’Oudeïna (communauté Daoussak) à 70 km de Talataye (cercle d’Ansongo; région de Gao) par des suspectés djihadistes (4 civils tués). 14 août 2017, attaque contre le camp Minusma de Douentza (région de Mopti) par des individus armés. Bilan : 4 morts (1 soldat ; 1 casque bleu ; 2 assaillants et 1 casque bleu blessé). Le même jour, deux attaques simultanées contre le camp MINUSMA de Tombouctou et le siège du gouvernorat de Taoudeni (basé à Tombouctou) par des individus armés. Bilan : 13 morts (1 soldat; 5 vigiles de la MINUSMA; 1 civil; et 6 assaillants). 23 août 2017: Attaque par des individus armés non identifiés du poste de Gendarmerie de Woo (47 km de Bandiangara; région de Mopti), Attaque par des individus armés non identifiés du poste de Gendarmerie de Woo (47 km de Bandiangara; région de Mopti), 1 mort et 1 blessé (gendarmes)…

Le 5 septembre 2017 : Un convoi de la MINUSMA saute sur une mine à 15 km d’Aguelhok (région de Kidal), 2 morts et 2 blessés (casques bleus). 14 septembre 2017, attaque d’une patrouille de l’armée à Ménaka, 2 morts et 1 disparu (soldats). 16 septembre 2017, assassinat dans une mosquée à Gossi (Region de Tombouctou) d’un membre de la Garde Nationale. 20 septembre 2017 : Un convoi de l’armée tombe dans une embuscade à d’Adar in Taklit, à environ 50 km de la ville de Ménaka. Bilan : 4 morts et 3 blessés (soldats). 24 septembre 2017, un convoi logistique de la Minusma saute sur une mine sur la route Gao-Anéfis à 50 km au nord de Gao. 28 septembre 2017, attaque d’un bateau de la Comanav près de Kouakourou (Cercle de Djenné; Région de Mopti) par des individus armés non identifiés, 5 blessés (civils)…

Le 4 octobre 2017 : Embuscade tendue à une patrouille de l’armée nigérienne appuyée par des militaires américaines à la frontière Niger-Mali par des suspectés djihadistes. Bilan : 9 morts (soldats – 4 nigériens; 4 américains; et 1 d’origine non précisé); 10 blessés (soldats – 8 nigériens et 2 américains). 10 octobre 2017, attaque d’un poste de sécurité à Labezenga (frontière Mali-Niger; région de Gao) par des individus non identifiés, 1 mort et 4 blessés (soldats). 19 octobre 2017, Attaque du véhicule du commandant de brigade de la gendarmerie de Guiré sur la route Nara-Mourdiah (cercle de Nara; région de Koulikoro) par des individus armés, 1 mort et 1 porté-disparu (commandant de brigade). Le 24 Octobre 2017 : Attaque d’une base d’Ansardine par des avions; hélicoptères et troupes de la force Barkhane près d’Abeibara (région de Kidal) tuant des militaires maliens qui y étaient prisonniers. Bilan : 15 morts (11 soldats et 4 djihadistes). 26 octobre 2017, un véhicule d’un convoi de la MINUSMA saute sur une mine entre Tessalit et Aguelhok (région de Kidal), 3 morts et 2 blessés (casques bleus). 31 octobre 2017, embuscade contre le convoi du député Abdrahamane Niang entre Dia et Kéra (cercle de Tenenkou; région de Mopti). Bilan : 6 morts (5 soldats et 1 civil) et 1 blessé (civil).

Le 3 novembre 2017: Attaque de 2 postes de sécurité à Ansongo (région de Gao) par des individus armés non identifiés, 1 mort et 3 blessés (soldats). 6 novembre 2017, un car de transport saute sur une mine à proximité d’Ansogo (région de Gao), 4 morts et 6 blessés (civils). 6 novembre 2017: Embuscade à M’Beba; (80 km au Nord-Est de Sévaré; région de Mopti) d’un convoi de la MINUSMA sous escorte des FAMAs par des individus armés. Bilan : 7 morts (4 civils; 1 soldat et 2 assaillants) et plusieurs blessés (assaillants)… 24 novembre 2017, attaque d’une patrouille mixte MINUSMA-AMA dans la région de Ménaka par des présumés djihadistes. Bilan : 4 morts (1 soldat malien et 3 casques bleus) et 18 blessés (1 soldat malien; 16 casques bleus; et 1 civil). Le 27 novembre 2017, affrontement intercommunautaire sur un site d’orpaillage à Niaouleni (frontière Mali-Guinée), 22 morts (18 civils et 4 gendarmes maliens)…

Le 1 décembre 2017 : Attaque d’une patrouille du MOC à Gao par des individus armés (1 gendarme blessé). 7 décembre 2017, assassinat d’un agent de la Minusma à Gao par des hommes armés non identifiés (1 civil tué). 9 décembre 2017, enlèvement et exécution à Dianké (8km de Tombouctou) par des djihadistes de travailleurs de l’entreprise Huawei installant un réseau de fibre optique près de Niono (5 civils tués). 10 décembre 2017 : Attaque d’un véhicule transportant des forains entre Goundam et Douekiré (région de Tombouctou) par des individus armés non identifiés, 6 morts et 2 blessés (civils). 15 décembre 2017, la gendarmerie prend d’assaut la mairie de la commune de Konsiga à Kersignané-Diafounou (cercle de Yelimané; région de Kayes) occupée par la population et tire dans la foule. Bilan : 1 mort et 14 blessés (9 civils et 5 gendarmes)… 26 Dec 2017, explosion d’une mine au passage d’un convoi du G5-Sahel près de Boni (région de Mopti), 2 morts et 1 blessé (soldats). 28 Dec 2017, Explosion d’une mine au passage d’un convoi de l’AMA à Boulkessi près de la frontière du Burkina. Bilan : 3 morts et plusieurs blessés (soldats).

Cependant, ces chiffres (716 morts, 546 blessés en 2017) démontrent suffisamment l’échec du régime en place pour assurer la  sécurité des Maliens tant chanter, par le candidat Ibrahim Boubacar Keïta, lors de la campagne des élections présidentielles de 2013.

Mohamed Sylla

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Les allemands sont nos vrais amis en europe. Les français sont de vrais fascistes, nazistes et colonialistes qui ont jusque là, reussi à manipuler l’Europe pour servir de couverture à ses sales guerres d’invasion coloniale en Afrique. L’Allemagne ne peut pas continuer à financer les guerres colonialistes de la France en Afrique. La France crée le bordel partout en Afrique et quand les africains viennent en Europe, c’est surtout l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne qui sont submergées par les migrants noirs africains. La France est la dernière d’Europe en terme d’accueil des réfugiers noirs africains. Elle manipule l’oppinion publique internationale avec des statistiques gonflés par les réfugiers albanais, roumains, moldaves, bulgares, ukréniens et autres pays de merde du continent européen. Mais en réalité, la France m’accueille jamais les refugiers noirs africains qu’elle appelle d’ailleurs “la misère du monde” !!!

    Boycottez tous les produits et services français et partagez sur vos réseaux sociaux:

    “#Comme les racistes français disent que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, alors la jeunesse consciente d’Afrique leur répond que l’Afrique ne peut pas continuer à recevoir toute la merde produite par la France.”

Comments are closed.