Coronavirus: l’Afrique face à la pandémie le jeudi 14 mai

0

Selon les chiffres du Centre de prévention des maladies de l’Union africaine (CDC), le continent africain comptait, ce jeudi 14 mai, 73 176 cas confirmés de coronavirus et 2 496 décès dus à la maladie. L’Afrique du Sud est le pays le plus touché, devant l’Égypte et le Maroc.

  • L’ONU regrette l’expulsion de l’équipe de l’OMS au Burundi

La Commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi a réagi à la décision des autorités burundaises d’expulser l’équipe de l’OMS du pays. Elle dit la « regretter profondément » et fait part de sa « préoccupation » face à la « décision des autorités burundaises de ne pas faire appliquer les recommandations de distanciation sociale »  alors que les meetings électoraux attirent des milliers de personnes en amont des élections prévues le 20 mai.

Le représentant et trois autres fonctionnaires de l’OMS ont jusqu’à ce vendredi pour quitter le pays. Reste à savoir comment ils vont faire puisque l’aéroport Melchior Ndadaye de Bujumbura est fermé à tout trafic. Le chef de la diplomatie burundaise dénonce leur supposée « immixion ». Officiellement, le Burundi ne compte que 27 cas et un seul décès, mais la gestion des autorités est jugée « opaque » par certains, et les opposants assurent que le gouvernement cache des malades.

  • Des libérations de prisonniers toujours attendues en RDC

Les autorités congolaises disent craindre une catastrophe dans les prisons en cas de propagation du Covid-19. Des libérations avaient été annoncées pour libérer de la place dans les principaux centres de détention de Kinshasa, la prison centrale de Makala et de la prison militaire de Ndolo où plus de 100 détenus ont été testés positifs, mais elles n’ont toujours pas eu lieu. En effet, chaque dossier doit être étudié avec attention, ont expliqué magistrats et politiques à notre correspondant Pascal Mulegwa. Les conditions sont connues : les personnes dont la santé est affaiblie par le poids de l’âge, les détenus pour des faits bénins, vol d’objet ou alors les condamnés à des peines mineures ou ceux qui ont déjà passé le quart de leurs peines. La RDC recense ce jeudi 1 242 cas de Covid-19, et 50 décès

  • Le couvre-feu levé à Abidjan malgré une recrudescence de cas positifs

En Côte d’Ivoire, après l’intérieur du pays la semaine dernière, le gouvernement a annoncé en début d’après-midi l’allègement à Abidjan des restrictions dues à la lutte contre la pandémie de Covid-19. Le couvre-feu qui était encore en vigueur dans la capitale économique est levé à compter de ce vendredi. Les bars, maquis et restaurants pourront rouvrir le 15 mai. En revanche, les boîtes de nuit et cinémas resteront fermés. Les écoles d’Abidjan pourront rouvrir à compter du 25 mai. Les frontières restent fermées jusqu’au 31 mai.

Ces décisions interviennent alors que de nombreux nouveaux cas ont été rapportés mardi et mercredi (182 tests positifs). Les autorités mettent en avant l’amélioration des capacités de dépistage et le fait que davantage de personnes présentant des symptômes viennent se faire tester. Au dernier décompte, il y a eu 1 912 cas et 24 décès dans le pays.

  • Fin de l’union sacrée au Sénégal, la Grande Mosquée de Dakar reste fermée

La réouverture des mosquées autorisée par le chef de l’Etat se déroule en ordre dispersée. La Grande Mosquée de Dakar, par exemple, reste fermée jusqu’à nouvel ordre. Pour son imam, « les raisons invoquées pour la fermeture des mosquées restent aujourd’hui plus valables que jamais ». Même prudence à la mosquée Omarienne, ainsi que pour Ahmadou Makhtar Kanté, imam à la Mosquée du Point E, dans la capitale : elle restera fermée ce vendredi pour la grande prière, et jusqu’à la fin du ramadan.

Le ministère de l’Intérieur a précisé les modalités de réouverture des lieux de culte : limitation du nombre de personnes, désinfection régulière, port du masque, distanciation physique et mise en place d’un dispositif de lavage des mains. L’Eglise catholique, de son côté, maintient la suspension des messes publiques dans le pays.

Sur le plan politique, avec la sortie progressive du confinement annoncée par le président Macky Sall, les forces politiques d’opposition sortent du silence auquel elles s’étaient astreintes depuis le début de la crise, pour dénoncer les « incohérences » dans la gestion du chef de l’Etat. Ousmane Sonko, président du parti Pastef/Les Patriotes, a dénoncé « un  fiasco », « une volte-face qui aura de graves conséquences », et le parti Rewmi d’Idrissa Seck se dit « déçu » par le chef de l’Etat. Le Sénégal a enregistré 23 décès pour 2 189 cas de coronavirus.

► A lire aussi : Coronavirus au Sénégal: deux pas en avant, un pas en arrière

Le philosophe sénégalais Souleymane Bachir Diagne, auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et enseignant à l’université Columbia de New York, a confié sur RFI son sentiment sur la situation en Afrique et aux Etats-Unis, alors que la plupart des pays choisissent le déconfinement. Il espère que la solidarité l’emportera sur les replis nationalistes.

  • Nouvel assouplissement du confinement en Afrique du Sud, le tourisme en souffrance

Avec plus de 12 000 cas déclarés (219 décès), l’Afrique du Sud est officiellement le pays le plus touché par la maladie sur le continent. Mais il est aussi celui qui dispose de la plus forte capacité de test. Les autorités avaient mis en place un confinement extrêmement strict pour enrayer sa propagation, mais, pour la deuxième fois depuis le début du mois, le chef de l’Etat Cyril Ramaphosa en a annoncé l’assouplissement. « Jusque-là, nous avons été efficaces dans la façon dont nous avons affronté le virus », s’est-il réjoui lors d’un discours télévisé. « Sans confinement (…) au moins 80 000 Sud-Africains auraient été infectés et le taux de mortalité aurait pu être jusqu’à huit fois supérieur », a-t-il souligné.

Le pays était déjà passé du niveau d’alerte 5 au niveau 4, et à la fin du mois, sera au niveau 3, sauf les zones les plus touchées, principalement les zones urbaines, a-t-il précisé. Le passage au niveau 3 pourra permettre la reprise d’un certain nombre d’activités dans un pays où la crise du coronavirus a accentué plusieurs années de stagnation, voire de récession. Le secteur du tourisme fait ainsi partie des secteurs les plus touchés, notamment les safaris en brousse, complètement à l’arrêt.

► A écouter aussi : Afrique du Sud: l’impact du coronavirus sur le tourisme

  • Les transferts d’argent en chute libre cette année

Les envois de fonds par les diasporas africaines sont en net recul depuis le début de la crise humanitaire. Ils devraient reculer de 23 % cette année, ce qui a des conséquences immédiates pour les familles bénéficiant de ces transferts.

  • Un calendrier de reprise des cours au Cameroun

La chaîne publique camerounaise CRTV a communiqué le calendrier scolaire révisé. Les cours doivent reprendre le 1er juin. Les examens doivent avoir lieu en juin et juillet, les vacances en août et septembre. Pour l’année scolaire 2020-2021, la rentrée est prévue le 5 octobre pour les scolaires, le 15 pour les étudiants.

  • Pas de nouvelle contamination au sein de la Minusma

La force de l’ONU au Mali assure ne pas avoir eu de nouveaux cas de coronavirus en son sein. Le nombre de personnes testées positives se maintient à 54, dont 38 guéris, et 16 « évoluant bien », selon la Minusma. Son chef Mahamat Saleh Annadif a remis hier des équipements de prévention pour le processus de DDR, qu’elle distribuera à Gao, Kidal et Tombouctou.

  • Les fake news pullulent en Centrafrique

La République centrafricaine compte 221 cas recensés au dernier décompte, mais sur les réseaux sociaux certains remettent en cause la présence du Covid-19 dans le pays. Ces informations jettent le discrédit sur de nombreuses initiatives et rendent la mise en place d’actions de prévention parfois difficiles sur le terrain. Lutter contre ces fausses informations est donc devenu important, et les initiatives se multiplient.

  • Le gouvernement malgache et les « erreurs » de l’Institut Pasteur

Après un désaccord sur le nombre de cas annoncés le jeudi 7 mai entre les autorités et l’OMS, le gouvernement malgache avait remis en cause le travail de tests réalisé à l’Institut Pasteur de Madagascar. Une enquête interne a abouti à un rapport remis mercredi soir au Premier ministre, et des contre-tests ont été menés. Sur 56 personnes testées (parmi les 67 déclarées positives par l’OMS), seules 5 sont positives selon le communiqué du gouvernement, qui affirme que les investigations vont se poursuivre car « les éléments de réponse fournis sur les résultats erronées n’ont pas permis d’élucider les failles et les responsables ». Par ailleurs, le laboratoire Charles Mérieux analysera les prochains tests en même temps que l’Institut Pasteur.

  • Foot : arrêt en RDC, reprise en novembre au Sénégal

Les fédérations africaines doivent décider si elles mettent un terme à leur championnat ou si elles s’accrochent à une possible reprise dans les mois à venir.

Après le Cameroun, qui a sacré pour la première fois le PWD Bamenda, ou encore le Congo-Brazzaville (le titre pour l’AS Otoho d’Oho) la RDC a elle aussi clos son exercice 2019-2020, attribuant la couronne au leader du championnat, le Tout Puissant Mazembe, qui conserve donc son titre. D’autres ont fait le choix de la « saison blanche » en n’attribuant pas de titre. C’est le cas du Burkina Faso, de la Guinée, de l’Angola, de l’Ethiopie ou encore du Niger.

Au Sénégal, au contraire, la Fédération a estimé hier soir pouvoir reprendre les championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 en novembre, avec des play-offs. En revanche, la Coupe nationale et la Coupe de la Ligue, elles, sont arrêtées. La reprise est également actée en septembre Mauritanie pour la Super D1, mais sans relégations. Dernier à s’arrêter, le Burundi sera le premier à reprendre. Ce sera dès le 21 mai, après les élections générales.

La Fédération gabonaise doit encore statuer. D’autres attendent des décisions politiques : la Tunisie et l’Algérie ont un calendrier mais pas de feu vert des autorités. Le Mali, l’Afrique du Sud, le Ghana, le Bénin, le Maroc ou encore l’Egypte restent en revanche dans l’attente.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here