Pour le départ de Faure Gnassingbé : Des représentants de l’opposition togolaise au Mali souhaitent marcher à Bamako

0
Le président togolais Faure Gnassingbe au Nigeria, le 29 mai 2015.
Le président togolais Faure Gnassingbe au Nigeria, le 29 mai 2015.

La communauté togolaise vivant au Mali demande aux plus hautes autorités maliennes d’autoriser les membres du bureau représentatif de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise au Mali à manifester librement dans les rues de Bamako pour exprimer leur ras-le-bol face à la situation actuelle de leur pays et demander le départ immédiat de Faure Gnassingbé.

Pour rassembler les Togolais et en faire une force de soutien à la lutte en cours au Togo contre le régime, un bureau représentatif de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise au Mali a vu le jour le 8 avril 2018 au Palais de la culture de Bamako.

Les membres de ce nouveau bureau ont été présentés à la presse, ce jeudi à la Pyramide du souvenir. La rencontre était animée par Akibove Dosseh, coordonnateur du bureau au Mali. La conférence s’est également déroulée en présence de deux opposants togolais : Aimé Grogue, président du parti Addi, et Fielbert Atisso, président du parti. “Le Togo Autrement”.

Au cours de cette rencontre avec la presse, les missions du bureau ont été dévoilées. Pour le coordonnateur, ce bureau est né pour soutenir la lutte pacifique contre le pouvoir dynastique de Faure Gnassingbé, qui refuse d’accéder aux exigences légitimes de réformes politiques que formulent les populations à travers la Coalition des 14. Il a également déploré la répression sanglante des manifestations.

“Les dernières manifestations auxquelles la coalition a appelé ont été injustement interdites par le régime, en violation de la Constitution. Les manifestants, qui voulaient exprimer leur droit constitutionnel, ont été sauvagement réprimés par les forces de défense et de sécurité. Ces dernières ont poussé l’outrecuidance jusqu’à aller encercler les lieux de réunion des leaders de la Coalition des 14 partis, les séquestrer pendant des heures. La situation sociopolitique du Togo est grave”.

Face à la gravité de la situation au Togo, la communauté togolaise au Mali entend bientôt démarcher les plus hautes autorités et l’opposition malienne pour demander l’autorisation de marcher pacifiquement dans les rues de Bamako. La diaspora togolaise voulait aussi obtenir le soutien des autorités et l’opposition malienne dans cette lutte pour l’avènement de la démocratie au Togo, qui reste le seul, à ne pas connaître l’alternance au sein de la Cédéao, pendant plus de cinquante ans.

A cet effet, le bureau représentatif de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise au Mali compte désormais user de sa liberté d’expression et de son droit de manifester pour interpeller les dirigeants maliens, afin qu’ils l’aident à changer la situation politique  dans leur pays.

Y. Doumbia

Commentaires via Facebook :

PARTAGER