Accord de paix au Mali : Comment accélérer sa mise en œuvre ?

6

Le Centre international de conférence de Bamako (CICB) a abrité, le mardi 13 juillet 2021, la cérémonie d’ouverture des Journées d’information à l’attention des membres du Conseil national de transition (CNT) sur la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger.

Les journées d’information initiées par le CNT et la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali) visent à favoriser l’appropriation de l’Accord pour la paix et la réconciliation par les membres du CNT et à contribuer à lever les obstacles liés à sa mise en œuvre. A travers cette rencontre de trois jours, les acteurs entendent accélérer la mise en œuvre de l’accord pour l’épanouissement de la population malienne.

La cérémonie d’ouverture de la rencontre était présidée par le vice-président du CNT, Assarid Ag Imbarcaouane, en présence de la représentante de la MINUSMA, Joanne ADAMSON, des membres des mouvements armés et d’autres personnalités. Selon le président de la Commission des Lois Constitutionnelles, de la Législation, de la Justice, des Droits de l’Homme et des Institutions de la République, Souleymane Dé, le Mali est un Etat en crise depuis l’indépendance. « Quatre ruptures de la légalité instaurant un climat d’instabilité institutionnelle, trois Accords de paix pour endiguer la crise sécuritaire née des rébellions : L’accord de Tamanrasset avec le MPA en janvier 1991 ; L’accord d’Alger de 2006 ; l’accord issu du processus d’Alger de 2015 ou Accord de Bamako que beaucoup, par méconnaissance, appellent accord d’Alger. La mise en œuvre de chacun des accords a pesé sur notre architecture institutionnelle sur notre gouvernance », a-t-il dit.

Pour lui, la situation sécuritaire du pays et les débuts de contestations de plus en plus grandissants de la présence des forces armées étrangères au Mali, exige la vulgarisation de l’accord pour la paix de Bamako, la levée des obstacles à sa mise en œuvre.

A sa suite, la représentante de la MINUSMA, Joanne ADAMSON a fait savoir que le dernier rapport du Secrétaire général des Nations unies sur la situation au Mali dresse un bilan mitigé de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation. A ses dires, les progrès lents observés durant cette période dans le processus de paix en sont les principales causes. « Depuis le début de la transition, nous assistons de nouveau à une dynamique qui redonne de l’espoir.

Le centre du Mali connaît également une recrudescence de la violence orchestrée à la fois par des groupes terroristes et par des bandes armées qui, défiant l’autorité de l’État, procèdent au grand banditisme, aux assassinats ciblés et aux règlements de compte. La faiblesse de la présence de l’État ou parfois son inexistence; fait de certaines parties du centre du Mali un terrain fertile à cette forme d’insécurité.

Le Plan de Sécurisation Intégrée des Régions du Centre proposé par le Gouvernement comme l’une des solutions à la situation dans le Centre, n’a pas encore porté tous ses fruits. Cependant, il nous enseigne que seule une approche multidimensionnelle peut prendre en charge la multiplicité des causes profondes de l’insécurité dans le Centre », a-t-elle dit. Joanne ADAMSON a promis que la MINUSMA continuera à renforcer son appui aux forces armées maliennes et à soutenir la mise en œuvre des réformes envisagées dans le secteur de la défense et de la sécurité, afin d’accompagner le Gouvernement dans ses efforts de rétablissement de son autorité sur l’ensemble du territoire.

Enfin, elle dira que rôle du CNT est essentiel pour la poursuite de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix. Aux dires du vice-président du CNT, Assarid Ag Imbarcaouane, l’objectif ultime de l’Accord est de recoudre le tissu social malien. A cet effet, dit-il, chacun doit veiller à sa mise en oeuvre efficace et efficiente. « En ces moments singuliers de la vie de notre nation, marqués notamment par la persistance des actes terroristes, la quête de la cohésion sociale et d’un climat sociopolitique apaisé ainsi que notre volonté manifeste d’aller à la refondation de l’Etat.

Le CNT demeure plus que jamais déterminé à s’acquitter, avec lucidité, de toutes ses obligations visant à conforter le processus de mise en œuvre de l’Accord », a conclu Assarid Ag Imbarcaouane. Appuyés par des experts, les membres du CNT vont échanger sur plusieurs thématiques, notamment les questions de défense, de sécurité, de développement et de justice, durant 3 jours.

Aguibou Sogodogo

 

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. “Accord de paix au Mali : Comment accélérer sa mise en œuvre ?”

    En gagnant la guerre contre les Djiadistes. Mais pour cela il faudrait que notre armée ne soit pas aussi corrompue et que ses chefs fassent la guerre au lieu de faire de la politique. Cela ressemble de plus en plus à la fin du sud Vietnam ou après avoir pris le pouvoir Duong Van Minh en 1863, il fut ensuite renversé en 1964 par le général Nguyên Khanh qui lui même fut déposé et remplacé par un gouvernement non-militaire encore renversé des généraux (Nguyen Cao Ky et Nguyen Chanh Thi), etc.

    On attend la suite à la capitale avant la victoire finale des égorgeurs islamistes.

  2. LE ROI BITON DE SEGOU QUI SALUE LES EFFORTS DE SA FILLE AMINA FOFANA! IL FAUT SEULEMENT VOUS ELOIGNEZ DU COMMUNISME ET DES INSULTES CONTRE LA FRANCE!!!!

    https://www.peaceagreements.org/viewdocument/2059
    Je conseillerais de revoir les articles suivants des Accords d’Alger:
    Article 6 IL FAUT EVITER DE CREER DEUX CATEGORIES DE MALIENS
    Article 8 ACCEPTATION ET REFUS DE DONS, SUBVENTIONS ET LEGS…. OCTROI DE SUBVENTIONS DOIVENT RESTER DES COMPETENCES DE L’ETAT MALIEN!
    Article 13 L’IMPOT NATIONAL DOIT RESTER SUR PLACE. ON PEUT Y AJOUTER UN IMPOT DE LA REGION ET UN IMPOT DE CHAQUE VILLE, COMME ON LE FAIT AUX USA. WE HAVE A FEDERAL TAX, A STATE TAX, AND A CITY TAX.
    Article 14 MECANISME DE TRANSFERT DE 30% DES RECETTES BUDGETAIRES… AVEC UNE ATTENTION PARTICULIERE AUX REGIONS DU NORD!!!! TOUTES LES MALIENNES ET TOUS LES MALIENS VIVENT DANS UNE PAUVRETE’ ENDEMIQUE. SEULE LA CLASSE DIRIGEANTE ET SES AMIS ECHAPPENT A’ LA PAUVRETE’!
    Article 33
    Article 38 POURQUOI DE FACON PRIORITAIRE AUX REGIONS DU NORD? QUE FAITES VOUS DES AUTRES REGIONS MALIENNES
    Article 39 FAITES TRES ATTENTION!!!!! DONNER LA MEME EDUCATION SCOLAIRE A’ TOUS LES ENFANTS DU MALI. EVITEZ DE CREER DES ENFANTS QUI NE PARLENT PAS LA MEME LANGUE. LES MALIENNES ET LES MALIENS DOIVENT ETRE CFAPABLES DE TRAVAILLER DANS L’ADMINISTRATION MALIENNE PARTOUT AU MALI. SI ON A DES MALIENS QUI NE PARLENT QUE L’ARABE ET D’AUTRES QUI NE PARLENT QUE LE FRANCAIS, ON CREE DES PROBLEMES. LA LANGUE OFFICIELLE OU LA LANGUE DU TRAVAIL DOIT ETRE ENSEIGNE’E A’ TOUTES LES MALIENNES ET TOUS LES MALIENS!
    Article 45
    Article 46 CADIS?????? NOUS GLISSONS VERS LA CHARIA SANS LE DIRE. FAITES ATTENTION!!!!

    • Il faut lire: “…. Il faut seulement vous ELOIGNER du communisme et des insultes contre la France.”

  3. L’ACCORD l’accord, le gouvernement qui doit mettre cette accord dans la Corbeil on est fatigué chaque année font l’accord il faut qu’une armée forte composer des tous les éthnies du pays c’est la seule solution un petit groupe qui prendre des armes contre la république y demandent l’état de s’asseoir sur la table de négociation on doit en finir avec cette mascarade

  4.  Sieur Aguibou, je ne savais pas qu’un journaliste pouvait être de si bas niveau, comme toi !
     Au Mali, nous n’avons pas signé un « accord DE paix » comme tu le prétends ; mais un « Accord POUR la paix ».
     Quant aux idiots qui vocifèrent avec grandiloquence, vous vous êtes si bêtes que vous ne voyez même pas le piège des impérialistes derrière les rebelles de l’Azaouad.
     Si, par votre sottise, la guerre que IBK a sagement évitée recommence, la coalition des impérialistes, qui est en train d’instrumentaliser le MNLA, vous traitera comme la Libye de Kadhafi : idiots que vous êtes !
     De deux maux, celui qui ne sais pas choisir le moindre périt bêtement ; au Mali, notre moindre mal demeure cet « Accord POUR la Paix » d’Alger !
     Si, par imprudence, vous écartez ce que l’auguste sage, S.E. M. El hadj IBK a conçu pour le Mali, vous serez auteurs de problèmes dont vous n’aurez aucune solution !
     Que Dieu bénisse IBK, le grand maître ! – Amen !

  5. It is not practical plus very much unreasonable to implement unconstitutional plus illegal peace agreement unto terrorist/ jahadists/ violent criminals have been eradicated. Terrorists/ jahadists /violent criminals use membership to groups involved in peace agreement to conceal themselves as they plan, prepare plus coordinate murderous plus violent actions against citizens of Mali plus Malian military. That is unforgiveable. Are we so cowardly that we would toss aside undue sacrifice citizens plus soldiers have made to satisfy evil desires of terrorists/ jahadists /violent criminals? I hope not.
    Correct disposition to possess in relation to agreement is implementation will move forward at due pace once terrorists/ jahadists/ violent criminals are eradicated from Mali plus Sahel. That is good deal for all. Itobligate all to focus at eradication of terrorists /jahadists/ violent criminals. That is fair. Let us be fair to ourselves plus all of agreement.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

Répondre à Kankan Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here