CM-FPR : Les notables et jeunes de Gao se démarquent des «réunificateurs»

2

Dans une déclaration en date du 4 janvier 2016, le Cadre de concertation des notables de la région de Gao réaffirme son  plein soutien à Me Harouna Toureh, porte-parole de la Plateforme des mouvements d’autodéfense. Lui qui avait été désavoué, la veille, par cinq mouvements sédentaires du Nord, réunis à la faveur d’une rencontre dite de réunification de la Coordination des mouvements et forces patriotiques de résistance (CM-FPR).

La déclaration dont nous avons reçu copie est signée d’Ali Badi Maïga, président du Cadre de concertation des notables de la région de Gao. Dans ledit document, les notables de la Cité des Askia disent suivre avec une attention particulière et soutenue le processus de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.

Aussi, félicitent-t-ils les membres du Comité de suivi de l’Accord (CSA), le Gouvernement du Mali et les autres parties signataires de l’Accord, en l’occurrence la Plateforme et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), pour les sacrifices consentis afin d’asseoir, disent-ils, les bases d’une paix durable et irréversible dans notre pays.

Par ailleurs, le Cadre de concertation des notables de Gao, dans le souci de voir un Mali en paix, exprime toute sa disposition à accompagner les autorités maliennes dans la recherche de la paix et de l’unité de notre pays.

Partant, ils disent observer ‘’avec inquiétude’’ les agissements de certains membres de la Plateforme qui ‘’visent à discréditer la Plateforme en général et son porte-parole, en la personne de Me Harouna Toureh’’ et exprime son soutien au CSA pour la résolution définitive de la question de représentativité.

Tout en les invitant à joindre leurs efforts à ceux de Me Toureh pour une mise en œuvre juste et équitable de l’Accord, les notables de la région de Gao exhortent ‘’les frères mécontents’’ à rejoindre la Plateforme et retrouver leur frère pour préserver les acquis combien capitaux pour notre pays.

En conclusion, le Cadre des notables réitère tout son soutien aux principaux acteurs du processus de paix et lance un appel à toutes les communautés du Nord du Mali, les notabilités et autorités coutumières à s’inspirer de nos valeurs ancestrales pour ‘’dépasser les incompréhensions et malentendus’’ pour l’intérêt supérieur de la nation.

De leurs côtés,  différentes organisations des jeunes de Gao, notamment le Conseil régional des jeunes, les Patriotes, les Nous pas Bouger et les Patrouilleurs ont, dans une déclaration en date du 4 janvier 2016, joint leur voix à celle des notables pour se démarquer, elles aussi, de la réunion de réunification du 3 janvier 2016. Laquelle rencontre vise, estiment-elles,  à discréditer la Plateforme en général et son porte-parole, en l’occurrence Me Toureh. Partant, ils en appellent au sens de l’union des ‘’frères mécontents’’ et réaffirment leur soutien au porte-parole de la Plateforme et au processus de paix et de réconciliation de façon générale.

Faut-il rappeler que ces différentes déclarations surviennent le lendemain d’une réunion tenue à l’Olympe International Hôtel de Bamako, le 3 janvier 2016. Au cours de ladite rencontre, le Ganda Izo, le Ganda Lassalizo, le Gandakoye, le Bouctou et le FLN ont fait une déclaration commune dans laquelle ils sonnent la réunification de la CM-FPR. Les cinq mouvements sédentaires qui se disent tous membres fondateurs de la CM-FPR justifient leur démarche par ‘’le besoin urgent des mouvements issus des communautés sédentaires de se retrouver afin d’occuper toute la place qui leur revient dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation’’. Aussi, ont-ils désavoué Me Harouna Toureh, porte-parole de la Plateforme et non moins membre influent de la CM-FPR, qu’ils accusent de se battre pour ‘’sortir les 11 mouvements fondateurs de la CM-FPR’’ du processus de mise en œuvre de l’Accord.

Bakary SOGODOGO

 

GUERRE DE POSITIONNEMENT AU SEIN DE LA CM-FPR

Les branches armées de six mouvements font bloc derrière Me Toureh

Depuis la tenue, le 3 janvier 2016, de la réunion dite de réunification de la Coordination des mouvements et forces patriotiques de résistance (CM-FPR), on assiste à une levée de bouclier générale au sein de cette Coordination, dirigée par Me Harouna Toureh.

Depuis quelques jours, la guerre de positionnement refait surface dans les rangs de la CM-FPR, membre de la Plateforme des mouvements d’autodéfense du Nord. C’est dans ce contexte que la Coordination de la CM-FPR de la région de Tombouctou a fait une déclaration non datée. Cette réaction fait suite à une réunion que cinq mouvements sédentaires ont tenue, le dimanche dernier, à l’Olympe internationale hôtel, pour sonner la ‘’réunification’’ de la Coordination des mouvements et forces patriotiques de résistance. Dans ce document signé des chefs d’état-major du Gandakoye, du Ganda Izo, du Gandalassalizo,  de Fako TBT, de l’Acrt et du FLN, la Coordination des mouvements de la CM-FPR de la région de Tombouctou informe l’opinion nationale, régionale et internationale que Me Harouna Toureh est et restera le seul président de la CM-FPR et porte-parole de la Plateforme. Partant, elle encourage ce dernier à poursuivre «son œuvre de construction nationale au bénéfice des populations des régions de Tombouctou, Gao et Kidal».

Aussi, la Coordination qualifie-t-elle d’irresponsables et de sans fondement «les informations mal intentionnées de certaines personnes avides de pouvoir».

Faut-il souligner que ce document, de façon expresse, fait référence à une réunion en date du 3 janvier 2016, au cours de laquelle  des responsables du Ganda Izo, Gandakoye, Gandalassalizo, du Bouctou et du FLN ont désavoué le porte-parole de la Plateforme, Me Harouna Toureh, qui, selon eux, ne représente plus la CM-FPR au sein du Comité de suivi de l’Accord. Toute chose qui a provoqué une levée de boucliers dans les rangs de différents mouvements armés et même des organisations de la société civile du Nord.

En effet, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme des mouvements d’autodéfense ont, dans une déclaration conjointe, réaffirmé leur plein soutien «à leurs Directions politiques respectives ainsi qu’aux leaders mandatés par celles-ci… ».

De leurs côtés, le cadre de concertation des notables de Gao et des organisations de jeunes de la même région se sont nettement démarqués de ceux qui disent réunifier la CM-FPR.

Bakary SOGODOGO

 

 

GUERRE DES TRANCHEES AU SEIN DE LA PLATEFORME

Hama Aba Cissé réaffirme son soutien à Me Harouna Toureh

C’est dans un communiqué déposé à notre rédaction que le président de l’Association pour le développement du lac Fagubine (Adelfa), non moins 1er vice-président de la Cmfpr, Hama Aba Cissé, a décidé d’apporter son soutien indéfectible au président de la Cmfpr, Harouna Toureh, porte-parole de la Plateforme. Lui qui fait l’objet de contestation au sein du groupe par certains.

Selon Hama Aba Cissé, Me Harouna Toureh a joué un rôle déterminant dans l’aboutissement de l’Accord de paix et de réconciliation nationale signé par les différentes parties le 15 mai et parachevé le 20 juin 2015 à Bamako. Il estime que depuis le début des négociations à Alger, la Plateforme, avec Harouna Toureh à sa tête, a eu à faire face à toutes les velléités des mouvements indépendantistes. Pendant ces négociations, la Plateforme a bénéficié de l’expertise avérée de l’avocat émérite qu’est Harouna Toureh. Ce qui a permis de créer les conditions idoines pour parvenir à un accord final en vue d’une paix globale et durable garantissant une solution définitive à la crise qui affecte les régions du Nord du Mali, d’où l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.

Hama Cissé pense qu’après cette brillante réussite, il est normal que dans le processus de mise en œuvre de l’accord, certaines personnes agissant en leur propre nom pour remettre en cause le chemin parcouru et les résultats obtenus en essayant de désavouer Me Toureh.

Il affirme également que la Plateforme, dans toute sa composante, reste fidèle à sa vision d’un Mali uni et paisible et réitère son soutien indéfectible à son porte-parole, Me Harouna Toureh, dont l’engagement en faveur des communautés des régions du Nord et de l’ensemble du Mali ne souffre d’aucune ambigüité.

Harber MAIGA

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. meme si ali badi le soutien harouna toureh ne repondras plus au nom de la CMFPR Que cela soit clair pour tous

  2. Tous quelque soit leur bord, sont des opportunistes sans conscience ni repère.

Comments are closed.