Développement industriel au nord : Le bluff du ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim

1
M. MOHAMED ALY AG IBRAHIM, le nouveau ministre à la tête du nouveau département du développement industriel
M. MOHAMED ALY AG IBRAHIM, ministre à la tête du département du développement industriel

Dans les régions de Gao et Tombouctou, le ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim dit Kassix, voulait faire du tape-à-l’œil. Sur le terrain, la visite n’a pas produit l’effet escompté.

C’est un ministre trop pressé et aux ambitions démesurées qui a sillonné les régions de Gao et Tombouctou la semaine dernière. L’objectif de sa mission, assure-t-il, est de relancer les entreprises industrielles dans ces zones en proie à l’insécurité grandissante.

Sur le terrain, c’est tout autre, car le ministre Mohamed Aly Ag Mohamed n’a pu apporter la moindre solution aux problèmes. Normal si l’on se réfère à la réalité de ces zones dépourvues avant même la crise d’unités industrielles. C’est là que réside le bluff du ministre.

Par exemple à Gao, de la rencontre qu’il a eue avec les acteurs économiques, il est apparu clairement qu’au stade actuel de la situation sécuritaire dans la localité, il est difficile de voir des unités industrielles. Pour ce qui est de Tombouctou, le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim n’avait mieux qu’une boulangerie à  visiter.

Si dans cette région l’activité industrielle n’a jamais existé pour être motif de déplacement d’un ministre, celui de l’industrie s’est tout simplement rabattu sur l’unité de transformation du sel gemme de Taoudéni.

Que dire de la Zone industrielle de Tombouctou annoncée et qui tarde à prendre corps. Pourtant, c’est là que doit, commencer le travail du ministre du Développement industriel qui, en plus doit donner des garanties sécuritaires pour les investisseurs. Et au regard de la situation sur le terrain, il est tout simplement incapable de le garantir.

Une évidence : le déplacement du ministre du Développement industriel à Gao et Tombouctou est juste une opération de séduction déguisée que Mohamed Aly Ag Ibrahim.

Tout le monde s’accorde à reconnaître qu’il est à présent très tôt, sinon hasardeux, de parler d’installation d’entreprises industrielles dans des zones aussi frappées d’instables que le nord du Mali.

Alpha Mahamane Cissé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. VINI VIDI et …..peut être VICI : il faut des ambitions d’abord et les solutions après ! C’est seulement au démarrage des projets de développement et des activités économiques que la sécurité et la stabilité seront effectives !

Comments are closed.