L’ADCG fait le bilan de l’ insécurité grandissante dans le cercle de Goundam Plus d’une centaine de braquages et d’enlèvements avec mort d’hommes enregistrés en trois ans

1

Cette conférence de presse a enregistré la présence  du président du Conseil de Cercle, du président de l’association des municipalités du Cercle de Goundam, du chef de la tribu Kel Ansar.

Dans une déclaration rendue publique, le vice-président de l’Association pour le développement du Cercle de Goundam (ADCG), l’honorable Oumar S. Troaré,  a exprimé sa solidarité à l’endroit des populations du nord en général et celles du Cercle de Goundam en particulier. En effet, ce sont elles qui subissent  la violence et la barbarie des bandits armés.

Aussi, l’ADCG apporte-t-elle son soutien sans faille aux élus du nord et du Cercle de Goundam dans  leur plaidoyer en direction des autorités nationales pour une prise en charge totale des préoccupations sécuritaires dans le septentrion. ” Du 27 janvier 2013 au 5 février 2015, le Cercle de Goundam a connu une centaine de braquages et d’enlèvements avec mort d’hommes. Le 25 janvier 2015, le Commandant de  Brigade (CB) de Goundam a été sauvagement assassiné sur la route Goundam- Tombouctou par des hommes armés qui tentaient d’enlever des véhicules dans la zone de Douékiré ” a révélé le président dans son message.

Le vice-président de souligner que  depuis le début du mois de février, les maires  du  Cercle  sont à Bamako pour solliciter  les pouvoirs publics à prendre des mesures urgentes pour faire face à la recrudescence de la violence dans le nord du Mali, mais aussi de mettre fin aux attaques, braquages et autres  enlèvements par des bandits armés affiliés au Mnla, MAA et HCUA.

Pour l’honorable Oumar S. Troaré, leur regroupement  ne peut rester indifférent  face à cette situation dramatique qui annihile tous les efforts de paix et de réconciliation. C’est pourquoi, l’ADCG s’est jointe aux maires du Cercle de Goundam pour solliciter des plus hautes autorités le déploiement des forces de défense et de sécurité sur toutes les zones non couvertes, l’organisation de patrouilles permanentes entre les localités, le retour effectif de l’administration et de tous les agents de l’Etat à leurs postes avant le démarrage des opérations électorales. S’y ajoutent l’aménagement, la réhabilitation des sites d’accueil des populations déplacées, refugiées, la mise à la disposition des collectivités des agents pour leur sécurité, la reprise effective des travaux de la route Goma Coura – Tombouctou et la sécurisation des équipes et des partenaires au développement.

Impossibilité d’organiser les élections communales

Le président du Conseil de Cercle Talfi Ah Hama   et celui des municipalités de la zone de rappeler que leur  délégation   a eu à rencontrer durant son séjour à Bamako plusieurs autorités pour leur faire part des problèmes d’insécurité dans leur localité. Au nombre de ces autorités rencontrées, ils ont cité les ministres de la Sécurité, de la Défense, de la Réconciliation nationale, le président de la Commission défense de l’Assemblée nationale etc.

En somme, les ressortissants du Cercle de Goundam et les élus projettent d’organiser une caravane pour la paix afin de sillonner la localité. Tous les intervenants ont révélé qu’à l’état actuel de la situation sécuritaire sur le terrain, il est impossible d’organiser des élections communales au mois d’avril.Quant au   chef de la tribu Kel Ansar, il a lancé un appel à la paix, au vivre ensemble entre toutes  les communautés de la zone.Il faut rappeler que bien avant cette déclaration, le secrétaire général de l’ADCG Abdou Diop, a rappelé les nombreuses initiatives prises par l’association en faveur des populations. Il s’agit de la distribution de céréales, de la tenue d’un forum pour la paix et la réconciliation…

       Kassoum THERA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.