Mali : l’ONU regrette les retards dans la mise en Ĺ“uvre de l’accord de paix

0
Après les critiques de Hervé Ladsous au président IBK : • Le gouvernement reconnait « les actions remarquables des Nations-Unies »…
Poignée de mains entre SEM Ibrhim Boubacar Keita et Hervé Ladsous

A l’occasion d’une rĂ©union du Conseil de sĂ©curitĂ© sur la situation au Mali, le chef des opĂ©rations de maintien de la paix, HervĂ© Ladsous, a jugĂ© lundi regrettables les retards dans la mise en Ĺ“uvre de l’accord de paix entre les autoritĂ©s et les groupes armĂ©s du nord du pays.

“Le processus a continuĂ© de subir d’importants retards au cours des derniers mois. Alors que des progrès ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©s avec la validation de 11 sites de cantonnement et le lancement de la construction de deux d’entre eux au dĂ©but de ce mois, ainsi qu’avec l’adoption des dĂ©crets Ă©tablissant la Commission d’intĂ©gration et la Commission sur le dĂ©sarmement, la dĂ©mobilisation et la rĂ©insertion le 29 dĂ©cembre, il est regrettable qu’il n’y ait eu qu’une seule patrouille mixte Ă  ce jour, le 14 novembre”, a dit M. Ladsous lors d’un exposĂ© devant les Etats membres.

Le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral adjoint des Nations Unies aux opĂ©rations de maintien de la paix s’est Ă©galement dit prĂ©occupĂ© par le fait que, mĂŞme si l’Ă©tablissement de la Commission justice et rĂ©conciliation a Ă©tĂ© une Ă©tape positive, les autres rĂ©formes politiques et institutionnelles doivent ĂŞtre encore mises en Ĺ“uvre.

Selon lui, ces retards menacent la confiance qui s’est dĂ©veloppĂ©e entre les parties signataires de l’accord de paix.

Dans ce contexte, HervĂ© Ladsous a estimĂ© que la prioritĂ© Ă©tait l’introduction d’arrangements administratifs provisoires dont dĂ©pend le retour des services de base dans le nord du pays. Il a Ă©galement souhaitĂ© que le gouvernement s’intĂ©resse aux rĂ©formes institutionnelles de long terme, Ă  commencer par la crĂ©ation des rĂ©gions de Taoudeni et de MĂ©naka.

“Le processus de paix naissant au Mali demeure fragile et confrontĂ© Ă  des dĂ©fis de taille. Ces derniers mois ont dĂ©montrĂ© la dĂ©termination des groupes extrĂ©mistes Ă  faire Ă©chouer le processus de paix”, a ajoutĂ© M. Ladsous.

Il a notĂ© que les groupes extrĂ©mistes ont continuĂ© Ă  intimider les populations et Ă  attaquer les forces armĂ©es maliennes, l’opĂ©ration Barkhane de l’armĂ©e française et la Mission multidimensionnelle intĂ©grĂ©e des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), non seulement dans le nord du Mali, mais aussi dans le centre et le sud du pays.

“Les groupes armĂ©s signataires de l’accord sont Ă©galement ciblĂ©s”, a-t-il soulignĂ©.

Le chef des opĂ©rations de maintien de la paix a regrettĂ© qu’en dĂ©pit d’appels rĂ©pĂ©tĂ©s, les Etats membres tardent Ă  mettre Ă  la disposition de la MINUSMA le bataillon logistique de combat rĂ©clamĂ©.

“Vous comprenez dans ces conditions l’urgence de la mise en Ĺ“uvre de l’accord de paix. Seule l’opĂ©rationnalisation des patrouilles mixtes et du cantonnement peuvent ĂŞtre Ă  mĂŞme d’inverser la dynamique sĂ©curitaire, mĂŞme si les racines du conflit sont politiques et il n’y aura pas de solution pĂ©renne en l’absence des rĂ©formes politiques et institutionnelles prĂ©vues par l’accord”, a-t-il conclu. F

 
SOURCEfrench.china.org.cn
PARTAGER