Zeïdan Ag Sidalamine, ancien membre des mouvements et fronts unifie s de l’Azawad (MFUA), ancien ambassadeur, réagit… « Il faut un débat national inclusif… »

1
  1. La Rébellion dite Touareg ne date pas de janvier 2012 car elle est antérieure à l’indépendance du Soudan français devenu d’abord République soudanaise puis République du Mali, le 22 septembre 1960, ensuite ;
  2. Cette Rébellion cyclique et multiraciale est loin d’être féodale au regard de son projet de société idéologiquement révolutionnaire et socialement progressiste;
  3. Le fait d’être un Dirigeant Touareg Ifoghas ou ressortissant de l’Adagh n’accorde à personne la paternité d’une lutte politique commune et transnationale. Être un Président avec le patronyme KEÏTA ne fera jamais du Mali, une République MALINKÉ !
  4. Le désordre au départ en Libye et à son arrivée au Sahel dont le Mali porte les empreintes digitales et diplomatiques franco-sarkozyennes ;
  5. Le Mali a fêté le 22 septembre 2001 à Kidal sous le dernier mandat du Président Alpha Oumar KONARÉ. Cet anniversaire a eu lieu dans la paix car y étaient présents ILLADI AG ALLA et IBRAHIM AG BAHANGA puis un hommage historique au nom de la réconciliation nationale a été rendu au Capitaine Diby Sillas DIARRA;
  6. Les Accords de Tamanrasset du 6 janvier 1991, le Pacte National du 11 avril 1992 , l’Accord pour la restauration de la sécurité, de la paix et du développement dans la Région de Kidal signé à Alger le 4 juillet 2006 , l’AP0 du 18 juin 2013 signé à Ouagadougou et l’APR signé le 15 mai et 20 juin 2015 à Bamako expliquent la volonté des parties signataires à vivre ensemble et dans la concorde nationale ;
  7. La Décentralisation fut une réponse démocratique aux aspirations des populations maliennes et mérite un approfondissement institutionnel accéléré qui admet la possibilité d’un Débat sur une République du Mali décentralisé;
  8. La sécurité intérieure et des frontières nationales a été déstabilisé par le printemps Arabe et le démantèlement de la Libye par l’OTAN et les Etats membres dont la France;
  9. Le MNLA n’a pas été créé par la France tout comme les autres mouvements, milices ou groupes armés mais la France les récupère et utilise pour son agenda sécuritaire, militaire , diplomatique et territorial portant sur la cogestion de certaines bases militaires en particulier Tessalit , Gao et Sevaré;
  10. La Charia et le Qadi font partie de la civilisation de nos Empires et Royaumes du Moyen – âge ;
  11. La France au Mali applique curieusement la formule du PMU MALI :

” Gagner dans l’ordre ou le désordre ” protégeant ainsi ses intérêts par stratégie y compris médiatique !

  1. Kidal n’est pas Kigali, les Ifoghas ne sont pas des Tutsis, les Imghad ne sont pas des Hutus et SERVAL n’ambitionne pas de devenir une Force française génocidaire déployée dans l’Adagh et contre les seuls Touareg de Kidal se rappelant les atrocités de 1963 suffisamment documentées;

13. Un Débat inclusif national est incontournable pour sauver notre pays…

Par ailleurs la présente contribution n’est pas faite pour polémiquer mais plutôt pour enrichir le débat contradictoire.

Zeidan AG SIDALAMINE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Un debat inclusif national est inutile tant que le Mali n’arrive pas a securiser ses frontieres et guarantir la paix a l’interieur a tous les citoyens. On a plutot besoin d’une armee forte qui tape fort sur tous les causeurs de trouble. Les attaques incessantes a l’interieur du pays vont s’amoindrir, voir finir si ses auteurs sont terasses sans pitie par les forces de l’ordre. Cela decouragera les uns et autres qui ont la tentation de causer le desordre en utilisant la violence comme moyen de se faire ecouter… Quand l’etat arrive a se faire respecter il aura le temps d’organiser ce debat inclusif dont tu faits allusion. Autrement c’est de la farce et foutaise.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here