Un Haut représentant pour le Centre : La crise, vue comme une opportunité ou une équation ?

1

Décidément, la nomination, le 20 juin dernier, du Pr Dioncounda Traoré comme Haut Représentant du Président IBK pour le Centre du Mali est l’une des plus impopulaires décisions présidentielles.  Au moment où le peuple attendait des mesures concrètes à la dimension de la crise, le président de la république n’a pas trouvé mieux que de désigner un homme comme son « Haut représentant ». Cette nomination a suscité beaucoup de questions chez les Maliens sur non seulement l’opportunité même d’un Haut représentant pour la nature de la crise, mais aussi sur l’idéal du choix de l’homme devant conduire cette « mission virtuelle ». Pour bon nombre d’observateurs, cette mesure est loin de convaincre les Maliens. L’on s’interroge sur les motivations d’une telle décision politique quand on sait que pour trouver la solution à la crise du centre, il existe plusieurs autres options prioritaires autres que la nomination d’un Haut représentant. Pour d’autres, la nomination d’un Haut Représentant est une manière de déplacer et entretenir le problème politiquement et éternellement, car faut-il s’en convaincre, s’il  faut choisir  des hommes et des femmes pour trouver la paix, les pistes à explorer sont connues même par le Malien lambda. Alors, le dangereux conflit intercommunautaire du centre n’est-il pas vu comme une opportunité plutôt qu’à une équation à résoudre?Des initiatives comme cellesdes responsables de la Coordination des associations des ressortissants des cercles de la région de Mopti résidant à Bamako (CAREMB) semblent être des belle occasions à saisir par l’Etat pour trouver la solution du centre, que d’entrer dans des jeux politiques stériles.

D. K

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Mais les Maliens n’ont rien vu d’abord. Comme la situation ne fait que se dégrader ,les choses vont se décanter .les hommes politiques du Mali tous pareils .ils ne pensent qu’à leurs propres intérêts. Là où vont les choses ,ils vont tous passer à la casserole. À l’allure où vont les choses personne ne sera à l’abri. Toute la sous région commence à embraser.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here