34e bataillon du génie : IBK rend un dernier hommage au général Kafougouna Koné

7
obsèques du Général Kafougouna KONÉ sur la place d'Armes du Génie militaire de Bamako
Obsèques du Général Kafougouna KONÉ sur la place d'Armes du Génie militaire de Bamako

Dimanche, au 34e Bataillon du génie militaire, le président IBK au nom de la nation, a rendu un ultime hommage au général de division Kafougouna Koné, ancien ministre de l’Administration territoriale et compagnon de longue date du général Amadou Toumani Touré.

 Grand officier de l’Ordre national, le général de division Kafougouna Koné, décédé  le 10 mars 2017, à l’âge de 73 ans, a regagné sa dernière demeure au cimetière de Niamakoro après un dernier hommage de  la nation avec à sa tête le chef de l’Etat, chef suprême des armées, Ibrahim Boubacar Kéita.

”Brave  parmi des braves ! Général Kafougouna Koné, vous avez mérité qu’en ce jour, nous venions au nom de la République, vous rendre le dernier et solennel hommage du mérite reconnu par la patrie malienne ! Dors en paix vaillant guerrier de Sikasso, honneur de la patrie”, a écrit le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, dans le livre de condoléances qu’il a signé en l’honneur de l’illustre disparu.

Ces obsèques nationales ont enregistré la présence de la famille Koné de Fourou, village natal de l’illustre disparu, de l’ancien président de la transition, Pr. Dioncounda Traoré,  le Premier ministre et des présidents des institutions de la République, les membres du gouvernement, la hiérarchie militaire, les anciens Premiers ministres, de nombreux anciens ministres du Mali, les chefs traditionnels, coutumiers et religieux du district de Bamako…

Dors en paix général Kafougouna Koné !

La rédaction

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Si les biens acquis hier surtout les biens fonciers spoliés par ce général, tout le mali ce serait résumé désormais au cimetière de niamakoro.
    C est la langue de bois qui tue le mali,un pays bâtit sur la verite mais geré dans le mensonge,le gain du bien facile,l amour du bien mal acquis.
    Combien de pauvres ont coule des larmes dans la gestion foncière à cause des actes ou de la passivité de ce général.?
    Je est le lieu et l occasion pour rappelez aux autres prédateurs qu aucun bien ne nous accompagnera demain,a quoi bon de spolier,voler?
    Nous venons de perdre un frère, un fils mais il faut que les cadres maliens se ressaisisse.
    Paix à son âme, condoléances à notre armee,a sa famille,et à mes amis et parents de Fourou.
    Que son âme repose en paix,que tous ceux qui ont été touché dans ses actes le pardonnent.

  2. Maliden il ya 8 heures 43 minutes

    L’Ami éternel d’ATT n’a pas été accompagné par un peuple en deuil
    Depuis 2006 l’accord d’Alger et les autres spéculations foncières sont passées par là.
    Oui l’État du Mali est en deuil.
    Non, le peuple malien volé, spolié et trahi n’est pas en deuil.
    Ne nous racontons pas d’histoire.

    TRES BONNE NOUVELLE: LES PEUPLES DU MALI NE FONT PLUS DE DEUIL POUR LEURS DIRIGEANTS QUI SUBISSENT LA SODOMIE DE LA CORRUPTION. 🙂 🙂 🙂 🙂 🙂 🙂 🙂

  3. La disparition du général Kafougouna me rappelle la fin du général Petain. Quand un militaire est lancé dans la politique par l’occupations des emplois administratifs, sa personnalité se mue. Le principe de la République est que l’autorité militaire reste aux ordres de l’autorité civile. Cette dernière formule sa politique de défense et l’autorité militaire en assure et assume son exécution. Un brave militaire troque ainsi sa vareuse contre l’écharpe tricolore et agit au nom de la puissance publique.
    L’homme de décembre 1974 et de Noël 1985, s’est travestit depuis 1987 quand il a accepté les emplois civils de gouverneur de région à Gao. Pourtant ceux qui l’ont connu savent bien qu’il n’est pas d’un tempérament d’autorité civile. Les cadres du ministère de l’administration territoriale s’en rendus compte très vite que derrière le charisme d’un général réputé, se cache une faible autorité civile, incapable de décision courageuse, au point même qu’un Préfet bravait les injonctions du général. Dès lors, la personnalité de l’homme devrait crainte une fin peu glorieuse. Concevoir ou exécuté un ordre militaire est différent de l’exécution d’un ordre politique qui elle brise l’initiative d’un chef.
    Sankingba a beaucoup d’admiration pour le général Kafougouna mais déplore l’inféodation de l’homme au point de s´assujetir jusqu’à compromission de l’intégrité du territoire pour faire plaisir à un autre général félon qui n’a que faire du sens de l’honneur.
    Si l’homme cherche à se forger un destin, le destin le façonne au vouloir de Dieu. Ainsi un brave général s’en est allé et un piètre homme politique s’est éteint.

    VIVE LA RÉPUBLIQUE

  4. Une écriture, une idée aux sens inestimables “Dors en paix vaillant guerrier de Sikasso, honneur de la patrie” signé le Président de la République. Cette inspiration ne peut venir que d’un Ibrahim Boubakar KEITA, chef suprême des armés. Je me joint à vous pour présenter la même condoléance. Reposez vous en paix éternelle mon Général de division.

Comments are closed.