Grande perte pour la nation malienne : Me Koné Brahima ” le diamant noir ” a tiré sa révérence

4

Me Brahima Koné n’est plus. Notre frère et ami, notre avocat défenseur, notre camarade de lutte, l’avocat des sans voix a tiré sa révérence en début de semaine dernière à Paris. A sa famille durement éplorée, la Direction et l’ensemble du personnel du Zénith-Balé adressent leurs condoléances les plus attristées.

Inscrit au barreau du Mali et à la cour pénale internationale, Me Brahima Koné était président de l’Union Inter Africaine des Droits de l’Homme (UIADH), président de l’Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH) de 2004 à 2011, président fondateur de l’Association Avocats Sans Frontières-Mali (ASF-Mali), membre fondateur des Avocats frontières-Monde (ASF-World), membre fondateur du Bureau Pénal international (BPI). Il a siégé plusieurs fois à la Commission Electorale Nationale Indépendante (Céni) comme Conseiller juridique ou membre représentant la société civile. Il était également jusqu’à son décès le coordinateur du pool de 13 avocats commis pour la défense des 80 victimes de viols et de crimes sexuels perpétrés dans le Nord-Mali, au nom desquelles six organisations de défense des droits de l’Homme ont porté plainte auprès du Tribunal de la Commune III, le mercredi 12 novembre 2014.

Au cours d’une conférence de presse qu’il a animée le jour même du dépôt de leur requête, avec les responsables des six organisations qui se sont constituées partie civile, Me Koné a expliqué que cette plainte se justifie par le fait qu’au nombre des poursuites engagées au titre des violations des droits de l’Homme commises au Mali, les cas de viol et autres violences sexuelles ont été ignorés. Or, regrette l’avocat, ces infractions sont constitutives de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, comme prescrit par les articles 29, 30, 31 et 32 du Code pénal. S’ils ont saisi le juge en ce moment précis, a-t-il poursuivi, c’est pour qu’au cours des négociations d’Alger, on réserve à la justice toute la place qui lui revient. “Et nous restons convaincus qu’une réconciliation ne saurait réussir tant que justice n’a pas été rendue aux victimes. De même, toute paix conquise sans la justice ne serait que précaire“, a-t-il soutenu, rappelant que leur combat est celui contre l’impunité.

La préoccupation de Maître Brahima Koné, c’était que personne n’échappe à la justice. Il craignait que des criminels puissent passer entre les mailles de la justice transitionnelle : ” On a l’impression que certains veulent un règlement pacifique de tout ce qui a été fait, redoute l’avocat. Il suffirait d’échanger et de se pardonner pour qu’ensemble on aille vers la paix. Nous pensons qu’il faut concilier les besoins de paix avec les exigences de justice. Face à des crimes d’une extrême gravité, les auteurs doivent répondre devant la justice.

Dors en paix cher ami !

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Paix à son âme!
    Nous nous sommes rencontrés à Banjul en 2012 lors de la session de la commission africaine des droits de l’homme et du peuple. Il fit une présentation sur la situation des droits de l’homme au nord du pays occupé à l’époque.
    Une rencontre riche en échanges.

  2. Me Koné est un grand homme, humaine et, il a le sens de partager, Jai les connu à la Commission Electorale Indépendante comme conseiller juridique ou membre représentant à la société civile et un brillant avocat qui défendait les clients sans conditions.
    Que la terre lui soit légère.

Comments are closed.