Kéniéba : L’électricité à compte goutte dans la commune

0

Aujourd’hui, avoir de l’électricité à Kéniéba relève du parcours de combattant. Selon nos informations recueillies sur place, il faut soit avoir un groupe électrogène ou à défaut, attendre des jours, des semaines, voir des mois pour avoir l’électricité publique. La tenue du forum communautaire à travers le secteur minier à Kéniéba la semaine dernière, a été salutaire pour la population. Car, selon M. Kéita, c’est quand ce forum a été annoncé que les autorités ont tout fait pour que l’électricité publique soit rétablie. La société d’approvisionnement de la ville KAMA-SA, selon notre interlocuteur, était en panne depuis plus d’une vingtaine de jours. «La jeunesse c’était opposée à cette injustice », affirme notre interlocuteur. N’étant pas sûr du retour de l’électricité publique, les autorités ont pris des dispositions et ont fait venir  un groupe électrogène d’une société minière pour le bon déroulement du forum. Pour éviter tout risque, car n’étant pas, encore sûr, que le groupe de KAMA SA puisse fonctionner durant tout le séjour des ministres, ambassadeurs, etc., les autorités se sont arrangés pour que leurs invités de marque passent les nuits dans une société minière où l’électricité est garantie 24h/24h.

——————————————————————-

Terrain de football de Kéniéba : le projet de gazonnage mort né

Kéniéba fait parti des cercles du Mali qui n’ont pas de terrain de football conformément aux règlements. Pour combler ce vide, les autorités municipales ont entrepris des démarches auprès de la mine de Gounkoto. Selon le secrétaire général de la Mairie de Kéniéba, Mamadou Dabo, la Mine de Gounkoto avait, dans un premier temps, pris l’engagement de gazonner le terrain de football. Avec cet engagement, dit-il, la Mairie a tout mis en œuvre pour clôturer le terrain de football et de Basket à 10.000.000 de FCFA. Mais après, précise le secrétaire général au Maire de Kéniéba, Gounkoto s’est désengagé pour le gazonnage. « On veut le faire avec le budget communal 2015-2016. Mais s’il y a d’autres priorités, nous allons repousser ça à plus tard», déclare Mamadou Dabo. En attendant, les sportifs doivent prendre leur mal en patience. Car à Kéniéba, l’épanouissement de la jeunesse est loin d’être la priorité des autorités et des entreprises minières.

Rassemblées par Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

PARTAGER