Organe unique de gestion des élections au Mali : Des partis politiques doutent de l’impartialité du Premier ministre

1

Les responsables du Cadre d’échanges des partis et regroupements politiques pour une transition réussie ont animé le mercredi 29 septembre une conférence de presse au Mémorial Modibo Keita. C’était sous l’égide de Dr. Bocary Treta, président de la plateforme Ensemble pour le Mali.  

Pour le principal conférencier, Dr. Bocary Tréta, la majorité des partis et regroupements de partis politiques n’a pas participé ou n’a pas été invitée à la table ronde de validation des termes de référence (Tdr) des «assises nationales de refondation » et l’organe unique de gestion des élections (OUGE), tenue les 24, 25 et 26 septembre à Bamako.  « Certaines organisations de la société civile se sont tout simplement vu refuser l’accès à la salle », a ajouté le président du RPM et de la plateforme Ensemble pour le Mali.

Une information confirmée par un acteur de la société civile au cours d’une conférence-débat. « Outre les conditions chaotiques dans lesquelles ces ateliers se sont déroulés, nous avons relevé, entre autres, la faible participation de la classe politique, l’exclusion, le flou qui entoure la composition, le fonctionnement et le caractère indépendant de l’organe unique de gestion des élections », a-t-il constaté.

De réelles interrogations sur l’impartialité de la primature

Pour le Cadre d’échanges des partis et regroupements politiques pour une transition réussie, le projet d’organe unique de gestion des élections et les termes de références (Tdrs) des « assises nationales de refondation », produits par le M5-RFP, regroupement de partis politiques et d’associations dont est issu le Premier ministre Dr. Choguel Kokalla Maïga, ont servi de documents de base aux travaux de la table ronde. Cela pose de réelles interrogations sur l’impartialité de la primature, regrette Dr. Bocary Tréta, qui a lu devant la presse le mémorandum du cadre d’échanges de partis et regroupements politiques.

« L’irréversibilité proclamée de l’OUGE par le Premier ministre, la non-inclusivité dans l’organisation des assises nationales sur la refondation, le chronogramme électoral inadapté et les réformes politiques et institutionnelles irréalistes sont autant d’indices qui présagent le non-respect du délai de la transition », dénoncent-ils. «Comment interpréter le fait que certaines des plus hautes autorités de la transition méprisent ouvertement et publiquement le rôle des organisations politiques dans la vie de la République ? » se demandent-ils.

« Comment interpréter la dispersion de tant d’efforts entrepris dans tous ces domaines et projets à l’exception des réformes politiques indispensables à l’organisation d’élections générales libres, crédibles et transparentes pour permettre un retour rapide à l’ordre constitutionnel normal ? » s’interrogent les responsables du Cadre d’échanges des partis et regroupements politiques pour une transition réussie.

Ce cadre est composé de plusieurs regroupements de partis politiques et plusieurs dizaines de partis politiques dont l’ADEMA-PASJ, l’ASMA-CFP, le parti Yèlèma et bien d’autres.

Outre Dr. Bocary Tréta, la conférence s’est déroulée en présence du Pr. Tiémoko Sangaré, président de l’ADEMA-PASJ, de Me Kassoum Tapo du MOREMA, du Pr. Younouss Hameye Dicko, des représentants du parti Yéléma et bien d’autres.

Mantan Koné

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. CES GENS DECHUS DES ANCIENS REGIME,ILS VEULENT QUO ENFIN. QUAND ON SE REUNI SANS DOCUMENT DE REFEXION CA DONNE L’MPRESSON D’UNE EQUIPE QUI N’EST PAS PRETE. ILS SE SONT FAITA GRIES,NOUS DEVONS AVANCER. UNE CHOSE EST CLAIR QU’ILS VIENNENT NOMBREUX PENDANT LES ASSISES AINSI ON SAURA QUI A DE LA MATIERE GRISE A PROPOSER AUX MALIENS. ON NE VEUT PLUS DE TONEAU VIDE C’EST LE TRAVAIL QUI COMPTE A PRESENT

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here