Cour d’assises spéciale : Les atteintes au bien public jugées

0

La session spéciale de la Cour d’assises de Bamako ouverte lundi est appelée à juger  dix-huit affaires impliquant 54 accusés de faux et usage de faux et un cas de blanchiment des capitaux. Selon le Procureur général près la cour, Ibrissa Harizo Maïga, la complexité de la matière incite « les juges » à « s’armer de courage pour résister à la tentation de la corruption, pour résister aux pesanteurs sociales négatives qui s’appellent le favoritisme, le népotisme, la suffisance, le clientélisme.

Le bâtonnier du Mali, Me Moustapha Cissé a émis le vœu que« les coupables seront condamnés et les innocents libérés ».  Car « les rapports fournis sont des œuvres humaines, c’est des hommes qui l’ont fait et l’homme est faillible » et « nous passons tous par le filtre de la justice pour sortir propre ou sale selon ce que nous avons fait »

Deux dossiers importants sont concernés, ceux de Bakary Togola, ancien président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali et Salia Diarra, maire de la Commune rurale de Baguinéda.

La présente session spéciale de la Cour d’appel prendra fin le 10 décembre.

Au terme de 3 mois de captivité:

L’artiste Dr Keb libre

La nouvelle de la disparition de l’artiste-musicien Amadou Kebé, dit « Dr Keb », se propageait comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux en cette fin de juillet 2021, des membres de son staff ont d’abord démenti et ont tenté de le joindre. En vain. Début août, sa famille et une partie de son équipe ont confirmé au cours d’un point de presse la thèse de la disparition de Dr Keb, 27 ans, et deux de ses accompagnateurs : Ousmane Coulibaly, alias « Dr Bacozy », son chef du protocole, et Alfousseyni Touré, dit « Dr Alouss », son assistant manager.

L’artiste Dr Keb et un autre de ses compagnons sont libres après trois mois de captivité. L’information est confirmée de sources militaires.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here