Assemblée générale du RESO-Climat : Les projets PAIRCC et PAACC-Sahel au centre des débats

0

Aux termes de l’exercice 2014 bien rempli à travers les activités des projets PAIRCC et PACC-Sahel d’un coût de plus de 5 milliards de F CFA, le Reso-Climat a beaucoup contribué à l’émancipation des femmes et au renforcement des capacités des acteurs du monde rural. Le revenu annuel des femmes du jardin maraîcher de Sendala par exemple se situe entre 50 000 et 100 000 F CFA.

 

Le Reso-Climat, fort de 103 organisations, a tenu le 29 décembre 2014, sa 4e assemblée générale avec à l’ordre du jour : la présentation des activités du Reso-Climat/Mali, la relecture et l’adoption des statuts et du règlement intérieur du Reso, la validation des nouvelles demandes d’adhésion au Reso et la mise place des membres du nouveau bureau.

L’AG était présidée par le président du Reso-Climat, président de Mali Folkcenter Nyètaa, Dr. Ibrahima Togola. Il avait à ses côtés les chefs de file des groupes thématiques.

Dr. Togola a fait part de son inquiétude face au changement climatique galopant et au refus d’engagement des pays à réduire leur production de déchets toxiques pour pérenniser la biosphère menacée de destruction. Il a réitéré l’engagement des membres de son Reso à jouer sa partition dans la protection de l’environnement, le développement rural, l’agriculture, l’élevage dans notre pays.

Il a relevé la débandade autour de l’hivernage, où l’on ne sait plus quand est-ce qu’il débute et quand est-ce qu’il prend fin. Une situation qui contribue à l’émergence de nouvelles activités néfastes concourant au changement climatique, la production de charbon, la pêche intempestive et la déforestation, tendant à détruire l’environnement et augmenter la pauvreté dans nos pays.

En 2015, l’accent sera mis sur la visibilité des actions du Reso sur le terrain et comment capitaliser les initiatives des différentes organisations membres en guise de résultats.

Le Dr. Togola a rappelé les visites ou voyages d’études dans des pays voisins en 2014, notamment au Bénin et Burkina Faso dans le but de mieux outiller ses membres pour de nouvelles perspectives en matière de conception et d’exécution de projet. Il a prêché une sortie de crise définitive pour une meilleure reprise des activités du Reso dans les régions du Nord. Il a invité tous les Maliens à une prise de conscience pour la sauvegarde de l’environnement qui détermine la productivité et le bien-être de tous.

L’ambassade Suède a reçu les honneurs du président du Reso pour avoir contribué au financement des projets au grand bonheur des Maliens, particulièrement les populations vulnérables.

Le Reso a réalisé 38 projets entre juin 2013 et décembre 2014 à travers ses deux grands projets (PAAC-Sahel et PAIRCC) d’un coût de plus de 5 milliards de F CFA. Avec le PAIRCC, il a contribué à l’émergence des femmes rurales notamment sur le site maraîcher de Sendala, où les revenus des femmes varient aujourd’hui entre 50 000 et 100 000 F CFA.

Le PAACC-Sahel a contribué à réduire la corvée d’eau des femmes dans les jardins maraîchers des villages de Mandiakuy et Tio, la dotation des radios en équipements pour une meilleure prise de l’aspect communication sur la protection de l’environnement. Il a également soutenu le renforcement des capacités des membres du Reso, des élus communaux, acteurs ruraux, etc.

Les activités de l’exercice 2015 seront axées sur la poursuite des activités des projets PAIRCC et PAACC-Sahel, le renforcement des capacités des membres du Reso, la communication, la visibilité ainsi que la capitalisation des acquis, la création du Centre d’innovation rurale technologie appropriée (Cirta). Il faut ajouter à ceux-ci des activités de plaidoyer lobbying.

Ousmane Daou

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER