Affaire “05 policiers maliens s’évaporent dans la nature au Canada”: Mise au point du syndicat national de la Police (Synapol)

13

A  Monsieur le Directeur du Journal le Témoin:

A la suite de la parution d’un article du journal le ‘’Témoin’’ intitulé « 05 policiers maliens s’évaporent dans la nature au Canada » où ils devraient se spécialiser dans la lutte contre le terrorisme, le Syndicat National de la Police (SYNAPOL) vient par la présente apporter les clarifications et précisions suivantes.

Tout d’abord, le Syndicat tient  à rappeler que les fonctionnaires de la Police Malienne sont et resteront attachés à leur très noble mission de protection des personnes et de leurs biens, dans le strict respect de la Constitution et des lois en République du Mali.

Il profite de cette occasion pour informer l’opinion nationale et internationale qu’à ce jour aucun fonctionnaire de Police ne se trouve en formation de spécialisation dans la lutte contre le terrorisme au Canada. Mais la Police dispose de deux (02) Commissaires, notamment le Commissaire de Police Moussa Dionké SISSOKO et le Commissaire Principal Issa COULIBALY, pour d’autres spécialités.

Les allégations ne reflètent donc pas la réalité et portent un préjudice moral incommensurable à la Police, d’autant qu’elles confortent ceux-là qui n’ont jamais porté la Police dans leur cœur et cherchent à la discréditer.

Face à cet usage de liberté d’expression qu’il juge abusif, le Syndicat National de la Police demande à la Direction du journal « Le Témoin » la publication intégrale de son droit de réponse dans les conditions prévues par la loi, sous peine d’assignation en justice.

Vive un Mali stable, Vive la démocratie, Vive la Police Nationale au service du peuple.

Commissaire de Police Abdourhamane ALASSANE

 

Commentaires via Facebook :

13 COMMENTAIRES

  1. De grace ! Si vous croyez que le Canada un pays de pagaille comme le notre il faudra vous detromper. J’ai fait ce pays et je sais comment les choses s’y passent. Donc, evitez de raconter des sornettes.

  2. C’EST DOMMAGE. DROIT DE RÉPONSE NE SUFFIT PAS. IL FAUT ASSIGNER CE TORCHON EN JUSTICE.

  3. Nous avions attirés l’attention des lecteurs et de la direction de la police dès la parution de cet article mettant en cause des commissaires de police en formation au Canada. Le journalisme est un métier noble, s’il est pratiqué dans les règles, le respect de la déontologie et de l’éthique. Vérifiez l’information à deux ou trois sources différentes avant de la publier. Mais, puisque chacun se disant journaliste dans ce pays où le contrôle n’est pas de rigueur, ils balancent n’importe quoi aux lecteurs. Heureusement que certains lecteurs avisés ne se laissent pas abuser. La Direction de la police devait réagir bien avant. Mais elle est restée indécise, semant ainsi le doute dans l’esprit des lecteurs, qui n’ont pas compris son silence. Cette réaction, même si elle était nécessaire, est bien tardive, et c’est ce qui est incompréhensible. Ce journaliste doit être poursuivi devant la justice, car il s’agit d’information très grave portant atteinte à la moralité même des policiers qui ont été traités de fugitifs, alors qu’ils étaient au service de la nation si cela avait eu un fondement. Heureusement que l’info s’est avérée fausse. De tels articles sont dangereuses pour l’opinion, compte tenu de la situation particulière que nous vivons au Mali. La violation des règles de déontologie doit permettre à la police d’assigner ce journaliste sans risque d’être accusée d’enfreindre la liberté de presse ou d’expression de ce plumiste plat, qui ne s’est même pas excusé. Comme quoi, dans ce pays, chacun fait ce qu’il veut!

  4. Vous voyez encore toute cette merde pour la dignité de notre pays, c’est pas la faute aux journalistes mais c’est à l’administration malienne en générale par son manque de sérieux dans la gestion des affaires du Mali . Je suis vraiment déçu par ce monde de la police qui ne sert à rien que de raquette ces pauvres citoyens. Une police souillée depuis des années par la corruption et par le manque de compétence

  5. Merci commissaire je suis content de la reponse .c est aller dans mon sens .histoire de faire le BUZZ ou de vendre un peu de papier ils invente n importe quoi quitte à salir des innocents le journalisme au Mali n en sort pas grandi.je suis très déçu du niveau très bas de nos journalistes. Quand à faire le BUZZ autant racontes une histoire crédible même pas une bonne blague trop naz trop nul

  6. Lol. Mieux tard que jamais.
    En tout cas ladji bourama woloni kabakoh cherche refuge quelque part mieux que la France a nos2 jours 😀 .

  7. Ben voilà …..
    C’est simple , mais cette mise au point méritait d’être faite !
    🙂 🙂 🙂 🙂 🙂 🙂

  8. La plainte en en diffamation existe , c’est une procédure tout à fait normale dans ce cas

  9. Encore un journal de merde. Heureusement que la lecture des conneries écrites par nos journaleux est gratuite et n’engage que ceux qui y croient.

  10. MERCI MON COMMISSAIRE POUR CET INFORMATION.
    JE ME DEMANDE SI VRAIMENT LES JOURNALISTS MALIEN SONT LA POUR DEFENDRE LE PATRIE ET LEUR PAYS OUBIEN IL SONT LA POUR BAFOUE LEUR PROPRE PAYS POUR L’ARGENT.
    VRAIMENT C DOMAGE POUR C PAYS.
    EST CEQUE ILS CROI A DIEU ET QUE ILS SERON RESPONSABLE DEVANT LE BON DIEU POUR REOONDRE A LEUR ACT?
    DIEU DI DAN LE CORAN: QUAND UN HYPOCRIT T ‘AMENE DES INFORMATION ESSAYE D’ANALYSE ET VERIFIE.
    MERCI
    VIVE LE MALI, VIVE LA POLICE NATIONAL ET L’ARME MALIEN.

  11. Dans ce pays on ne ment jamais sur la police. Sachez que tout ce qu’on dit sur la police est vrai, des policiers qui ignorent le sens même d’être policier. Ils ne savent que raquetter les citoyens et ils n’ont peur que seulement du Procureur. in be cil

  12. Il faut faire des investigations avant de publier vos articles pour eviter des desagrements de ce genre.

  13. Mettez le Directeur de publication au “Gnouf” ou au “Frais” et ca ne va plus se répéter. Ces ******** se disant “journaliste” ou animateurs doivent répondre de leurs actes.

Comments are closed.