Aliou Diallo, Mamadou Oumar Sidibé et Mamadou Diarra retournent la veste au second tour : La Politique au Mali est-elle synonyme de trahison ?

7
Aliou Diallo
Aliou Diallo

On aura tout vu sur la scène politique malienne, du virage à 180 degré au reniement de sa signature, en passant par la trahison en plein jour. Au point que certains observateurs pensent que la politique au Mali est synonyme de tromperie. Après avoir signé en grandes pompes et devant des milliers de partisans, la plate forme d’alliance pour l’alternance et le changement, Aliou Diallo, Mamadou Oumar Sidibé et Mamadou Igor Diarra refusent de donner de consigne de vote en faveur de celui d’entre eux arrivé au second tour, Soumaila Cissé.

Certainement qu’au Mali la politique a sa raison que la raison elle-même ignore. A cause du comportement peu orthodoxe  des hommes politiques, le citoyen lambda a une lecture tellement négative que, souvent, il se  demande si politique n’est pas synonyme de trahison.

En effet, à la veille du premier tour de la présidentielle deux grands regroupements se sont formés. L’un autour du président sortant, appelé Ensemble Pour le Mali(EMP) et l’autre autour du chef de file de l’Opposition, appelé Coalition pour l’Alternance et le Changement, CAC. Chacune d’elles comprenait une soixantaine de partis et d’associations. Si pour la coalition autour d’IBK, la règle était de le soutenir dès le premier tour, pour la CAC, il s’agissait de reporter les voix en faveur celui d’entre eux qui arriverait au second tour. Aliou Diallo, Mamadou Oumar Sidibé et Mamadou Diarra, comme tant d’autres, s’étaient engagés à cela. A la surprise générale, après la proclamation des résultats classant IBK et Soumaila Cissé en tête, les positions ont changé. Aliou Diallo et Mamadou Diarra se sont rétractés en refusant de donner des consignes de vote en faveur de Soumaila Cissé, leur allié, tandis que Mamadou Oumar Sidibé a fait un revirement spectaculaire pour rejoindre IBK.

Comme en 2013, Soumaila vient d’être lâché par  certains de ses alliés. Rappelons qu’en 2002, IBK avait déclaré urbu et orbi, que s’il n’était pas au 2e tour,  « il donnerait ses voix à [son] frère Soumaïla. » S’étant classée troisième, Kankélentigui a déclaré publiquement qu’il « appelle à voter pour ATT, sans état d’âme ». Quelle image les hommes politiques maliens renvoient à leurs concitoyens, et surtout à leurs cadets et enfants ?

           Youssouf Sissoko

[email protected]

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. En tout cas de tels comportements ne donnent pas goût aux citoyens de voter. En politique, il doit avoir un peu de moralité.

  2. L’ambiance est morose au QG DE CAMPAGNE D’IBK, hier soir au vu des résultats qui venaient de l’extérieur et de l’intérieur.

  3. 😊👤QUE L URD ET LES AUTRES PARTIS QUI DEPUIS 1991 PARTICIPENT AUX ELECTIONS PRESIDENTIELLES CHANGENT D URGENCE LEURS LEADERS! TOUS DOIVENT ETRE REMPLACES! ET D URGENCES! CE SONT DES FENEANTS ET CANCRES!👤😊

    😊👤LA METHODE SOUMAILA CISSE! LA METHODE DE SOLIDARITE MAFIEUSE! TU ES AVEC NOUS OU CONTRE NOUS! PAS BESOIN DE VOUS CONVAINCRE! PAR FORCE ET FIDELITE AVEUGLE VOUS ME SUIVREZ! POURQUOI SOUMAILA NE SUIVRAT IL PAS CHOGUEL OU KALIFA OU MEME ALOU DIALLO OU TIEBLEN? C EST SIMPLE LA REPONSE IL EST EGOISTE A MORT ET NE FERA JAMAIS GAGNER PERSONNE CAR IL EST SOLITAIRE BIEN QU ENTOURE DE GENS IL NE LES VOIT PAS!👤😊

  4. Moi je pense qu’ils ont eu raison car soumeyla ne va jamais gagner au mali
    Ni aujourd’hui ni demain

Comments are closed.