Arène politique : Le vilain combat de Tiéman H Coulibaly

1

Fini le temps où le régime IBK cautionne dans le silence les coups à n’en pas finir de l’opposition républicaine ? De la plus vilaine des manières, le président  du parti, l’Union pour la démocratie et le développement (UDD), Tiéman Hubert Coulibaly, a décidé de sonner le glas. A la place d’un vrai débat politique « arguments contre arguments » tant attendu par le peuple malien, le candidat naturel de l’UDD a, curieusement, basculé dans un débat de clocher lors du 6ème congrès ordinaire de son parti.

En plus de transformer son congrès en un véritable espace de lobbying pour tenter de soigner l’image du régime défaillant, l’actuel ministre de la Défense et des Anciens combattants a aussi essayé de répondre à Tiebilé Dramé, le président  du Parena, qui annonçait lors de la cérémonie d’ouverture de la première convention du parti FARE An Ka Wuli que« IBK et son gouvernement travaillent pour la victoire de l’opposition en 2018 ».

En se prêtant à ce jeu, Tiéman Hubert Coulibaly, tout comme son bienfaiteur le Président IBK, s’est mis à parler d’un futur incertain. Lui aussi estime que le meilleur est à venir pour le peuple malien malgré les marchés de gré à gré, les surfacturations et d’autres affaires fumeuses qui fauchent  le présent en compromettant l’avenir.

Où était Tiéman Hubert Coulibaly et qu’a-t-il fait pour qu’ait lieu un vrai débat politique sur les questions essentielles de la nation ? Un vœu toujours voulu et longtemps exprimé par l’opposition républicaine et démocratique jusque là botter en touche par la majorité présidentielle. Mais, ce n’est pas étonnant. Car l’homme n’est pas à sa première tentative de politique promotionnelle personnelle auprès du nouveau maître du jour.

Pour rappel, au mois de novembre dernier, il avait tenté un joli coup du genre, assenant un gros coup dans le dos de la Convention des partis politiques de la majorité présidentielle dirigée par Boulkassoum Haïdara, avec le lancement de l’ « Alliance des forces démocratiques pour le Mali», devenue depuis un mouvement amorphe.  Cela malgré que ce nouveau front ait les mêmes objectifs et les mêmes missions assignées à la convention des partis politiques de la majorité présidentielle.

Le jeu est clair. Tous ces agissements incohérents  du président de l’UDD visent simplement à plaire au président de la République en contrepartie d’un clin d’œil au moment de chaque partage de gâteau.  Ce que fait le ministre est un jeu de chaise musicale ou encore du fonds de commerce pour faire plaisir au chef du jour. C’est tout sauf le vrai débat politique constructif. Il est temps de sortir enfin des tranchées, pour un affrontement, arguments contre arguments.

Youssouf Z KEITA

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Monsieur le journaliste vous faites une confusion tres gênante.
    Le regroupement des partis politiques de la majorité presidentielle, laisse a chaque parti son identité tandisque l afd ou alliance des forces democratiques est une fusion ou tous les partis adherents perdent leur identité et leur statut de parti politique au profit d une appelation unique , alors en quoi il y a t il oppsition ou croque en jambes entre boulkassem et Tieman. ?
    Ne cherchez pas à opposer les gens avec des jeux de mots dont vous ignorez.
    Pourquoi mandemassa va tnil ecouter l opposition et pour leur dire quoi? C est le peuple qui l a élu avec un programme si au bout de 5 ans le peuple n est pas satisfait qu on le met dehors.
    Les politiques maliens n aiment pas vivre dans l opposition mais chacun tient a un gouvernement de large ouverture ou de consensus commenlna fait Att et on sait les consequences.
    Les mots dont souffrent le mali ne datent pas d aujourdhui a moins que ce journaliste vient d arriver au Mali et tous ceux qui sont de l opposition ont a un moment de notre histoire gérer les deniers publiques ou gérer l éducation, l armee ou la justice malienne alors que chacun reconnait sa part de responsabilite dans l effondrement du Mali.
    Monsieur le journaliste de grâce fermons ce débat de rencontrer l opposition car 2018 est juste a côté,.
    Il faut avoir lhonnetete de défendre ses actes et avoir la conviction de faire ce qu on a dit mais cela n empêche point de dire aux uns et aux autres de remuer leur langue avant de jetter l autre en pâture.

Comments are closed.