Assemblée nationale : Le quitus des députés pour la scission en deux entités de l’ORTM

0

Le transfert de l’analogie au numérique est irrévocable. Les autorités de notre pays sont en train de prendre des mesures pour baliser le terrain pour la chaine nationale du Mali. A cette fin, le ministre de l’Economie Numérique, de l’Information et de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Choguel Kokala Maiga, a initié deux projets de lois pour scinder l’ORTM en deux entités. Désormais, avec ce projet adopté à l’unanimité par les élus de la Nation, il y aura une structure pour la production et une autre pour la diffusion.    

Il s’agit des projets de loi de ratification de l’ordonnance n°2015 036/P-RM du 2 octobre 2015, relative à la création de l’Office de Radio et Télévision du Mali (ORTM) et de l’ordonnance n°2015 037/P-RM du 2 octobre 2015, relative à la création de la Société Malienne de Transmission et de Diffusion (SMTD).

La création de ces deux structures s’inscrit dans le cadre de l’amélioration de la stratégie nationale de la radiodiffusion analogique vers le numérique, en application de la directive n°01/2015/CM/UEMOA.

Il y aura une structure chargée de l’édition, l’ORTM (Office de radio et télévision du Mali), qui aura pour missions d’assurer l’édition des services de l’audiovisuel et une entité de transmission et de diffusion, la SMTD, une société d’Etat. Elle aura pour missions la transmission et la diffusion des programmes des services publics et privés de l’audiovisuel.

En adoptant ces deux textes, les députés ont posé des interrogations concernant le personnel de l’ORTM. Les inquiétudes se rapportaient à la crainte de perdre des emplois avec cette réforme. Aziza Mint Mohamed, élue à Tombouctou a voulu avoir d’amples informations sur le statut des deux structures. Elle a demandé pourquoi l’ORTM avait le statut d’EPA.

Le ministre Choguel, qui a brillamment a défendu ces deux textes, a expliqué qu’il était nécessaire pour l’Etat de continuer à subventionner le fonctionnement de l’ORTM. Parce que l’Office continuera à couvrir gratuitement les activités de service public, ce qui est une concurrence déloyale avec les autres chaines privées que l’Etat devra assumer.

Il a également informé les élus de la Nation que le personnel de l’ORTM avait été associé à tout le processus, jusqu’à sa fin. Malgré cela, après le vote de ces textes, il compte entamer une vaste sensibilisation du personnel de Bozola pour que tout le monde soit au même niveau d’information.

Choguel a expliqué devant l’Assemblée que la SMTD-SA, opérateur de diffusion dans le cadre de sa mission, aurait à gérer les infrastructures en fibre optique de l’Etat, raison pour laquelle elle a été créée sous la forme de société d’Etat. «C’est elle qui va s’occuper de la gestion des infrastructures que l’ORTM utilisera. Les autres chaines privées qui veulent être diffusées sur l’ensemble du territoire pourront louer ses services satellitaires», a-t-il déclaré.

Concernant le choix du statut des deux entités, il a fait savoir qu’il était issu des scénarii proposés dans le document de Stratégie nationale de transition de la radiodiffusion analogique vers le numérique, partagé avec l’ensemble des acteurs.

Youssouf Diallo

PARTAGER