Candidature de l’Urd à l’élection présidentielle : Cinq raisons pour choisir Mamadou Igor Diarra

11

Annoncée pour février-mars 2022, les partis politiques s’affairent pour choisir leur candidat à l’élection présidentielle. Si dans plusieurs formations politiques les jeux sont presque faits, l’Union pour la République et la démocratie (Urd), depuis le décès tragique de son président Soumaïla Cissé, est à la recherche d’un candidat crédible, capable de faire gagner le parti. Mamadou Igor Diarra apparaît à bien des égards comme le candidat idéal pour le parti de la poignée de main.

Pour  la candidature de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) à la prochaine élection présidentielle, plusieurs noms circulent comme ceux de Me Demba Traoré, Dr. Mamadou Diallo, Dr. Boubou Cissé et Mamadou Igor Diarra. Ce dernier apparaît, selon de nombreux analystes, comme le meilleur porte-étendard du parti de la poignée de main pour briquer la magistrature suprême.

Si l’auteur du livre «C’est Possible au Mali» ne s’est toujours pas prononcé sur le sujet, l’homme dispose de tous les atouts nécessaires pour faire gagner l’Urd après le décès brutal de son président, le très regretté Soumaïla Cissé.

On le sait en politique comme au tiercé, le choix du candidat ou du cheval détermine les chances de gagner ou de perdre. Et le natif de Marakala dans la région de Ségou  a tout ce qu’il faut pour amener l’URD vers de meilleurs rivages après une tempête de sable consécutive à la mort de son président et candidat. En tout cas, plusieurs arguments militent en sa faveur.

Son engagement pour le parti

Bien qu’ayant été proche de feu Soumaïla Cissé, Mamadou Igor Diarra, a adhéré volontairement à l’URD, sans aucune contrepartie, comme cela a été confirmé par les dirigeants, notamment le président du parti, dans une interview accordée au Journal du Mali.

Ce qui n’est pas le cas de beaucoup de nouveaux adhérents dont on accuse à tort ou à raison d’avoir des idées derrière la tête. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle son adhésion  a été unanimement  saluée par  une bonne frange des militants du parti de la poignée de main qui voient en lui un homme de consensus et une alternative crédible capable de maintenir le flambeau allumé par le très regretté Soumaïla Cissé.

En outre, depuis son adhésion, l’engagement de l’homme pour le parti ne souffre d’aucune ambiguïté. À Ségou où le parti était moribond, l’adhésion de Mamadou Igor Diarra, qui occupe désormais l’un des postes de Secrétaire général adjoint de la section,  a suscité un nouvel espoir auprès des militants encore sous le choc suite au décès du très regretté Soumaïla Cissé. Il a d’ailleurs fait loger le parti dans un siège flambant neuf à Marakala.

Sa sympathie auprès de la population

Ministre à plusieurs reprises et sous différents régimes au Mali, Mamadou Igor Diarra fait partie des rares anciens membres du gouvernement qui jouit d’une solide réputation auprès de l’opinion. Il garde un capital de sympathie très élevé auprès de nombreux Maliens qui voient en lui un homme de qualité. Le ministre Diarra a une grande compassion envers  la population surtout les plus défavorisés. Ce n’est pas les habitants de Markala qui diront le contraire où ses œuvres caritatives sont connues de tous.

«Au-delà de ton érudition, de ta capacité analytique, de ton intelligence visionnaire, ce qui nous impressionne le plus chez toi, c’est la volonté obstinée de saisir les problèmes, à la racine, de se tenir physiquement, et en toutes circonstances, du côté des victimes. Ton courage, ta persévérance dans tout combat aussi» a rapporté Koïta Mamoudou sur sa page Facebook.

Son intégrité

À la différence de plusieurs cadres maliens, le nom de Mamadou Igor Diarra n’a jamais été cité dans une affaire de corruption ou de détournement de fonds. Il est l’un des rares ministres maliens à ne pas traîner des casseroles derrière lui, contrairement à d’autres qui ont été épinglés dans les rapports de contrôle. Ce qui est une prouesse dans un pays où la corruption est plus qu’endémique.

Partout où il a servi, ses collaborateurs retiennent de lui sa rigueur et son intégrité. «C’est un patriote, un cadre intègre et très assidu qui a laissé ses traces par le travail bien fait là où il aura servi à l’intérieur comme à l’extérieur du pays», se souvient un cadre du ministère de l’Economie et des Finances qui a requis l’anonymat.

Sa capacité de mobilisation financière

Mamadou Igor Diarra est un banquier qui maîtrise le monde des finances et des affaires. Il a dirigé plusieurs banques au Mali et dans la sous-région. Ce qui lui permettra de mobiliser les financements nécessaires pour doper les activités d’un parti privé, avec la mort de son président, de ressources financières.

En outre, l’auteur du livre «C’est possible au Mali» jouit d’un grand respect auprès des partenaires techniques et financiers qui le trouvent pragmatique et rigoureux. Grâce à  sa crédibilité beaucoup de bailleurs de fonds ont fait du Mali une destination privilégiée. Audacieux, l’homme a pu faire du secteur des finances publiques un secteur porteur, assaini et rigoureusement bien géré.

Sa compétence et son expérience gouvernementale

Mamadou Igor Diarra a une parfaite connaissance des problèmes du Mali pour avoir été membre du gouvernemental à plusieurs reprises. Il a fait son baptême du feu gouvernemental comme ministre de l’Energie, des Mines et de l’Eau (2008-2011) sous le régime ATT. Au gouvernement, il s’est employé à faire en sorte que l’eau et l’électricité ne soient plus un luxe pour les populations maliennes car convaincu que ces 03 domaines sont vitaux pour le développement du pays.

Peu et mal distribué, il a fallu toute l’ingéniosité de Mamadou Igor Diarra pour non seulement mettre fin aux coupures intempestives du courant et au délestage sauvage, mais aussi permettre à un plus grand nombre de ses citoyens d’y avoir accès. Les Maliens gardent toujours en mémoire ce passé glorieux du pays.

Quant à l’eau, elle était une denrée rare et presqu’inaccessible pour  un grand nombre de citoyens, c’est encore Mamadou Igor Diarra qui a décentralisé le secteur pour qu’un plus grand nombre puisse en bénéficier, d’où la création de deux structures, SAMAPEP, et SAMAGEP, l’une administrative et l’autre beaucoup plus technique. Qui ne se rappelle pas les réformes initiées au département des Mines afin que l’or puisse briller pour tout le Mali.

Son passage sous IBK à la tête du département de l’Economie et des Finances a été couronné de succès. Mamadou Igor Diarra a été celui qui a épuré la dette intérieure permettant aux commerçants de bien respirer et au secteur privé de connaître un essor. Il est celui qui a initié et lancé les chantiers des grands travaux sous IBK.

C’est grâce à lui aussi que le budget du Mali a pu atteindre pour la première fois 2000 milliards FCFA. C’est également lui qui a permis le paiement dès le 25 du mois des salaires de fonctionnaires. Mamadou Igor Diarra est celui qui a su renflouer les caisses de l’Etat avec des recettes fiscales et douanières.

Au vu de ce qui précède, le parti de feu Soumaïla Cissé n’aura d’autre choix que de faire de Mamadou Igor Diarra son porte- étendard à la prochaine présidentielle, s’il veut toutefois se donner les chances de gagner la prochaine élection présidentielle.

Abdrahamane SISSOKO

Commentaires via Facebook :

11 COMMENTAIRES

  1. Sangare Djeli tu ne peux pas admettre que le Mali est dans le gouffre a cause de Alpha Omaor Konare et de son ADEMA-PSJ, nous avons mal commence la democratie a cause de ces deux ,car nous avons commence la democratie sur la Corruption avec les fonctionnaires milliardaires d’Alpha et depuis tout le monde rentre dans la politique pas par conviction mais par le gain facile, le vol du tresor public Malien, dommage!

  2. Michel, les Maliens de l’exterieur aimeraient bien apporter leur experdise et competence au pays.Mais au Mali, c’est le presdient, le 1er ministre leur famille qui decident.Un project d’interet pour le peuple est bloqué parce que la famille presidentielle ou le 1er minstre a rien a bouffer la-dedans.Ces Maliens de l’exterieur demissionnent ou sont virés.Comme ils doivent vivre et travailler ils sont obliges d’aller dans d’autres pays qui reconnissent leur competence.C’est le Mali qui perd.
    Et puis nos compatriotes doivent comprendre que les Maliens de l’exterieur sont des Maliens comme ceux qui vivent au Mali.S’ils ont la capacité laissons les devenir president, 1ers minsitres.Leur experience est utile au pays.

  3. Les bons Maliens c’est souvent les autres pays comme blé Sénégal qui en profite rarement les Maliens arrivent a les garder.

    Igor Diarra et Hamed Sow étaient au Sénégal
    Cheick Modibo aux USA

    Soumaila a l ueoma est une exception

    Heureusement plusieurs reviennent au Bercail

    Etc….

    Je vois beaucoup de Maliens a l étranger qui excellent et je me suis toujours demandé mais que fait l État Maliens pour les chasser et en faire profiter le pays.

    Je crois qu il faut une politique a leur égard.
    Même si cela coûtent des millions de FCFA

    Le retour sur investissement sera rapide pour bl état du Mali car seront moins disant que les occidentaux

  4. Soumaila Cisse etait le chef d’oeuvre de la politique developpement de AOK.
    Dr Hamed Sow est le pere du PDES de ATT.
    Ils avaient en projet de s’unir autour d’un seul parti.
    C’etait bon pour le Mali.
    Igor est un bon economiste.

  5. Il ya trop de partis politiques au Mali.
    Sinon il faudra des primaires au sein des partis pour designer un candidat.
    Le deces de Soumaila Cisse n’est pas une perte seulement pour URD mais pour le Mali.Je ne suis pas de l’URD mais il pouvait faire du Mali comme ADAO a fait de la RCI.
    Avant son deces il avait en tete de s’associer avec les mex comme Hamed Sow.Pourquoi pas Mamadou Igor Diarra.

  6. Monsieur Sissoko a oublié l’essentiel.
    C’est grâce à Mamadou Igor Diarra que le soleil se lève tous les jours à
    l’Est et se couche à l’Ouest. Et surtout, si la terre continue de tourner, c’est grâce à ce génie interplanetaire.
    Le monde lui doit la pluie et le beau temps.
    Avec Mamadou Igor Diarra, le MALI sera un paradis qui fera des jaloux.
    Le monde entier viendra désormais faire le pélerinnage à Markala.
    Les moutons aurons cinq pattes et l’eau du fleuve Niger se transformera en lait et dans nos rivières coulerons le miel.
    Merci Mamadou !!
    J’espère que je n’ai rien oublié.

  7. Seydou
    Vous ne verrez dans aucun parti politique au monde créé pour servir l’ambition présidentielle d’un homme politique choisir le mode de démocratie pour assurer l’alternance à la tête du parti.
    On peut jouer à l’hypocrisie comme l’ont fait récemment MOUSSA MARA et MONTAGA TALL en quittant la direction du parti,mais toujours est il que la direction est guidée de l’extérieur.
    LE PARTI DEVIENT IMPERSONNEL ,SI SES MEMBRES DÉCIDENT DE LUI DONNER UN CONTENU IDÉOLOGIQUE.
    L’URD est devenu libéral,il y a peu associé à ceux D’ALASSANE OUATARA en côte d’Ivoire et de MACKY SALL au Sénégal.
    Cette adhésion à l’international libéral permet au parti de s’éloigner des ambitions de son fondateur en épousant une ligne idéologique.
    LE PARTI N’EST PAS OBLIGÉ DE DÉSIGNER UN CANDIDAT.
    Il peut décider de ne pas participer aux élections présidentielles,mais seulement aux législatives et autres.
    Ça va dépendre de sa stratégie sur l’échiquier politique national.
    La désignation d’un candidat sans un naturel comme SOUMAILA CISSÉ pour créer le consensus peut être improductif.
    C’EST POURQUOI L’URD,POUR CONTINUER SON DÉVELOPPEMENT,DOIT DÉSIGNER UN HISTORIQUE,MÊME S’IL N’EST PAS TRÈS CONNU.
    Le but n’est pas nécessairement de gagner,mais de renforcer le parti.
    Avec le temps un candidat naturel va sortir du lot.
    Qu’un militant qui vient d’adhérer soit le candidat du parti portera un coup terrible à la progression et à la cohésion du parti.
    Seule la division des membres éminents du parti peut empêcher le parti de rester fort ou continuer sa progression.
    En 1991,l’US RDA est revenu fort en se plaçant comme le premier parti politique du Mali devant L’ADEMA PASJ qui a remporté les présidentielles et les législatives par le nombre d’élus municipaux.
    Mais avec la division au sein des cadres obligeant TIOULE MAMADOU KONATE à créer son parti,il s’est affaibli au fil des années.
    L’URD peut éviter cela en désignant un historique ou à ne pas désigner de candidat.
    Les nouveaux militants,quelque soit leur personnalité,doivent s’intégrer avant de révéler leur ambition.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  8. Le probleme c’est que tu n’a personne a l’URD version originale qui peut convaincre les Maliens et obtient le score de Soumaila Cisse.
    Meme Iba N’Diaye est un militant de la 25 heures.
    Me Demba Traore et Salikou Sanogo ne sont pas a la hauteur.
    Au Mali un parti politique tourne autour d’une seule personne si cette personne manque a l’appel c’est tres difficile de serrer les rangs.
    Et beaucoup de Maliens vitent URD uniquement a cause de Soumaila Cisse, pas a cause des ideos du parti.
    Voila pourquoi c’est bon d’avoir une democratisation on sein d’un parti politique et tout faire pour assurer la releve par la jeune heneration au lieu d’etre candidat d’un parti pendant 20-30 ans.
    Igor ou Boubou ou pas URD va beaucoup perdre parce que Soumi n’est plus.

  9. IL A MEME FAIT ANNULER UNE PARTIE DE LA DETTE MONETAIRE VIS A VIS DE PARIS SUITE A L ENTREE DU MALI EN ZONE FRANC CFA

    IL ETAIT TROP BON ET DONC ECARTE CAR N A PAS RESPECTE LA REGLE SELON LAQUELLE IL FAUT PAS PARAITRE PLUS INTELLIGENT QUE LE BOSS

  10. En 2013,L’ADEMA PASJ a commis l’erreur de prendre comme candidat un homme du fait de sa situation financière.
    Malgré le soutien de l’appareil du parti,il n’a pas pu atteindre les 10 pour cent.
    MAMADOU IGOR DIARRA pense qu’ avec l’appareil de L’URD,il a plus de chance d’être président de la république.
    QU’IL SOIT SÛR QUE TOUTES LES STRUCTURES DE L’URD NE VONT PAS SE MOBILISER POUR LUI PENDANT SES CAMPAGNES PRÉSIDENTIELLES.
    On prendra son argent pour aller battre campagne pour un autre.
    C’est clair et net que MAMADOU IGOR DIARRA ne fait pas partie de la famille URD.
    Il a fallu que SOUMAILA CISSÉ nous quitte pour qu’on découvre que le protégé d’ATT est très proche de lui.
    En 2013,il a préféré IBK malgré que ce dernier ait agi contre son bienfaiteur ATT,l’ami de son père.
    Il a refusé SOUMAILA CISSÉ sachant qu’il est le seul des candidats à être fidèle à ATT pendant que tout le monde le fuyait.
    Rien que pour être fidèle à ATT,MAMADOU IGOR DIARRA devrait soutenir SOUMAILA CISSÉ.
    En 2018,il on a initié un projet de se mettre derrière un candidat afin de faciliter la victoire de l’opposition,MAMADOU IGOR DIARRA fait partie des personnes qui ont refusé de se mettre derrière SOUMAILA CISSÉ.
    Même au deuxième tour,il n’a pas voulu le soutenir.
    Maintenant on découvre qu’il était très proche de SOUMAILA CISSÉ.
    Il faut être sûr que SOUMAILA CISSÉ vivant MAMADOU IGOR DIARRA ne serait pas actuellement à L’URD.
    Il fait partie des personnes de la trempe d’IBK c’est à dire qui ne pensent qu’ à être PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE,la défense des INTÉRÊTS SUPÉRIEURS DU MALI n’étant pas leur préoccupation principale.
    MAMADOU IGOR DIARRA ET BOUBOU CISSÉ SONT VENUS METTRE FIN AU PROJET INITIÉ PAR SOUMAILA CISSÉ ET SES CAMARADES EN 2003 c’est à dire batir un grand parti politique au service du peuple malien.
    On pense,à tord, que SOUMAILA CISSÉ était candidat naturel de L’URD du fait de son argent.
    D’autres plus riches que SOUMAILA CISSÉ n’ont pas pu bâtir un parti de la dimension qu’à L’URD à partir de 2013 quand SOUMAILA CISSÉ a poussé IBK au deuxième tour malgré une campagne de dénigrement contre sa personne.
    Ce n’est pas l’argent qui a fonctionné là,mais l’adhésion à la qualité intrinsèque de L’HOMME,sinon les campagnes de dénigrement auront permis à IBK de passer dès le premier tour.
    C’était l’objectif des contre-vérités lancées.
    On n’a pas hésité à aller sur le chemin de l’ethnicisme quand on a eu l’impression sur le terrain que les campagnes de dénigrement ne produisent pas d’effets.
    Ce n’est pas l’argent qui produit ça,mais la qualité du candidat qui a aidé ALPHA OUMAR KONARÉ à élever le Mali très haut lui permettant d’organiser la COUPE D’AFRIQUE DES NATIONS avant de passer le témoin.
    MAMADOU IGOR DIARRA doit s’atteler à se faire connaître des structures du parti avant de penser à avoir leurs adhésions pour la magistrature suprême.
    S’il est désigné CANDIDAT du parti,il faut prévoir que trop de militants vont migrer vers d’autres partis comme L’URD lui même en a bénéficié d’autres partis.
    Le candidat de L’URD doit être des personnes qui ont été fidèles à SOUMAILA CISSÉ,même s’ils ne sont pas très connus ou très riches.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here