Courrier des initiés : Lettre à Boubou

0

Salut mon cousin ;

Ça fait longtemps et même très longtemps. Ce silence n’est pas un oubli .Commençons par rendre grâce au seigneur des mondes pour nous avoir donné la chance de vivre encore dans ce pays des incertitudes. C’est le lieu de prier aussi pour le repos des morts et Dieu seul sait qu’il y en a eu trop cette année. Enfin prions le Mali notre mère patrie pour le retour de la quiétude et la paix entre des cœurs. Je ne sais pas quel jour vous avez prié, mais moi j’ai pris quatre jour pour envoyer mes vœux car Amadou Tchioki a attendu le mercredi pour clôturer son carême. Ce n’est pas un bon signe et la gouvernance de l’islam  qui commence à échapper aux autorités.

Cher cousin,

J’ai passé le carême dans le Bobori et tu as le bonjour de Salomé et de Yabaro. J’ai constaté un afflux massif du bétail suite à ce que tout le monde connait dans le delta intérieur du fleuve. Et comme on a perdu le sens de l’anticipation dans notre pays, il faudra s’attendre un jour à des incompréhensions entre arrivants et sédentaires autour de la gestion de la ressource naturelle.

Le pays est cailloux car on a perdu du bétail suite à ces déplacements forcés et ceux sont nos voisins du worodugu qui abritent notre cheptel avec tout ce que cela a comme conséquence. L’argent facile se fait rare et beaucoup d’entrepreneurs ont fermé boutique. C’est l’Etat qui était la vache laitière et celui-ci est obligé de tenir compte des injonctions de certains partenaires. Ladji korokoto a fuit jusqu’au pays de la cola, son bétail a été vendu aux enchères il a fallu l’intervention de l’imam pour qu’on ne vide pas sa famille. Son cas n’est pas isolé, tous ceux qui avaient menti à leur famille en arborant une posture riche sont tombés dans le panneau. Beaucoup ont retiré leur enfant de l’école des riches dernière la douane pour les ramener sur la pointe des pieds à l’école publique qu’ils méprisaient un moment

Cher cousin,

Comme tu le sais, la guerre qu’on nous impose ne fait pas que des victimes. Elle nourrit des chaines de valeur ajoutées et les acteurs n’ont pas intérêt à ce que la paix revienne. Ba sira la vendeuse de cotonnade vient de changer le look car ses tissus servent à habiller les Dosos. Tous les tisserands attitrés ont fait fortune, les teinturiers aussi se frottent les mains au détriment de certaines espèces végétales telles que le Gnalama et le balanite. De leur coté les vendeurs d’amulette, de grosse moto, de la poudre y ont vu leur affaire s’accroitre. Les vendeurs de téléphones avec GPS incorporé en tirent aussi des profits conséquents. Voilà la gamme des pauvres qui s’enrichit grâce à notre guerre. S’agissant des gros profiteurs c’est-à-dire les puissants et les super puissants ils sont connus de tous à Bamako ne me demande pas de les citer .Car je veux rester en vie. La liberté de presse s’arrête là où commence la liberté de tuer délibérément et la convention de Genève ne protège personne ici.

Cher cousin,

Le syndicat international du crime a jeté son dévolu sur notre pays. Cela dépasse les seules capacités de Symbo3. Chacun d’entre nous est interpelé car l’hydre du sahel a enfoncé des tentacules jusqu’à nous tenir par les parties sensibles. Maintenant nous devrons réfléchir et je pense que le moment s’y prête car il n’ya plus d’opposants au Mali car chacun a eu sa part de gâteau suite au dernier partage. Même les très fâchés se sont ramollis. N’oublie pas de m’envoyer mes moutons de tabaski car il ya une nouvelle belle famille à ajouter .

Je te quitte et à la quinzaine prochaine par ton cousin Morifing.

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here