Entre nous : Violences en milieu scolaire et universitaire : Le manque de courage politique et la part de responsabilité des parents

6
les images qui coupent le souffle
Les armes découvertes dans le campus (photo archives)

Le 19 décembre dernier, le campus universitaire de Badalabougou a été le théâtre de fusillades entre des clans d’étudiants se disputant le contrôle des comités locaux de l’Association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM), ce machin devenu le serpent que « les démocrates convaincus et les patriotes sincères » ne peuvent pas tuer par manque de courage politique. De divers témoignages concordants, nous apprenons que les échanges de coups de feu ont duré un certain temps entre les groupes rivaux, contraignant les étudiants et les enseignants à se mettre à l’abri dans les bureaux et les amphithéâtres. Bilan : un mort et plusieurs blessés.

La vidéo du jeune étudiant agonisant, qui a circulé sur les réseaux sociaux, n’a pas manqué de susciter l’émoi. Les perquisitions effectuées par les forces de sécurité (300 policiers et 100 gardes) ont permis de mettre la main sur 20 pistolets artisanaux, 63 machettes, 208 couteaux, 6 bâtons de défense, 7 marteaux, 1 ceinturon, 12 gourdins et barres de fer, 8 paires de ciseaux, 5 tournevis, 6 lance-pierres, des chaînes de moto et des tissus non cousus des Famas, notamment de la Garde nationale. Scandaleux !  Et dire que ce n’est pas la première fois que des fusillades éclatent dans l’enceinte d’une faculté malienne. Les armes à feu dégainent de façon permanente avec blessés graves et mort d’hommes.

La gravité des faits était telle que le secrétaire général du Bureau de coordination de l’AEEM est monté au créneau pour dégager toute responsabilité de son association dans ces violences qui sont presque devenues des pratiques courantes dans l’espace scolaire et universitaire. « On est dans une enceinte qui est censée donner le savoir, mais ce qu’on observe, c’est de la violence, une violence de tous les jours… Il y a eu beaucoup de tirs et les balles perdues pouvaient à tout moment faucher un innocent, qui pouvait être un étudiant ou un enseignant. On a eu un mort. Vous imaginez, un mort dans une enceinte universitaire ? », a confié Ousmane Wane, professeur de géologie à la Faculté des Sciences et Techniques (Fast) sur une radio étrangère.

La chienlit s’est installée dans l’espace scolaire et universitaire au vu et au su des responsables de la République depuis plusieurs années. Ce n’est ni plus ni moins que de la forfaiture. Il est inadmissible, dans une République, que les autorités soient incapables de mettre de l’ordre dans un espace scolaire et universitaire. Au nom de quoi peut-on laisser les enfants, surtout ceux de l’université, basculer dans la violence au point de se tirer dessus ? Pourquoi tant de violence pour le contrôle des comités d’une association dont l’utilité reste encore à démontrer ?

Ces comportements odieux des enfants, au-delà des autorités gouvernementales, interpellent les parents. Car les auteurs de cette barbarie ne sont pas tombés du ciel. Il est temps que nous nous posions de vraies questions, sans démagogie. Comment nos enfants, jadis des biens communs à toute la communauté, ont pu nous échapper jusqu’à devenir des dangers pour eux-mêmes ? Qu’avons-nous fait pour transmettre l’éducation reçue de nos propres parents et aînés ?

Avec de tels comportements, il y a de quoi désespérer de la jeunesse malienne. Dans une tribune intitulée « Le Mali doit redécouvrir la décision démocratique », un collectif de chercheurs et d’acteurs du développement pointait du doigt cette jeunesse malienne « sans formation ni perspective politique ». Les auteurs et autres instigateurs des actes ignobles ne sont pas dignes de Feu Cabral. Ces jeunes-là portent la honte de la République. Ils ne sont pas dignes de faire partie de cette jeunesse africaine consciente, que l’on rencontre au Burkina Faso ou au Sénégal.

Par Chiaka Doumbia

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Tels Professeurs, tels étudiants ! Pour ceux qui savent que LE ROI BOUFFON DE SÉGOU est un Professeur Émérite, il n’y a rien de surprenant de voir que nos universités sont devenues des industries de production d’idiot. Je dis même tout ça n’est rien car le pire est à venir. 💡

  2. On ne récolte que ce qu’on a semé. C’est Oumar Mariko qui a instauré la violence comme tradition dans notre université n’est-ce pas. Aujourd’hui les autres ne font que suivre le chemin qu’il a tracé. Mais comme toujours c’est le régime qui est responsable. Vous n’avez rien vu d’abord. Vous applaudissez aujourd’hui des drogués qui insultent les gens parce que vous avez le même combat. Après 2023 cela deviendra une bombe et on accusera le régime de ce moment.

  3. VRAI IL NE FAUT PAS DISSOUDRE OU INTERDIRE L’AEEM. AU CONTRAIRE IL FAUT LES LAISSER SENTRETUER. ILS SONT TROP NOMBREUX. COMMENT LES NOURRIR TOUS. C’EST COMME UNE FORME DE SÉLECTION NATURELLE

  4. 1- Le 1er, qui a tjrs attiré l´attention des Maliens sur le gangstérisme dans nos facultés en faisant savoir qu´il y avait plus de “bessé” que de livres dans les bibliothèques, fut M Ra Bath…

    2- Malheureusement vous spécialement M LE ROI BITON DE SEGOU et vos compères l´ont tjrs traité de “WHITE SHIT” pour des raisons que vous connaissez bien…

    3- Vous savez M LE ROI BITON DE SEGOU, cette anarchie, dont vous parlez dans les facultés est à mettre en parallèle et au même niveau avec cet autre gangstérisme étatique bien huilée avec l´arrivée de M ATT… Un non-évènement, comparé à ce qui se passe, même de manière bénine, à Yélimané, Niawuléni, Boni, mais qui en revanche camoufle l´impéritie criarde d´une classe politique fade, moribonde en phase terminale…

  5. C’est l’anarchie que je constate ici.!!!!!!!!!!! Tous les jeunes implique’s doivent etre exclus de l’universite’, inscrits dans les FAMAs et envoye’s au nord pour servir notre faso. Que nos guerriers des faculte’s de Bamako aillent demontrer aux djihadistes ce don’t ils sont capables!!!!
    President IBK, votre sagesse d’eviter la confrontation est vue dans certains milieux comme etant une faiblesse et une peur de votre part! IT IS TIME FOR YOU TO STAND YOUR GROUND! Une republique qui se respecte comme notre faso, doit avoir des lignes rouges que personne ne doit depasser.
    L’ANARCHIE N’EST PAS ACCEPTABLE DANS LES FACULTE’S MALIENNES!!

    • NON NON, ce sont ces sortes de pagailleurs qui ont fui le nord ( le vrai ennemi) pour revenir s’entretuer auprès des femmes !

      Notre fasso n’a pas besoin de dirigeants pusillanime comme IBK!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here