Conflit IBK-Tiébilé : IBK, peut-il relever ce « petit défi » là ?

57
Son Excellence Ibrahim Boubacar Keita et Tiebilé Dramé (D-G)
Son Excellence Ibrahim Boubacar Keita et Tiebilé Dramé (D-G) (photo à titre illustratif)

Contexte du texte

Note particulière : L’impression de notre numéro était terminée quand a commencé l’expression de la violence meurtrière détruisant une vingtaine de vies humaines à Bamako, ce vendredi 20 novembre 2015. Opposée à toute forme de violence, la Rédaction du journal Option adresse ses sympathies à toutes les victimes de cette agression virulente.

 

Quelles coïncidences terribles ! Autour d’un même homme, entre la première polémique politique et la deuxième qui défraie maintenant l’actualité, il s’est écoulé exactement 8 ans et 8 mois. Ces 2 controverses politiques similaires ont un dénominateur commun : Le refus catégorique de la contradiction. Même moyen d’action : Insulter et menacer publiquement une personnalité politique. Certes les mots utilisés sont différents mais les torts causés sont les mêmes.

 

Le mois de mars 2007 a marqué l’accentuation des attaques et intimidations verbales par l’ancien Président de la République, Amadou Toumani Touré, ATT, son Porte parole du gouvernement et certains journaux maliens, contre Ibrahim Boubacar Keita, IBK qui était dans une certaine « Opposition », car des cadres d’autres partis dont le RPM ont dirigé le pays avec ATT. Pas nécessaire ici de citer les noms du Porte-parole et des journalistes mais certains de leurs propos seront signalés.

 

8 ans et 8 mois après, de mars 2007 à octobre 2015, l’histoire de la répression politique se répète intensément. Depuis la fin d’octobre 2015 à ce mois de novembre de la même année, le même IBK, devenu Président de la République, il y a 2 ans et 2 mois, son porte-parole du gouvernement actuel et certains de nos confrères journalistes, ont aggravé leurs violences et menaces verbales à l’endroit de l’Opposant Tiébilé Dramé, Président du parti PARENA. Depuis lors, hommes politiques et citoyens n’ont pas tardé à tirer indécemment, eux aussi, leurs balles verbales.

Venons-en aux faits en commençant par un résumé de la controverse du mois de mars 2007. A l’époque, votre journal Option n’était pas créé. Mais, par nécessité de dénoncer la pratique dégradante d’ATT contre ses adversaires politiques, j’ai rédigé un article intitulé « Continuer à insulter IBK, c’est rabaisser la civilité malienne » qui a été publié dans des journaux maliens. Ces quelques extraits de mon article vous replongeront dans la tension de l’atmosphère politique de la précampagne qui régnait en mars 2007 :

Devoir de mémoire

« En ce vendredi matin, 02 mars 2007…monsieur Jean Charest, Chef du Parti Libéral du Québec, premier ministre sortant réagissait en ces termes : «…Ces commentaires sont inacceptables…c’est l’occasion de faire le point et de dire que nous voulons faire campagne sur les idées et sur le fond et non pas sur les questions qui relèvent de la vie privée des personnes». « Le plus haut dirigeant du Québec intervenait ainsi suite aux nombreux commentaires soulevés par le propos d’un animateur de radio. Celui-ci déclarait que les gens ne voteraient pas pour des « tapettes » dont André Boisclair, le chef du Parti Québécois (opposition officielle) candidat à la députation qui a déclaré son homosexualité bien avant la campagne électorale. »

 

« …Pour avoir des nouvelles du Mali…Une fois de plus, je vois sur internet un des articles pleins d’insanités…qui font honte à la civilité légendaire du Mali : « …Ibrahim Boubacar  Keita  alias IBK continue de boire de l’alcool…dans les missions à l’étranger, il titube dans les réceptions sous le coup de l’ivresse…»

« Comme l’a fait l’homme fort du Québec, c’est le président ATT qui doit intervenir pour mettre fin à de telles campagnes de désinformation, d’intoxication, d’injures  et de diffamations contre les personnalités du pays. » « Oui, c’est le président ATT  qui insinue et encourage de telles pratiques anti-démocratiques. Par concision, je ne soulignerai que deux preuves justifiant mon affirmation »:

« Au moment où IBK a désapprouvé publiquement l’Accord d’Alger signé le 4 juillet 2006 entre le gouvernement et les rebelles de Kidal, le ministre, porte parole du gouvernement, a ainsi répliqué « …Il y a des gens qui prônent la guerre parce qu’ils ont leurs familles à l’étranger. Mais ATT, lui, a sa famille à Bamako…»…ce n’est pas la famille de IBK qui est à l’étranger mais plutôt deux de ses enfants étudiants…le très dévoué ministre doit savoir que les deux filles de son employeur président ATT ont étudié ici au Canada ». « …Au tour du président ATT, allergique aux critiques, d’abonder dans le même sens que son ministre sur un ton menaçant. C’était le mardi 10 octobre 2006, lors d’une cérémonie à l’École nationale de police, que ATT lança en bamanan : « Ceux qui se lèvent, parlent mal du président et des siens, il faut qu’ils arrêtent sinon nous allons les y obliger, d’une manière ou d’une autre ».

« Je viens de fouiller dans mes archives de journaux maliens que j’ai constituées de juin 1990 à maintenant (mars 2007). Je n’y ai pas trouvé un seul mot d’IBK attaquant la vie privée d’une personnalité malienne. Je crois qu’il n’a jamais prononcé de mot immoral. Peut-être que je me trompe. Dans ce cas, si quelqu’un a connaissance d’une intrusion verbale de IBK dans le domaine privé d’une des personnalités, qu’on le porte à ma connaissance et à celles de tous les lecteurs et auditeurs. »

« Si le président de la République avait réprouvé les attaques malicieuses touchant la vie privée d’autrui faites par son ministre et des journaux, nos valeurs socio-culturelles seraient préservées de toute dégradation contagieuse. Ainsi, la forte tension électoraliste baisserait. »

« …culturellement le citoyen malien répugne la provocation futile.

S’évertuer à  vilipender des personnalités publiques, c’est prouver que son âge mental est à l’état de l’enfantillage.

ATT pourra fermement les rappeler à l’ordre s’ils ne sont pas vraiment à ses ordres.»

 

Violence et incidences de balles verbales d’IBK

Dans des débats d’idées, quand une personne est en manque d’arguments convaincants, elle utilise l’argument de la force pour violenter la force de l’argument. Tel fut le cas de Notre très bon pilote président IBK plébiscité mais perturbé par sa famille d’abord et ses « amis » à bord qui, dès son atterrissage à l’aéroport de Bamako-Sénou, le dimanche 25 octobre 2015, en provenance de Paris, a tiré hargneusement ses balles verbales sur sa cible bien choisie, Tiébilé Dramé en ces termes : « Tiébilé Dramé personnellement s’est déplacé en France pour publier des tracts. Dites à ce petit monsieur qu’il est temps d’arrêter. Je suis le commandant du bateau Mali et je tiens  la barre  fermement ». La veille, le samedi 24 octobre, lors de sa rencontre à Paris avec les maliens de France, le tonitruant président des maliens, a insulté tous ceux qui critiquent sa politique de gestion du Mali : « ni tè politiki yé, malobaliya do ». « Ce n’est plus de la politique, c’est de la pure insolence ». Constatant que ces tirs maladroits et malencontreux n’ont pu anéantir son ennemi circonstanciel, Tiébilé Dramé, président du parti, PARENA, qui a réagi par un démenti catégorique et méthodique, notre très bon pilote président plébiscité mais perturbé…, passa par son gouvernement pour réitérer la même forme de menace lue dans un communiqué incongru à la télévision nationale par son porte-parole, Choguel K. Maiga. En un troisième temps, notre très grand président toujours perturbé, colosse roi du Mali ou plutôt du Mandé, lança « ses » journalistes sur la piste du bal des injures et menaces fortuites contre tous les opposants à sa volonté. Dans leur élan d’auto-défense, des responsables et membres des partis de l’Opposition, regroupés autour du chef officiel des opposants, Soumaila Cissé, ont dénoncé rigoureusement les agressions et menaces verbales et écrites du président et du gouvernement. Des maliens de France, initiateurs et faiseurs de tracts ont, certes, vite décliné leurs identités dans une lettre ouverte, mais la situation reste encore tendue entre les 2 camps. Telles sont les réalités de la genèse et l’évolution de la grande controverse qui soulève tant de divergences de vues démocratiques au Mali. Les citoyens qui désapprouvent ces propos du président IBK sont largement plus nombreux que ceux qui l’approuvent. Selon Souleymane Koné : « En tout état de cause la France nous a honorés. Mais le président du Mali lui-même a gâché la fête. Il nous a rabaissés devant l’opinion française en se livrant à l’invective, la menace et l’injure contre ses adversaires politiques en territoire français. Il a montré à la face du monde son intolérance… Jamais dans l’histoire de notre pays, un président n’a autant personnalisé le débat politique avilissant le statut présidentiel en évoluant sur des registres culturels négatifs. Tout opposant est contre le Mali, toute opinion contraire à la sienne est contre lui et le Mali».

Le sage, Ali Nouhoum Diallo, ancien président de l’Assemblée nationale du Mali, a été catégorique : « Encore une fois, ce malencontreux Communiqué gouvernemental du 27 octobre 2015 vise – t – il à empêcher tout regard autre que celui de l’Exécutif, toute lecture autre que celle des décideurs du moment sur la situation politique malienne, africaine et internationale ? Il est nécessaire, voire vital, de rappeler aux camarades, membres du Gouvernement de la République du Mali, qu’ils ne sont pas les ministres de sa Majesté le Roi Soleil. »

L’une des plus récentes interventions sur ce sujet qui soulève l’épineuse question du droit à la démocratie, est celle, pertinente, de l’honorable Yaya Sangaré, député de l’ADEMA : « Je réagis aujourd’hui pour l’histoire ; pour marquer ma désapprobation face à une telle dérive verbale attentatoire à la liberté d’expression et d’opinion ; pour marquer ma surprise face à la banalisation de la fonction de président de la République et enfin pour sortir du cercle du silence coupable du recul de la démocratie au Mali.

Au fait, qu’a fait l’honorable Tiébilé Dramé pour mériter une telle colère du président de la République, SEM Ibrahim Boubacar Kéita, à son retour de sa visite d’Etat en France ? »

 

Conclusion et proposition analytiques

Tiébilé Dramé, président du Paréna

Auteur de l’article précité, rédigé en mars 2007, je ne saurai, en toute honnêteté intellectuelle, me taire face à une telle glissade verbale de notre très bon pilote président plébiscité mais perturbé par la famille d’abord et les « amis » à bord qui, sous le coup de la nervosité, a prononcé des insultes et proféré des menaces de Paris à Bamako. Était-il nécessaire de publiquement qualifier Tiébilé Dramé de « petit monsieur » dont le sens en langue bambara est affligeant : « Mogo ni » ? Non! J’en ai honte. Cela est un total manque de courtoisie de la part de celui qui est président de la république, donc président de tous les maliennes et maliens sans aucune exception.  Tiébilé Dramé(Président du PARENA), tout comme, Boniface Diarra(Vivant à Montréal), Abdoul Karim Camara dit Cabral(assassiné il y a 35 ans) et d’autres…est un symbole de la lutte juvénile contre la dictature au Mali.

Un bon président d’une association, d’une organisation et surtout d’une nation, doit se mettre au-dessus de la mêlée pour mieux démêler des choses mêlées par ses proches collaborateurs chargés d’appliquer sa politique de gestion de la nation. C’est dommage que notre IBK national se soit encore comporté en dictateur, c’est-à-dire oppresseur de tous ceux qui ne pensent pas comme lui et osent le critiquer.

Ce fut une désagréable surprise de constater, suite à son matraquage verbal inopportun, qu’aucun proche collaborateur, familial, amical, surtout le premier ministre malien Modibo Keita, n’ait pu lui dire de renoncer à ce communiqué gouvernemental digne du temps d’Adolf Hitler(1889-1945). Nous sommes en 2015.

J’ai été très mal à l’aise en lisant certains de mes confrères journalistes qui, malgré leurs bonnes qualités professionnelles, encouragent le président de la république à persévérer dans l’erreur et tirent sur tous ceux qui n’embouchent pas la trompette du Pouvoir. Certains défenseurs, porteurs d’armes ou plutôt de plumes, ont pourtant été des pourfendeurs de ce même IBK entre 1992 et 2012. Les archives existent encore.

Petit rappel : Un jour, très fâché contre un de vos journalistes défenseurs d’aujourd’hui, vous(IBK) avez interpellé ce monsieur qui vous dénigrait en lui demandant de ne pas transformer vos dires, même si vous lui accordez le droit de vous détester. Nous avons ce document écrit publié dans la presse.

Pour mettre fin à ces tirs de balles verbales venimeuses, venant de tous les côtés, Notre très bon pilote président IBK plébiscité mais perturbé par sa famille d’abord et ses « amis » à bord, peut faire modestement son mea culpa(reconnaitre sa faute) en rencontrant au moins, Tiébilé Dramé et Soumaila Cissé. Ainsi, en parvenant à mettre fin aux sifflements dérangeants et incontrôlables de ce bal des balles verbales, IBK sera le premier bénéficiaire et les maliens en seront honorés.

La réconciliation et la reconstruction nationales sont parmi les grands défis des maliens. Celles-ci passent par l’arrêt de la guéguerre sociopolitique considérée comme un « petit défi », selon certains, qui a été érigé par la menace et l’injure sur le « petit monsieur ». Le grand, le plus grand monsieur, est celui qui parviendra à lutter contre lui-même pour avoir l’humilité de reconnaitre son tort et se faire pardonner par la personne offensée à tort.

IBK, peut-il relever ce « petit défi » là ?

J’ose croire qu’IBK pourra relever ce « petit défi ». Car, lui qui a participé pompeusement à la grande Marche internationale de Paris du 11 janvier 2015 sur le boulevard Voltaire en disant fièrement « Je suis Charlie » pour renforcer la liberté d’expression et d’opinion, pourra-t-il laisser ces libertés élémentaires stagnées dans le couloir de l’Obstruction au Mali ?

Ce prestigieux boulevard parisien porte le nom de ce grand écrivain, Voltaire qui a écrit : « Les calomniateurs sont comme le feu qui noircit le bois vert, ne pouvant le brûler. » (Le Sottisier, paru post-mortem en 1883)

Lacine Diawara depuis Montréal.

PARTAGER

57 COMMENTAIRES

  1. Mr. le journaliste laisse le pays en paix, les maliens ne sont pas encore ouvert aux critiques.

  2. Mr. le journaliste s’il vous plait n’appuyez pas sur la plais, ce moment n’est pas un moment de délirer.
    Le pays ne vas pas bien, et évitons de poussé les maliens envers des discutions inutile…

  3. Nous devons du respect et de la considération à notre président, IBK est le président de tous les maliens. IBK cherche le bien de toute la nation alors c’est une cause suffisante pour le soutenir.
    Vive IBK
    Vive le Mali.

  4. Ibk doit être soutenu, il a besoin du soutien de tous les maliens.
    Malheureusement que nos parties politique mettent les intérêts en avant des essentielles.

  5. Ce journaliste est un journaliste provocateur, tu ne mérite pas l’intention des maliens…

  6. IBK est le président de tous les maliens, de tous les parties politique, de toutes les religions confondu, de toutes race, ethnie de l’opposition ainsi que de la majorité présidentielle.
    Nous devons soutenir IBK pas pour sa personne, mais pour l’intérêt d’assister le pays prendre de l’avent.

  7. Soutenir le président IBK est une façon de soutenir le développement de ce pays, non seulement la majorité, toute les parties du Mali doivent apporter le président de la république.
    IBK l’a dit lors de sa visite dans la 3em région de Sikasso il dit ceci : “je suis le président de tous les maliens de la majorité ainsi que de l’opposition et nous devons ensemble participer dans le développement du pays”.
    Le soutien du président IBK est un intérêt général et il est du devoir de tous les fils du pays de le soutenir.
    Mr. le journaliste nous ne sommes pas à l’air ATT ou autre, soutenons IBK au lier de le critiquer.

  8. Nous devons nous rassemblée contre ses journalistes qui ne font que critiquer notre autorité.
    Il est du devoir de chaque malien d’apporter sa contribution, de participer au minimum dans les différentes actualités parlant sur ce pays. Et quand les maliens font cela, ce journaliste bette se met en tête que c’est de la part de Koulouba, n’importe quoi…

  9. Mahamadou Cissé, que tout Paris connaît, président de la section Parena de France, secrétaire adjoint aux relations extérieures du Comité Directeur du parti du « Petit monsieur », écrit :
    « Merci pour les félicitations,
    Vos propos créent une certaine ambiguïté dans l’appréciation.
    Est-ce à dire que la lutte des Maliens de France est inutile ?
    Pourquoi devons-nous venir à Bamako faire ce que ceux qui vivent là-bas devraient faire ?
    Chacun fait ce qu’il peut, là où il vit.
    Mobilisons les citoyens chacun là où nous vivons.
    Ce ne sont pas les Maliens de France qui ont décoré IBK, cependant il appréhende leur manifestation de protestation médiatisée ; car son nombril est au bord de la seine. C’est connu.
    Il se trouve aussi que, l’opinion mondiale est plus accessible à Paris qu’à Bamako. Et celle-ci est plus prompte à influencer le comportement de nos dirigeants, et même les Maliens tout court. C’est aussi connu !
    On compte sur vous pour que le jour de son retour avec sa médaille de France, vous fassiez savoir ce que vous en pensez ! Les Burkinabés ont capitalisé toutes les luttes de partout ! »

    Tiebile n’a jamais aimer le président IBK et selon lui, quand il bafoue sa visite de Paris qu’il le fait à la personne du président IBK, sans oublier que la personne du président IBK représente le Mali en personne…

  10. Mr. le journaliste je ne peux pas comprendre comment vous pouviez prendre la décision de toute une nation comme étant un ordre dans un pays aussi démocrate que le Mali.
    Les maliens sont lourdement motivé derrière IBK et cela a été confirmé depuis leurs massive sortis de 2013 pour soutenir cet homme. Tu penses que quoi Mr. le journalcon, qu’après avoir choisie ce président massivement ses maliens ne vont pas le suivre, que ses maliens ne vont pas le soutenir que ses maliens ne continuerons pas de prendre sa défense ?
    Tu te trompes en croyant cela, nous continuerons à suivre et à soutenir le président quel qu’en soit le résultat, t’en pis pour toi si tu croix que c’est koulouba qui engage des personnes pour cela, mais je veux te rappeler que ce sont des insultes qui sont bien pour les journalistes traître…

  11. C’est à la mode, les journalistes qui n’ont aucun sens du patriotisme, ceux qui aiment se démarquer des autres par leur maboulisme. Comment comprendre qu’au moment où, des nombreuses familles, les veuves et les orphelins pleurent les leurs. Les rigolos journalistes de la place nous sortent les articles qui parlent des défis bêtes, des souvenir ridicule qui n’apportent rien au débat politique.
    C’est vraiment pathétique.
    Voici le lien : https://soundcloud.com/mikado-fm/interview-avec-mamadou-djery-maiga-sur-la-mise-en-oeuvre-de-l-accord-de-paix-au-mali

    Le vice-président de la Coordination des Mouvements de l’Azawad, Mamadou Djéry Maiga assure en interview à MIKADO FM que l’Accord de paix est une chance inespérée de sortie de crise pour le Mali.

    Il estime que sa mise en œuvre est l’affaire de tous, surtout des populations qui doivent avoir leur mot à dire dans le choix de leurs autorités locales.

    Le vice-président de la CMA cite notamment les gouverneurs, les préfets et les présidents des conseils de cercle.

    Mamadou Djéri Maiga estime qu’il faut aller vite dans la mise en œuvre de l’Accord.

    il était au micro de Seydou TRAORE 8) 8) 8) 8) 8) 8)

    Avant d’écrire, prenez la peine de vous renseigner, les maliens suivent l’actualité comme vous. Journaliste de pacotille. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  12. Vous savez autant bien que moi que Tièbilé ne fait que de la farce, qu’il s’efforce de chercher des détails inutiles, à faire des accusations inlassablement même sur des affaires connues de tous pour leurs clartés !!! Soumaïla cissé, quand à lui, ne dispose plus d’arguments nécessaires pour tenir tête face aux exploits du régime actuel !!! Mais le plus touchant dans cette affaire est que le président de la république et son gouvernement ne prêtent aucune attention à ces détracteurs du pays et continuent de faire leur travail !!!

  13. IBK est celui dont le MALI avait besoin pour se relancer économiquement, sur la scène internationale, pour entamer un procédure de développement durable, pour permettre au MALI de préserver son intégrité territoriale et de faire régner la paix et la sécurité dans notre pays !!! Et il est en train d’accomplir ces différentes tâches à merveille !!! Alors que Tièbilé se taise une bonne fois pour toutes !!!

  14. Je me demande comment est-ce qu’on peut en vouloir jusqu’à ce point à quelqu’un qui fait tout ce travail pour le MALI et les maliens, quelqu’un qui se donne corps et âme pour le développement de notre pays ? A ce que je vois c’est de la pure méchanceté !!!

  15. Heureusement que les maliens ne prêtent pas trop attention aux conneries de ce #Petit Monsieur, sinon ce jour allait trouver que ce pays brûle !!! Il ne veut absolument pas du bien de ce pays, à plus forte raison celui qui le dirige, voilà ce qui le motive !!!

  16. Je sais quand même que, même si tous les maliens meurt à part Tièbilé, il ne sera jamais le président de la république du MALI car c’est un bouffon tout fait !!! DIEU même ne veut pas qu’il soit président, le seul pays où il peut être président c’est le ” Parena ” parce que c’est un pays rempli de moutons comme lui !!!

  17. Je me demande comment Tièbilé peut parler de corruption dans ce pays de la part de qui que ce soit, ce qu’il a fait lui, jamais personne d’autre ne peut faire cela encore !!! Alpha t’a créé un Ministère spécial qui n’avait existé avant et qui s’est limité à cela, pour que tu vole seulement, ATT t’a confié l’organisation du sommet France-Afrique dans le même but, tu veux nous dire quoi encore ? Ba..tard !!!

  18. Comment juste s’indigner des actes perpétrés par les terroristes alors que les maliens eux même ne sont pas sérieux. Pendant que les africains du monde entier pleurent pour le MALI, les maliens entre eux continuent de singer. C’est vraiment ridicule. Ce n’est pas la peine.

  19. Cet article vient une fois montrer aux maliens que les journalistes de notre pays sont les premiers rebelle de la Nation.
    Ils n’ont de considération pour personne, même pas pour les compatriotes qui ont été lâchement tués par des barbares. La moindre de chose est de respecter les 3 jours de deuils, voire même les 10 jours d’Etat d’urgence. Les débats politiques ne finissent jamais. On vit dans quel pays qui ne sait pas faire la part des choses ?? .

  20. Ce n’est pas la première fois que Tièbilé veut porter préjudice à l’image du président de la république, juste parce qu’il ne lui a pas donné l’occasion de voler les pauvres contribuables de ce pays comme il l’a fait sous Alpha et sous ATT !!!

  21. Maliens va me nous tuer. On parle de recueillement, le Mali n’a même pas encore fini de pleurer ses mort et voici que les journaleux nous ressortent les faussent histoires. C’est de la distraction, nous devons apprendre à nous responsabiliser. Le journaliste est aussi celui qui propose une attitude à la société. Les morts ne sont plus, quelle mesure devrons-nous prendre pour que cela n’arrive plus jamais ?

  22. C’est quoi cet article ???????????????????????? ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓

    Jusqu’à quand allez-vous continuer d’opposer des personnes qui n’ont pas le même niveau politique ?
    Il faut comparer TIEBILE et Modibo Sididé. L’un est un petit monsieur et l’autre est un pédé. Leurs scores aux dernières élections sont voisins.

    Mais TIEBILE ET IBK, c’est une distraction. 😯 😯 😯 😯

  23. Depuis que Tièbilé n’a pas eu de place au sein de l’administration dirigeante de ce pays, lui et aucun membre de son foutu parti d’ailleurs, il ne veut que porter la poisse au président de la république comme si c’était de sa faute. Alors que c’est lui-même qui s’est donné une mauvaise image dans ce pays avec ces actes de vol et de corruption !!!

  24. IBK ne s’est jamais attaqué à l’opposition, on raconte tout sur lui et on diffame sur lui chaque jour, mais sa conviction et sa compréhension de la démocratie ne lui permettent pas de restreindre ces droit de liberté d’expressions des maliens. IBK respecte beaucoup la forme démocratique de ce pays sinon beaucoup d’entre vous allait chercher à faire d’autres boulots.

  25. IBK est le plus démocrate de tous les politiciens maliens, parce que c’est sous son mandat que l’opposition a eu une loi pour appuyer leurs droits et améliorer leurs conditions de travail. Il faut nous laisser respirer un peu avec vos critiques stériles.

  26. TIEBILE a débordé raison pour laquelle, il a été recadré. Sinon il a tout dit et il a fait des fausses accusations contre le gouvernement, mais IBK n’a jamais dit un mot et aucun membre du gouvernement ne l’a une fois répondu mal. Trop c’est trop !!!

  27. L’excès de toutes choses est nuisible. TIEBILE a trop dépassé les bornes. Nous savons tous que l’opposition a le plein droit de reprocher au gouvernement et de dénoncer les mauvais comportement du gouvernement. Mais aller au-delà des critiques jusqu’à pratiquer des tracts pour saboter les actions gouvernementales soit l’intérêt national est autre chose.

  28. Tout gouvernement a forcément besoin de l’opposition, si réellement cette opposition a la bonne volonté que le pays avance sans rancune politique contre le régime en place.

  29. Je vois que pour faire “politiquement correct”, Mr Diawara se permet d’essayer de “SALIR” le president ATT dans cette histoire en lui attribuant la paternite’ de propos qu’auraient profere’ d’autres pendant ses mandats. C’est vraiment deplorable pour un journaliste en manque de preuves contre quelqu’un s’adonne a de telles bassesses 🙁 . Ce que tu dis de IBK et de ses propos, est-ce que quelqu’un d’autres les a dits a sa place? C’est pas lui-meme? Pourquoi tenter de faire un tel parallele qui consiste a compter les pommes avec les oranges?

    Quelle honte!!!

  30. Une opposition d’opportunité, IBK a bien fait et il a raison. Il ne s’est jamais opposé aux critiques de l’opposition mais TIEBILE a dépassé ses limites et il risque de créer un grand problème à notre pays.

  31. Il y’a liberté d’expression et il y’a savoir parler. L’opposition ne veut pas dire de raconter tout ce qu’on veule. TIEBILE a été juste averti par le président de la république et il a encore répondu le président avec des mots irrespectueux. Même si le gouvernement ne doit pas répondre aux critiques de l’opposition, mais l’opposition aussi ne doit pas dépasser les bornes.

  32. Une loi a été adoptée pour faciliter et mettre en sécurité l’opposition. Je pense que cela est une preuve pour le respect et la sauvegarde de la démocratie malienne. Mais on n’apprécie jamais ce grand geste démocratique au nom de celui qui a été la cause de ce geste. Merci IBK vous êtes un nationaliste et un grand démocrate.

  33. Contrairement a bqs d’autres article de MW le titre est en deça du contenu . du bon boulot mr Diawara L’analyse est pertinente mais vs occultez le probleme de fond Le Boss est le PR il merite le respect !!! le match n’est pas entre IBk et les autres chef de partis politiques mais entre un PR et ses sujet , ils peuvent ne pas etre d’accord il y a des voies de recours pour ça mais delà a traiter le PR de tout les noms d’oiseaux ce n’est pas honoré la liberté d’expression

  34. Une opposition de merde et de polémique. Aucun d’entre eux de ces opposants n’a une fois eu le courage ou la conscience de faire un don aux famas, ni aux femmes veuves des famas, ni les réfugiés. Mais si je vois parler cette opposition au nom des maliens je vous le jure que cela me donne l’envie de pleurer.

  35. L’opposition doit avoir la conscience de l’ambition commune pour le pays avec le gouvernement. Ces critiques stériles ne vont rien nous servir, chacun doit mettre l’intérêt du pays au-dessus de tout et avant tout. Unissons-nous, c’est l’union qui fait la force. Le Mali d’abord !!!

  36. Tièbilé Dramé est un homme politique de la honte. Il était parti voir le président Ibrahim Boubacar Keïta en France pour dire qu’il est disponible pour aider et accompagner IBK. A notre grande surprise, il s’est donné à une campagne d’acharnement contre le régime d’IBK. 💡 💡 :mrgreen: :mrgreen:

  37. Les opposants maliens font semblant de vouloir travailler en faveur de leur pays. Alors qu’en réalité ils ne le veulent pas. Sinon Tièbilé Dramé avait dit qu’il est à la disposition du président de la république. Malheureusement on a vu le contraire. :mrgreen: :mrgreen: 😳 😳 😳

  38. Tièbilé est un opposant sans dignité et sans vergogne. Il fait la politique pour le simple plaisir et pour faire la politique. La politique est différente de l’impolitesse, “Molobaliya”. Mais c’est cette dernière que font nos hommes politiques. Surtout ceux de l’opposition de la honte. 👿 👿 💡 💡

  39. On ne doit pas faire confiance aux opposants maliens. Ils cherchent juste des places. Apparemment ils font comme s’ils sont prêts à sacrifier leur vie pour la cause de la nation. Une fois à une poste, ils cherchent à remplir d’abord leur poche. 💡 💡 😆 😆

  40. Il n’y a pas de vrais opposants au Mali. Ils sont tous des partisans la nuit et opposants le jour. C’est de n’importe quoi seulement. 💡 💡 😆 😆

  41. Quelques jours après la proclamation des résultats des élections présidentielles de 2013, les opposants maliens ont formé une délégation pour aller chez le président élu pour exprimer leur disponibilité pour gouverner les denier publics. A notre grande surprise, Tièbilé a déshonoré à cet engagement. 😥 😥 😛 😛

  42. Tièbilé Dramé est perdu de la circulation. Il est en train de se cacher après tout ce qu’il a fait à l’Etat à travers le président de la république, Ibrahim Boubacar Keïta. :mrgreen: :mrgreen: 😆 😆 😆 😆

  43. Tièbilé Dramé est un opposant la nuit et un partisan la journée. On s’en fou de lui aux côtés du chef de l’Etat. Il cherche à salir l’image de notre Etat. C’est un homme politique jaloux et malintentionné. 👿 👿 💡 💡

  44. Les politiciens maliens ont mal cerné la politique. Ils ont des caractères bestiaux. Ils ont le même objectif, ternir l’image du président de la république et son gouvernement tout entier. Et la seule personne qui n’arrive pas jusqu’à présent à accepter le fait qu’IBk soit le président de ce pays est Tièbilé Dramé. 👿 👿 💡 💡

  45. Tièbilé Dramé et Soumaïla Cissé avaient tous affirmé avoir été à la disposition du président de la république, Ibrahim Boubacar Keïta. Mais à notre grande surprise, la première personne qui s’est donnée aux critiques sans fondement a été Tièbilé Dramé. 😛 😛 👿 👿 👿

  46. Tous nos amis ne sont pas forcément nos amis et tous nos ennemis ne sont pas forcément nos ennemis. Donc il faut savoir cerné la réalité pour ne pas tomber dans le piège. Tièbilé est dans l’ombre un partisan et dans la lumière il est un opposant. Tout cela pour espérer à une poste politique un jour. 😛 😛 😀 😀

  47. L’opposition malienne n’est pas obligée de soutenir Ibrahim Boubacar Keita. Mais ce qui est sûr, le Mali n’aura pas un homme comme lui. D’ailleurs, il est celui qui a voulu instauré pour la première fois, la paix sur la scène politique malienne. Raison pour laquelle, sans hésiter il a tendu la main à ses frères de l’opposition. Malheureusement, ceux-ci ne se sont pas attardés à refuser sa proposition. Alors, qu’est-ce qu’ils peuvent bien enrouloir à IBK à présent, le mieux est qu’ils se taisent à jamais.

  48. Le président IBK n’a pas à demander pardon à Tièbilé Dramé encore moins à Soumaila Cissé. Ce tract de la visite d’Etat de Paris, fut bel et bien organisé par ces deux individus dans le but de nuire à l’image de notre pays détruisant ainsi cette confiance qui existe entre IBK et son peuple.

  49. Ce n’est pas aujourd’hui que Tièbilé Dramé a commencé à poser des actes pareils, s’il n’a pas le courage d’aller demander pardon au président de la République pour ce qu’il a fait. Ce n’est point à IBK de faire la même chose.

  50. La vérité est là sous les yeux et au su de nous tous. Nous ne sommes pas censés nié les efforts fournis par le président Ibrahim Boubacar Keita bien avant que Tièbilé organise le tract contre sa visite d’Etat à Paris.

  51. A mon avis, il n’y a aucun défi à relever, Tièbilé est aussi un petit frère au président de la République Ibrahim Boubacar Keita. En dehors, de la vie politique le chef de l’Etat a tout fait le droit de lui corriger en cas de défaillance.

  52. Vous avez tort de comparer ces deux cas, ils ne sont pas à comparer. Nous sommes témoin de ce que Tièbilé à travers ces complices voulaient poser comme acte. Sachant bien que ce n’est pas la personne d’IBK qui est menacé mais l’avenir du Mali tout entier. Malgré tout, Tièbilé était prêt à saboter la visite présidentielle à Paris.

  53. Si vous aviez idée de ce que Mr Dramé allait commettre, jamais vous ne serez là pour prendre sa défense. Des individus comme Tièbilé ne méritent pas de porter le nom malien.

  54. A mon avis le président Ibrahim Boubacar Keita n’a pas menacé Tièbilé Dramé. Il n’a fait que le mettre à sa place. De vous à moi, nous savons tous que Tièbilé a dépassé les bornes en posant cet acte, il s’agit du tract de la visite présidentielle.

  55. Comparaison n’est pas raison, cette accusation infligé sur le présent président de la République est différent de ce produit cette année avec l’opposant Tièbilé DRamé. Vous devez comprendre que ce dernier voulait nuire au bonheur du pays tel n’était pas le cas d’IBK à l’époque.

Comments are closed.