Conseil de la métropole du Grand Paris : Notre compatriote Djénéba Kéïta élue 3ème vice-présidente pour un mandat de 6 ans

11

Elle est aussi première conseillère métropolitaine du département de Seine-Saint Denis
Notre compatriote Djénéba Kéïta a désormais une nouvelle fonction. Elle a été élue 3ème Vice-présidente de la Métropole du Grand Paris. Du coup, elle devient la 1ère femme élue du département de Seine-Saint Denis. C’était à l’issue de l’élection du nouvel Exécutif de la Métropole du Grand Paris, tenue le lundi 20 juillet dernier, au Palais des Congrès de Paris. Djénéba Kéïta est également maire adjointe de Montreuil et Conseillère territoriale de la communauté d’agglomération Est Ensemble.
otre compatriote Djénéba Kéïta vient d’être élue première conseillère métropolitaine du département de Seine-Saint Denis depuis la création de la Métropole du Grand Paris. Maire Adjointe de Montreuil, Conseillère territoriale communauté d’Agglomération Est Ensemble, elle fait partie désormais des 20 Vice-présidents représentatifs de toutes les sensibilités politiques, qui constituent le nouvel Exécutif de la Métropole du Grand Paris où elle occupe le poste de 3ème Vice-présidente. En plus, elle est également membre de deux Commissions. Il s’agit de la Commission “Appels d’Offres” et la Commission de délégations de service public.
Djénéba Kéïta a été élue lors de l’élection du Conseil Métropolitain, tenu le lundi 20 juillet dernier, dans la salle Ternes du Palais des Congrès de Paris. L’événement était placé sous la présidence de l’ancien ministre et Maire de Rueil-Malmaison, Patrick Ollier (Président de la Métropole du Grand Paris) en présence des Conseillers de toute l’île de France.
“Ma volonté est de continuer à travailler et à avancer ensemble de façon constructive dans l’intérêt des 7,2 millions d’habitants, en dehors de tout clivage partisan. Je suis le gardien des engagements pris dans le cadre d’une gouvernance partagée efficace. Notre objectif commun est d’ouvrir le débat sur l’avenir d’une Métropole encore plus résiliente, solidaire, inventive, écologique et attractive” a déclaré Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris.
La nouvelle Conseillère place son mandat sous le signe de la solidarité, de l’écologie et surtout de l’emploi des jeunes et des femmes, notamment dans le secteur de l’industrie et de la logistique. “Je suis aujourd’hui honorée et je mesure aussi la responsabilité qui va avec car c’est un signe fort qui vient de me proposer cette délégation” nous a-t-elle confiée.
Notons que le Conseil est l’organe délibérant de la Métropole du Grand Paris. Il règle par ses décisions les affaires de la Métropole dont les compétences ont été définies par la Loi.
Le Conseil est composé de 208 Conseillers et Conseillères métropolitains désignés par les Conseils municipaux des 131 Communes membres, selon les dispositions de l’article L. 5211-661 du CGCT. Au minimum un représentant par commune est désigné.
Rappelons que la Métropole du Grand Paris est un Etablissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre qui bénéficie d’un statut particulier. Ainsi, le schéma financier de la Métropole du Grand Paris comprend l’attribution de compensation métropolitaine (AC) que verse la Métropole à ses communes membres et la contribution des communes au Fonds de compensation des charges transférées de leur établissement public territorial pour permettre à celui-ci de retrouver les ressources dont disposaient les intercommunalités préexistantes et de faire face au financement des nouvelles compétences mutualisées. Sans oublier la dotation d’équilibre qui vise, par son mode de calcul, à garantir à la Métropole et aux territoires le niveau de leurs ressources.
Le budget pour l’exercice 2020 de la Métropole du Grand Paris est fortement marqué par la crise liée à la pandémie de la Covid19 et la volonté de soutenir les acteurs locaux. Ce budget fixe plusieurs objectifs. Il s’agit de soutenir la relance économique via un plan de relance, garantir le versement des attributions de compensation aux communes l’année prochaine malgré les incertitudes sur les recettes et assurer les marges de manœuvres à la MGP l’année prochaine par une gestion prudente afin de garantir la poursuite de ses actions. Il s’agira aussi d’être solidaire envers les communes durablement impactées par la crise sanitaire.
Pour ce faire, un accompagnement exceptionnel des communes à hauteur de 15 millions d’euros est prévu par la Métropole du Grand Paris. Cela par le biais d’une dotation de solidarité communautaire au bénéfice de ses communes. Cette dotation qui illustre la solidarité métropolitaine a vocation à aider prioritairement les communes les plus fragiles.
Un budget de 8,2 millions d’euros est aussi prévu en faveur de l’attractivité métropolitaine, l’innovation numérique, la logistique raisonnée, la promotion de l’économie circulaire et des actions culturelles.
El Hadj A.B. HAIDARA

Commentaires via Facebook :

11 COMMENTAIRES

  1. Cela montre que les Français ne sont pas comme nous. Nous les insultons jours et nuits pour des problèmes que nous avons créés nous-mêmes. Tout le monde veut vivre dans le luxe sans travailler. Le vol est devenu un haut fait et chanté par les griots pendant que les travailleurs sont méprisés et haïs. Le signe de l’ignorance se voit partout, car on voit que tout le monde est expert dans tout: C’est le signe de l’ignorance, parce que l’ignorant doit ignorer jusqu’à ignorer qu’il ignore. On est devenu intolérant et on en veut à tout le monde.

    • Tu as raison car Boua le ventru IBK a institutionalise la SURFACTURATION, le marche de GRE-A-GRE, le vol des ELECTIONS, l’IMPUNITE et par dessus tout, Boua le ventru IBK a detruit l’ECOLE Malienne. Triste realite du Mali!

      • Ce que j’ai décrit plus haut prédate la présidence de Boua. Il a commencé depuis le 19 novembre 1968 et depuis, a continué à être entretenu par les différents régimes. Individuellement, nous avons vu seulement deux personnes qui ont réfusé de s’y conformer ou à en profiter. Il s’agit Soumana SACKO et Malick COULIBALY. Tout le reste qui crie fera pire si on leur donne l’occasion, beaucoup ayant déjà été vus l’oeuvre (basse oeuvre)

  2. Je suis de l’avis de Lastrus …

    Arrentez de vous réjouir de la réussite des expatriés dans un système qui n’est pas africain …
    Ce sont les français qui ont fait cette femme, pas les maliens …

    Arrêtez de courir derrière les symboles, inutiles … comme le dit Lastus !

  3. Lastus notre frere Dia a raison car Boua le ventru IBK est Franco-malien, Aminata l’epouse nationale est Franco-Malienne, KK le premier fils national est Franco-malien, Bouba le second fils national est Franco-malien, le neuveu national Ben Barka est Franco-malien, le Secretaire Special Mahamadou Camara est Franco-malien et finallement Kamissa est Franco-malienne. Voici l’ancienne famille Presidentielle Franco-malienne du Mali et ses allies.

  4. Elle est Franco-Malienne.

    Alors c’est notre Sœur.

    Elle est notre compatriote.

    Elle a souci de nous Maliens, de nos problèmes et elle a souci du Mali et de la France.

    C’est bien comme ça.

    Vivement le Mali pour nous tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here