Lutte contre la corruption: L’Association Yeleen sur le pied de guerre

2

Mamadou Clément Dembélé, principal organisateur de la conférence avait à ses côtés plusieurs leaders d’opinion engagés dans la lutte contre la corruption, dont l’ancien ministre Me Mohamed Aly Bathily. Ils s’engagent tous pour lutter farouchement contre la corruption qui freine le développement de notre pays.

Le 26 mars 1991, après 23 ans de régime dictatorial, le peuple malien comptait sur un véritable changement. La première et ultime tâche qui convenait était de faire le nettoyage global “Kokajè” de toutes les structures socioéconomiques du Mali pour que rien ne soit plus comme auparavant. Ce qui n’a pas été le cas selon Pr. Mamadou Clément Dembélé, homme politique et chercheur.

Ces propos du Pr Mamadou Clément Dembélé interviennent à un moment critique de la vie de notre nation. “En mars 91, ils ont traité le régime de Moussa Traoré de tous les mauvais adjectifs : corrompu, de démagogie, de mensonge, d’insécurité, de division mais aujourd’hui nous assistons au même constat “a déclaré le chercheur Pr Mamadou Clément Dembélé.

“Après 1991, ceux-là même qui nous ont demandé le départ de Moussa Traoré, et qui nous ont dit que pendant 23 ans, ce régime nous a volés et qui nous ont fait croire que le Mali va changer, ce rêve a avorté et aujourd’hui il y a plus de corruption, de mensonge, de l’injustice que sous l’ère  du Général Moussa Traoré », selon Pr Clément Dembélé. Pour lutter contre cet état de fait, il propose de conscientiser la population dans le sens du civisme, la citoyenneté, c’est-à-dire informer, former, sensibiliser et mobiliser toutes les couches sociales contre ce fléau, donner l’indépendance totale à la justice, faire la déclaration des biens par tous les cadres nommés par un décret.  Accentuer les mesures de lutte contre les fraudes dans tous les examens et concours, systématiser les contrôles internes et externes de tous les services au Mali, introduire l’éducation civique et morale dans tous les campus universitaires, mettre en synergie  et en coordination les structures de contrôle (Vérificateur général, Office central de lutte contre l’enrichissement illicite) font aussi partie des thérapies proposées par Pr Clément Dembélé.

Seydou Diamoutené

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Mamadou NOMOKO 29 Avr 2019 at 20:04 ;

    ” … votre sujet est tellement intéressant , que je me demande si les dirigeants, cadres , fonctionnaires et populations connaissent vraiment la définition de corruption. Lutter contre ce fléau aujourd’hui au Mali est difficile pour ne pas dire impossible… ”

    :

    Mâdou…, je crois que les dirigeants, cadres et fonctionnaires savent ce qu’ils font. Ils savent si ce qu’ils font est normal ou pas. Car, c’est parce qu’ils sont censés avoir le sens du respect du bien public qu’on les a nommés aux postes à responsabilités qu’ils occupent. Quant aux populations et aux Citoyens lambda, je suis moins sûr. Dans un pays en grande majorité analphabète ou illettrée, surtout ceux et celles de la ville, sans métier ni qualification et sans emploi, nourrir sa famille est un combat de tous les jours. Eux ne savent pas réellement ce que signifie le mot corruption. Pour eux, c’est tout simplement de la débrouille pour se nourrir et subvenir aux besoins de leurs familles. Mais leurs Élites qui sont censés leurs montrer le bon exemple, ne pensent qu’à s’enrichir…, avec les deniers publics en plus.

    Vivement le Mali pour nous tous.

  2. M. le Pr Mamadou Clement DEMBELE , votre initiative est à saluer , mais attention ! Si la grande majorité des maliens préfèrent la corruption ? Qu’allons nous faire ? La corruption est plus accentuée au sommet de l’Etat qu’au niveau du bas peuple. Pour que cette lutte sans pitié contre la corruption réussisse , il faut mettre tous ceux qui travaillent actuellement à la retraite , en ce moment vous aurez une nouvelle race de maliens. Mais votre sujet est tellement intéressant , que je me demande si les dirigeants, cadres , fonctionnaires et populations connaissent vraiment la définition de corruption. Lutter contre ce fléau aujourd’hui au Mali est difficile pour ne pas dire impossible . Je ne sais pas vraiment ceux qui vont réellement vous accompagner dans cette lutte. Une mission très difficile mais pas impossible . Une remarque : sous la 1 ère république il y avait pratiquement pas de corruption, seul le patriotisme prevalait . Sous GMT , certes il y’a eu des velléités de certains dirigeants militaires et civils, mais l’honneur et la dignité du malien étaient épargnées . L’institutionnalisation de la corruption a commencée avec l’avenement de la démocratie au Mali, sous AOK comme sous ATT , le pays a connu la grande corruption à outrance . Ainsi des centaines de fonctionnaires sont devenus des milliardaires du fait de la corruption. Sous IBK, à commencer par le Président de la Republique , les ministres , les Chefs des institutions de la République , les PDG, les DG, les hauts fonctionnaires , les petits fonctionnaires et même le citoyen lambda, ne font pas de différence entre l’argent public et celui de leur propre poche. Ce système est plutôt assimilable au vol pure et simple du bien public . Alors comment allons nous lutter contre ce fléau .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here