Poursuites judiciaires contre 100 maires

2

La lutte contre la corruption n’est pas un vain mot au Mali. C’est ce qui justifie cet acte de la justice. Des poursuites judiciaires contre 100 maires des 703. Le motif est le même. Le foncier !

L’ex procureur Général, Daniel Tessougué, la nouvelle vient de lui. Comme pour dire égrener l’un des efforts accomplis pendant son règne à la Cour d’Appel. Il se préoccupait de ce phénomène qu’il a qualifié de ‘’Bombe’’.

Ce problème foncier, continue d’opposer le ministre Bathily, actuel ministre des Domaines et Affaires foncières à certains spécialistes en la matière. Sa position, aussi difficile à expliquer, était appréciée par une proportion importante de la population malienne dont la plupart voit au foncier une affaire de Boss. Tant qu’on n’a pas d’argent ou de relation, on ne peut prétendre la propriété d’une terre au Mali.

IBK avait promis un siège à la société civile. En réponse aux questions du porte parole de la société civile lors de la présentation de meilleurs vœux à la présidence, de façon ironique, IBK se désolidarise du comportement de certains  maires de Bamako qui ont tout vendu : des espaces verts aux cimetières. Cela pose un sérieux problème.

Aujourd’hui, dans ce dossier, IBK a donné main libre à la justice de gérer ce problème qui si l’on ne prête pas attention sera la cause d’une sévère manifestation civile.

Boubacar Yalkoué

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Il faut plus que cela…
    Monsieur le Ministre Bathily, le dossier relatif à “la vente illicite” de la parcelle réservée au Centre Culturel de Kati à la BMS-SA par la Mairie de Kati a été déposé au niveau du Secrétariat général de votre Département (Ministère de la Justice) en janvier 2014 à votre attention. Ledit dossier était signé par une dizaine d’associations de Kati. Nous sommes certains qu’il ne vous est pas parvenu.
    Je voudrais vous demander de bien vouloir faire examiner cette situation par vos services compétents.
    En effet, la vente de la parcelle réservée (depuis des années ) à la construction du centre culturel de Kati a été effectuée par la Mairie de cette ville en 2012.
    Les avis d’immatriculation dans le journal officiel “l’Essor” datent respectivement du16 novembre 2012 et du 06 février 2013.
    Le morcellement de la place en parcelles date du 29 mars 2013. Ce morcellement n’a été approuvé ni par le Conseil Communal, ni par les Services de l’Urbanisme de la région de Koulikoro. Le morcellement a lieu après les avis d’immatriculation et la vente. La BMS-SA a obtenu le titre foncier en moins de 06 mois. Une mairie a t-elle vocation à vendre des parcelle réservées à des infrastructures publiques ?
    Une place réservée à une infrastructure publique peut-elle changer de vocation par la seule volonté du Maire?
    A quel prix cette parcelle a-t-elle été vendue à la BMS-SA?
    Où est parti cet argent?
    Votre engagement permettra Monsieur le Ministre, que les Maires arrêtent d’utiliser la terre des communes comme leurs patrimoines.

  2. POURSUITES judiciaires contre 100 maires je peux dire plus que çà la justice malienne est en panne depuis très longtemps l’époque le gouvernement de MODIBO SIDIBE a été légaliser la corruption dans notre pays cette catastrophe 🙄 🙄 🙄

Comments are closed.