Crise sociopolitique au Mali : Le glas a sonné, le point de non-retour consommé !

3

L’heure est grave, le peuple retient son souffle. Car, le M5-RFP, l’acteur principal de la situation pour une bonne gouvernance a rejeté les propositions de la CEDEAO. Et dans le plus grand respect pour la communauté. Ainsi, le M5-RFP est déterminé à atteindre son objectif : la démission d’IBK et de son régime. Finalement, le glas a sonné pour le régime et le point de non-retour consommé.

Du 15 au 20 juillet, une délégation de la CEDEAO a séjourné au Mali. Avec l’objectif de trouver une solution à la crise qui secoue notre pays depuis un certain temps. Malheureusement, cette délégation est retournée bredouille. Car, elle n’a pas eu les mots justes pour convaincre le peuple debout contre le régime oligarchique d’Ibrahim Boubacar Kéïta.

Après plusieurs sorties d’avertissement effectués qu’IBK prenait pour de la plaisanterie, les Maliens ont opté pour la méthode forte. Ils ont occupé toutes les artères de Bamako et celles d’autres villes de l’intérieur comme dans de nombreux pays pour montrer leur détermination à mettre fin au régime corrompu du président IBK. Fou de pouvoir, il a fait sortir les forces antiterroristes pour massacrer le peuple à main nue causant des dizaines de morts et de blessés. Depuis, la situation va de mal en pis.

Auparavant, une délégation de la CEDEAO avait intervenu pour lui faire des suggestions qu’il a refusé l’application. Dos au mur, il a voulu prendre des maliens comme des moutons de panurge en voulant appliquer cette proposition qu’il avait rejetée. Ce que le peuple refusa de plein droit. Tout a finalement été gâté et c’est ce qui provoqua cette situation de morts et de blessés.

Ayant opté pour la désobéissance civile jusqu’à l’obtention de sa démission et de son régime, le M5-RFP se mobilise pour la reprise de ce mot d’ordre à partir de ce jour lundi 20 juillet 2020. Et ce sur toute l’étendue du territoire national et à l’extérieur. Face à cette nouvelle spirale, il est aujourd’hui opportun pour IBK s’il aime le Mali de rendre le tablier pour nous éviter un bain de sang. Dont seul Dieu connaît la finalité. Élu en grande pompe en 2013, par conscience, IBK doit se regarder dans la glace pour éviter au Mali une descente aux enfers. Car, vouloir s’accrocher au pouvoir devant un peuple décidé, déterminé, il y aura toujours des conséquences désastreuses. Alors, avant d’arriver à une situation qui va enfoncer davantage notre patrie, IBK doit s’assumer. Nous ne savons pas s’il va le faire nuitamment. Ce qui est sûr, au moment où nous mettions sous presse, la délégation de la CEDEAO s’apprêtait à quitter le sol malien après le rejet de sa proposition par des patriotes engagés pour sauver la patrie mère en danger. Et des rumeurs les folles circulaient qu’IBK voulaient jeter l’éponge pour le salut du peuple, son honneur et le bonheur du peuple.

B. DABO    

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Il n’y aura rien du tout. Le president va suivre et terminer son mandat. Il ne faut pas encourager cette pratique de non-respect de la legalite dans le pays. Si le president est fautif, il y a des voies legales par lesquelles passer. Dans tous les pays du monde il y a des problemes. Mais il faut apprendre a les resoudre de maniere non-violente. Le people malien doit regarder les autres et envier leur stabilite. Meme dans une famille stable il y a au moins quelqu’un qui souffre.

  2. Boua le ventru IBK a totallement decu le peuple Malien, il a echoue lamentablement et ceci sur tous les plans: politique, social, securitaire, economique et de gouvernance. Boua est le plus grand nullard, le plus gros faineant, le plus grand voleur, le meilleur Corrompu et le tres grand corrupteur de tous les presidents du Mal depuis 1960.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here