Départ du parti Yelema de la CMP : Un non évènement pour la majorité présidentielle

1
Moussa Mara au 2ème congrès ordinaire du parti Yelema, le Changement à Mopti: « Ce qui est en train de se passer à Mopti menace l’existence même de ce pays »
Une vue du presidium du parti Yelema

Après avoir gardé une position ronflante, l’ex Premier Ministre  d’IBK et non moins Président du parti de changement, Yeléma, Moussa Mara,  vient d’annoncer son départ de la mouvance présidentielle. Pour le regroupement de soutien aux actions du Président de la République c’est un non évènement au vu de la position ambigüe que gardait l’Homme depuis son départ de la Primature.

 Le parti Yeléma était en baroud d’honneur, le week-end dernier, dans la Venise malienne. Le parti  de Moussa Mara y a tenu sa Conférence Nationale. La principale décision prise à l’issue des travaux de cette rencontre est d’annoncer officiellement de son départ de la mouvance présidentielle.  Un départ qualifié de non évènement par tous ceux qui  soutiennent avec conviction les actions du Président IBK.  En fait, tous voyaient en Moussa Mara  un caractère d’Homme populiste, trop pressé de prendre la place du Roi. Eh  bien,  tel est l’Homme  qui faisait tous les éloges de son bienfaiteur Président IBK quand ce dernier l’a nommé Premier Ministre. En ce temps, tous ses discours étaient une invite à accompagner le Président de la République.  Le populiste n’avait  d’égard que pour celui qui l’a fait Chef du Gouvernement ; à savoir Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta. Pas un seul mot sur la vie de sa formation politique.  Une fois débarqué de la primature, l’Homme a multiplié des actions d’allégeance  autour des leaders  religieux de Bamako. Comme un oiseau qui vole d’arbre en arbre, Moussa Mara prie de mosquée en mosquée. En plus, il fréquente tous les milieux religieux de la place,  même les moins recommandables. Ce fut comme pour dire que ces derniers ont la clé de son ascension politique.

Le parti Yeléma qui n’a pas de poids politique a gardé sa position ambigüe jusqu’à ce jour où il annoncera son départ définitif du regroupement politique de soutien aux actions d’IBK. C’est pourquoi, a été qualifié de non évènement le départ de ce parti de la majorité présidentielle. C’est un départ qui ne semble pas être bien apprécié par les citoyens.

Ces propos d’un citoyen en dit long sur le sujet : «Après avoir partagé le gâteau commun avec le régime, Moussa Mara prend ses distances. Une prise de distance que je qualifie d’opportunisme. Quoiqu’il fasse le Peuple le jugera à l’aune de ses actes posés. Telle est mon appréciation de la nouvelle posture adoptée par le parti Yeléma».

Du côté de la presse, les critiques n’ont pas manqué à l’endroit de l’ex PM. Les confrères, dans leur majorité, annoncent la mort politique de l’Homme. Cela en référence à ses changements de discours.

D’un soutien indéfectible au gouvernement en étant dans le sérail, du semblant soutien à la majorité présidentielle et d’un départ de cette majorité, il n’a eu à franchir qu’un pas.  Telle est l’interprétation qu’ont fait les confrères pour décrire l’Homme Mara. La présidentielle de 2018 est au centre de cette précipitation.

Un adage de chez nous dit qu’on  recule pour mieux sauter. Celui-ci n’est pas adapté à la position de ce tonitruant politique qui marche à reculons Impréparation oblige.

 

Ambaba de Dissongo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.