Dioncounda Traoré après son investiture : «Nous sommes conscients des périls qui se profilent à l’horizon»

0

uste après son investiture comme candidat de l’Adéma-PASJ à l’élection présidentielle de 2012, le Professeur Dioncounda Traoré a tenu, dans une vive émotion, à remercier ses camarades militants, tout en lançant un appel solennel à l’unité et à la cohésion. Il a profité de l’occasion pour rendre un vibrant hommage à Alpha Oumar Konaré, premier président démocratiquement élu au Mali et a renouvelé son engagement vis-à-vis de l’actuel locataire de Koulouba, Amadou Toumani Touré. Nous vous proposons ici son allocution.

 Merci encore à ces cadres et à ces militants de base qui ont su préserver l’unité et la cohésion du Parti Africain pour la Solidarité et la Justice pour avoir vite compris que dans la division, la victoire est soit impossible, soit fortement précaire. Merci aux équipes qui nous ont assistés. Enfin, merci aux nombreux anonymes qui, de jours comme de nuits, continuent de se battre avec leurs moyens et souvent dans les difficultés pour le rattachement à ma modeste personne et par amour à leur parti l’Adéma-PASJ.

Hommage à Alpha Oumar Konaré

L’ADEMA PASJ, c’est ce parti qui a eu le privilège de conduire les premiers pas du Mali démocratique avec  Alpha Oumar Konaré, notre camarade, notre compagnon à qui nous adressons nos salutations affectueuses en ce moment solennelles. Nous saluons en lui, le militant passionné de la démocratie dont les convictions fortes ont permis de libérer les initiatives, de booster la créativité des Maliens ; annonçant ainsi un développement dans les coins les plus reculés de notre pays. Ce sont ses convictions fortes, son volontarisme et sa patience qui nous ont valu de compter parmi les rares vitrines de démocratie africaine en nous permettant, de connaître notre première alternance démocratique en 2002. Nous voulons également saluer en lui, l’inventeur du concept des pays frontières, le panafricanisme impénitent qui, en un mandat à la tête de l’Union Africaine, a porté l’Afrique vers la hauteur et la considération des opinions africaines et la Communauté internationale. Tout autant, avec le sens de l’engagement qu’on lui connaît, il a fait valider une vision partagée du continent et mis en place avant les délais, le Parlement, le Conseil de sécurité de l’Union, les pré-institutions financières et judiciaires, avant de donner à l’Afrique une visibilité qu’elle n’avait jamais atteint. Nous disons ici et aujourd’hui que nous sommes conscients des enjeux du moment, des périls même qui se profilent à l’horizon. Nous sommes conscients de nos qualités personnelles et celles de nos militants et militantes et notre extraordinaire atout qui est la masse. L’Adéma-PASJ doit consolider les acquis et un temps d’exercice démocratique pour redresser les erreurs inhérentes à cet exercice et aller vers d’autres victoires.  Nous le ferons avec son aide, nous le ferons avec son enthousiasme, nous le ferrons avec son savoir-faire.

L’engagement renouvelé et la main tendue à ATT

Permettez-moi, après Alpha Oumar Konaré, de saluer son successeur le président, Amadou Toumani Touré que l’ADEMA a accompagné et dont il partage le bila, dans ce qu’il a de meilleur, mais aussi dans ce qu’il a de moins bon. Permettez-moi de le remercier en votre nom, pour la confiance qu’il a placée en notre parti. Qu’il sache que l’Adéma-PASJ est fière du bilan qu’il laisse au Mali, qu’il sache que nous savons combien il sera difficile de faire mieux que lui. Mais, le futur président du Mali, n’a pas d’autre choix que de faire autant, sinon mieux, pour gouverner un pays.

 

Reconnaissance aux autres candidats aux primaires

Chers amis, distingués invités, j’adresse un remerciement particulier et soutenu à mes frères et à mes camarades Ibrahima N’Diaye. Ibrahima N’Diaye, Iba de maintenant et Iba de toujours, Sékou Diakité, Marimantia Diarra, Arouna Boiré, Ousmane Traoré, Tiéoulé Koné. J’exige que l’ADEAMA leur soit reconnaissant. En tant que président de ce  parti, je suis proposé pour porter les couleurs de notre parti, et je pense au plus profond de mon être, que toute militante et tout militant, a le devoir d’offrir au parti, toutes ses compétences et toutes ses connaissances, sauf a être déloyal vis-à-vis de son parti. Ils se sont généreusement offerts au parti, et je les en félicite. Mais, je voudrais également, exprimer notre reconnaissance, notre profonde gratitude, pour avoir désisté à ma faveur, permettant ainsi de creuser les dignités et la parfaite cohésion au sein du parti. Permettant, surtout d’étonner une foi de plus l’observateur non averti. C’est par cet acte, qu’ils ont donné la preuve, que tout comme moi, ils méritaient d’être choisis. L’aîné que je suis, je mesure toute la portée de cet acte qui a permis que nous soyons aujourd’hui dans cette salle, en regardant avec le sourire et en toute confiance dans la même direction. Celle de la remobilisation du parti  et tout son projet de société qui est celui d’un Mali démocratique, prospère, solidaire et juste.

L’engagement politique du candidat

C’est notre combat d’hier et c’est toujours notre combat d’aujourd’hui. Malgré les actifs enregistrés, la route est encore longue et nous ne saurions avoir de répits tant que la pauvreté ne sera pas totalement vaincue et la démocratie irréversible. Nous ne saurions avoir de répits que lorsque les réflexes menacés de la solidarité et de la justice sociale, ne serons pas revenus parmi les valeurs cardinales de notre pays. Il s’agit assurément d’une mission de plusieurs générations et dans cette mission, chaque apport est nécessaire. Chacun d’entre nous a le devoir de jouer sa partition et de livrer sa part de combat.

Pour notre part, nous nous ferons ce sacerdoce de n’agir qu’avec vous et pour vous, qu’avec le Mali et pour le Mali. Ni vos devoirs de contribuer à la relève de notre parti, ou si le temps est arrivé, de débattre de  sa place et de son rôle, de ses atouts et de ses contraintes dans  la construction du pays que nous voulons et de l’Afrique dont  nous rêvons. Nous  le répétons ici, c’est le projet de société de l’Adéma qui constitue l’ultime justification de  notre candidature. Le temps a passé, il reste des réalisations et notre projet de société n’a pas pris une sonnerie. Il dit qu’il est possible qu’il ait des mils dans chaque grenier en réalisant des signatures nécessaires et en créant la valeur ajoutée qui nous manque. Il dit que nos enfants peuvent et doivent  aller à l’école et ils survoleront un jour leur pays vers de hauts  parcs, qu’ils sont la force motrice du futur et que sans eux, il n’y a point de salut pour la Nation. Il dit que les uns ne sont rien sans les autres, que les uns ont besoin des autres, que cette chaîne est l’essence profonde de notre pays et qu’il faut la préserver. Il dit qu’aucun Malien ne saurait être supérieur à un autre. Il dit en un mot, qu’il est possible de faire en sorte que chaque jours, qu’il y ait meilleur vivre au Mali. Notre combat a été mérité et ne saurait être un combat personnel. Nous sommes candidats non pas parce que les combats menés jusque-là, nous en donne la légitimité, mais parce que nous avons l’ambition, l’énergie, les idées et la détermination pour un Mali encore plus grand, encore plus solide, encore plus fière. Tels était le centre du combat de tous ceux qui se sont battus hier pour que le Mali d’aujourd’hui soit, à tous ses camarades qui conduisent les séquelles de la prison et à ceux d’entre nous qui sont morts sous la torture ou de ces séquelles ; ceux qui sont aujourd’hui avec nous, dans les trajectoires différentes, nous disons que cette candidature est la vôtre. Aux martyrs dont le sang irrigue encore le Mali, à ceux qui ont laissé leur âme à la révolution de Mars 1991, à tous les parents de victimes ainsi qu’à toutes les familles ordinaires, nous disons également que cette candidature est la vôtre. A tous les Maliens, à toutes les Maliennes, jeunes et vieux, nous disons également que cette candidature est la vôtre.

Et au Tout-Puissant à qui nous rendons grâce de nouveau, nous ne demandons qu’une seule faveur : qu’il nous donne la force de servir le Mali et qu’il éloigne de nous toute tentation de nous en servir. Camarades militants  et  camarades militantes, encore une fois, merci pour votre confiance. Nous acceptons avec fierté votre investiture, nous acceptons également avec humilité. Nous abordons l’avenir avec humilité, ce qui nous caractérise, mais dans la confiance et  la détermination que nous sommes de votre soutien et de votre accompagnement militant. Vous nous avez fait confiance, pendant bientôt  11 ans pour présider et décider de notre grand parti. Continuez à nous faire confiance et nous vous conduirons à la victoire. Vive le Parti Africain pour la Solidarité et la Justice, vive le Mali démocratique et prospère dans  une Afrique Unis. Je vous remercie de votre aimable attention !

(Les inter-titres sont de la Rédaction)           


Commentaires via Facebook :

PARTAGER