Élections couplées au Burkina Faso : Le CMDID salue la maturité du peuple burkinabè

0

La fondation Centre malien pour le dialogue inter-partis et la démocratie (CMDID) a tenu, le lundi 21 décembre 2015, une conférence de presse à son siège  pour  partager avec les hommes des médias les recommandations issues de sa mission d’observation des élections couplées, présidentielle et législatives, tenues en début de ce mois au Burkina Faso. Elle était co-animée par Diajié Sogoba, vice-président du CMDID et son Secrétaire général, Dr. Moumini Soumano.

À l’entame de ses propos, le vice-président, Diajié Sogoba, a salué tout d’abord la maturité politique du peuple burkinabè, avant d’expliquer la raison de leur mission en terre burkinabè, qui n’était autre que d’observer le déroulement de ces deux élections couplées tenues le dimanche, 29 décembre 2015.

Prenant la parole, le Secrétaire général du CMDID, Dr. Moumini Soumano, a rappelé que leur mission a été financée entièrement par l’Institut néerlandais pour la démocratie multipartite (NIMD). Il fera ensuite savoir qu’après leur retour de la mission d’observation, il y a eu la tenue d’un atelier le 15 décembre passé à l’hôtel Salam, qui a rameuté des représentants des partis politiques. Le but était d’échanger la classe politique malienne sur les expériences acquises lors de ces élections présidentielles et législatives couplées tenues au Burkina Faso, un pays voisin. Dr. Soumano dira que le CMDID demande à la classe politique malienne de soutenir et d’accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre des recommandations issues de l’atelier d’échanges. Car, ces échanges, a-t-il déploré, ont relevé qu’il y a une confusion des rôles concernent les acteurs politiques et les acteurs de la société civile.

Dans la foulée, après ces échanges approfondis et fructueux sur les résultats du voyage d’étude et d’observation des élections présidentielles et législatives couplées au Burkina Faso, le CMDID demande de restituer de la mission aux partis politiques et à la société civile au niveau régional ; d’envoyer le rapport de la mission aux partis politiques et au Cadre de concertation du ministère de l’administration territoriale et des partis politiques; d’organiser une conférence de presse afin de faire une large diffusion des recommandations issues de l’atelier d’échanges.

Autres recommandations à faites cette fois-ci la CENI burkinabè : améliorer le travail des agents électoraux dans les bureaux de vote ; augmenter le nombre d’assesseurs par bureau de vote en cas de couplage des élections ; harmoniser la disposition des isoloirs dans les bureaux de vote ; éviter l’éclatement tardif des bureaux de vote afin que le numéro sur la carte d’électeur corresponde à celui du bureau de vote de l’électeur.

Quant au gouvernement malien, le CMDID recommande de créer une seule structure indépendante de gestion des élections ; d’adopter l’inscription volontaire des électeurs sur la liste électorale ; d’inscrire le numéro du bureau de vote sur la carte d’électeur ; de remettre la carte d’électeur à son titulaire à l’inscription ; de rapprocher le bureau de vote à l’électeur ; d’interdire le transport des électeurs le jour du scrutin ; d’ouvrir le bureau de vote à six (6) heures du matin….

Par ailleurs, selon les conférenciers, le coût financier de ces élections couplées burkinabè est estimable à 34 milliards de Fcfa.

Seydou Karamoko KONÉ

PARTAGER