Gouvernement de Boubou Cissé : L’URD préfère ses 500 millions à quelques strapontins

9

Depuis la nomination du Premier ministre Dr  Boubou Cissé le 22 avril dernier, le Mali est sans gouvernement. Raison invoquée : la ferme volonté du président de former un gouvernement de large ouverture. Aussi, a-t-il instruit à son Premier ministre d’engager des discussions avec les groupements politiques et autres partis solitaires en vue de la formation de la nouvelle équipe gouvernementale.

Le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) et la Coalition des forces patriotiques (COFOP) ont demandé et obtenu un préalable : la signature d’un accord politique et d’une feuille de route. Après un ping-pong entre l’opposition, la majorité et le chef du gouvernement, une mouture finale a été retenue. Celle-ci sera signée probablement ce jeudi 2 mai, à la Primature, entre les parties concernées.

D’ores et déjà, après avoir joué au dilatoire, l’URD de Soumaila Cissé, en réunion extraordinaire hier mercredi, a décidé de ne pas participer au gouvernement Boubou Cissé. Cette décision n’a pas surpris les observateurs avertis de la scène politique. En effet, au regard du statut de l’opposition qui procure à son leader, Soumaila Cissé, sécurité et stabilité financière, les témoins du microcosme politique s’y attendaient.

Ce statut de l’opposition concocté sur mesure par IBK au profit de Soumaila Cissé octroie à celui-ci un budget de 500 millions de nos francs soit près de 42 millions par mois. Ce pactole donne une hégémonie à l’enfant de Niafunké sur les autres opposants comme Modibo Sidibé, Oumar Mariko, Tiébilé Dramé et bien d’autres. Ce statut lui permet de réunir une bonne partie de l’opposition autour de sa personne. En clair, l’URD et son président fondateur préfèrent se satisfaire des 500 millions de nos francs plutôt que d’accepter des strapontins au sein du gouvernement.

L’intérêt national, l’union sacrée autour du Mali ne valent-ils mieux que 500 millions de nos francs ? Tout ce grand brouhaha pour faire partir SoumeylouBoubèyeMaiga se résume simplement à ça ?  On l’accusait d’être le blocage au rassemblement et à l’union sacrée. Voilà la réalité : les naïfs ont cru aux accusations non fondées, oubliant que Boubèye était un obstacle à leur ascension personnelle. En effet, après avoir réussi le départ de l’ancien Premier ministre, l’URD et ses alliés entament la seconde phase de leur logique putschiste, au regard des défis énormes qui attendent le gouvernement de Boubou Cissé.

L’URD et ses alliés, au lieu d’aider au sursaut national, ont choisi le camp de la contestation virile, pour tenter encore de donner un coup de massue au pouvoir. Une manière d’être dans le complot permanent pour prétendre réussir la chute d’IBK, avant la fin de son mandat, déjà prédite par le nouveau Cheick de Soumaila Cissé, le très respecté Chérif de Nioro. Seulement voilà : l’URD et ses alliés, qui prêtent aujourd’hui une oreille attentive à la subjectivité, oublient que notre bien aimé Bouillé Haidara n’a pas soutenu IBK, lors de la dernière présidentielle. Pourtant, Dieu a accordé un ultime mandat au président actuel. Le pouvoir c’est Dieu qui le donne, il le donne à qui il veut et au moment voulu.

Le refus de l’URD, d’intégrer le gouvernement Boubou Cissé, afin de participer à la construction nationale, est très édifiant. Il revient donc au parti présidentiel, le RPM, d’ouvrir grandement les yeux, de se ceindre les reins, de se battre pour faire face à l’adversité politique. N’est ce pas là une des moindres conséquences de sa complicité dans le départ de Boubèye de la primature ?

El Hadj ChahanaTakiou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. M. TAKIOU est un aigri social! Ce n’est pas les 500 millions qui ont fait de Soumaila le chef de file de l’opposition, mais c’est en tant que chef de file de l’opposition que les 500 millions sont mis à la disposition. CHAHANA, ce n’est pas IBK qui décide mais c’est le peuple malien. L’insolence de ce régime le conduira à sa perte et avec tous ses laudateurs. Essayez d’imposer au peuple malien les désirs des français et autres soutiens des criminels de la CMA et compagnie.

  2. M. TAKIOU est un journaliste amateur. Il se croit politologue également . La réalité est que cet homme prend fait et cause pour IBK qui lui a cloué le bec. Il est « El Hadj « . Cela veut beaucoup dire. Mais il faut avoir le courage de dire à ton bienfaiteur qu’il est sans vision politique , il doit s’en aller pour l’honneur et la dignité du Mali. Comment voulez vous qu’IBK gagnant de l’election présidentielle de 2018, n’arrive pas à diriger le Mali ? Aussi même sa famille politique est consciente de cette incapacité d’IBK à diriger le Mali. Voulez vous que l’URD s’associe à cette gestion calateuse pour être aussi comptable de cette gestion familiale du pouvoir . M. TAKIOU si tu as une contribution à faire , c’est d’encourager IBK à démissionner pour incompétence à diriger le pays. Tu parles de 500 millions /an alloués au chef de file de l’opposition, sans parler du budget de la présidentielle , non compris les sur-facturations . Ainsi va le Mali !

  3. “En clair, l’URD et son président fondateur préfèrent se satisfaire des 500 millions de nos francs plutôt que d’accepter des strapontins au sein du gouvernement.”
    El Hadj ChahanaTakiou TON MAITRE IBK NE SE TAPE-TIL PAS 14 MILLIARDS DE NOS FRANCS ( 1 MILLIARD ET QUELQUE PAR MOIS ) SE BALADE DANS NOTRE AVION DE 20 MILLIARD EN RAISON D’UN VOYAGE CHAQUE 2 SEMAINES, SANS RIEN APPORTER AU PAYS?
    D’AILLEURS, SOUS ATT, TON “MARI IBK” EN RECEVAIT AUTANT CHAQUE MOIS COMME ARGENT DE POCHE. BIEN SUR, IL NE VOUS EN DISAIT RIEN, PREFERANT GARDER TOUT POUR LUI SEUL ET SA FAMILLE….

  4. Si c’est DIEU qui donne le pouvoir ça veut dire qu’ il n’aime certainement pas les maliens car il n’aurait jamais permis à IBK de se présenter,a fortiori permettre qu’ il dirige ce peuple très croyant.
    LES OPPORTUNISTES NE PEUVENT PAS S’EMPÊCHER DE VOIR L’ARGENT PARTOUT COMME LEUR DIEU IBK.
    Ils ne croient pas à la politique par les IDÉES.
    Ce sont les IDÉES qui font avancer un pays,pas L’ARGENT.
    La première richesse d’un pays ce n’est ni l’or,ni le pétrole,ni aucune ressource que la nature a donné.
    LA PREMIÈRE RICHESSE C’EST L’HOMME.
    On ne peut aider notre pays que par des IDÉES.
    Est on obligé d’être dans le gouvernement pour apporter des IDÉES novatrices?
    Ce qui est primordial dans le cas malien,c’est la prise de responsabilité de celui qui occupe la tête de la première institution pour sortir le Mali de cette situation.
    On est dans un système démocratique c’est à dire celui qui se croit avoir la légitimité du peuple dirige les affaires et celui qui n’en a pas eu propose des IDÉES pour AIDER celui qui a la confiance du peuple,décide de sonner l’alerte si le gouvernement suive un chemin défavorable à l’épanouissement des maliens.
    SOUMAILA CISSE a décidé de ne pas jouer le rôle de celui qui pense avoir la légitimité sans le pouvoir nécessaire à l’application des IDÉES émises.
    Quoi de plus normal,quand on sait l’étendue de l’échec d’Ibk pendant son quinquennat et le vagabondage de ses LAQUAIS dans les différentes structures de L’ÉTAT .
    En politique,il faut savoir prendre des risques calculés.
    Le PARENA et le PSP peuvent prendre certains risques compte ténu du poids politique de leurs partis respectifs sur l’échiquier national que l’URD ne peut prendre.
    Le calcul est là,le PARENA et le PSP savent qu’ ils n’ont pas le poids politique pour remporter les prochaines élections,mais l’ URD incontestablement peut l’emporter s’il arrive à bien manœuvrer.
    Ces deux petits partis peuvent prendre le risque de partager la responsabilité de l’exécution des recommandations acceptées par les partis.
    UN GROS RISQUE COMPTE TÉNU DE LA NOMINATION UNILATÉRALE DU PREMIER MINISTRE.
    Le CLAN présidentiel dont fait partie Dr boubou CISSE est il capable de respecter la feuille de route?
    Très peu vont gagner leurs paris en répondant positivement.
    Les soutiens du Dr boubou CISSE ne sont pas crédibles pour qu’ on puisse risquer toute la crédibilité accumulée durant des années.
    On peut AIDER son pays sans être dans le gouvernement.
    L’essentiel est qu’ on est reçu à pousser le gouvernement à signer une feuille de route dont la non application peut signifier le déclin du règime.
    Le suivi de cette exécution peut suffire à l’URD d’ajouter sa petite Pierre dans l’édification de ce pays.
    Si un grand parti comme l’URD avait besoin de 500.000.000 de l’ ÉTAT pour faire fonctionner ses structures,il n’aurait pas été capable d’empêcher IBK de gagner dès le premier tour en 2013 et l’obliger à CONFISQUER LE POUVOIR en 2018.
    OSER LUTTER C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  5. Pour que la democratie marche on a besoin d’une opposition solide alors il ne faut pas croire que tout le monde va accepter de renter dans le gouvernement. C’est un jeu democratique pure et surtout tenir le gouvernement de Boua sur ses decisions dans la gouvernance qui souffre trop au Mali sous Boua IBK. BOUA KA BLA

  6. Ah bon!? Soumi ne serait pas partant à cause de 500 millions!!!
    Mais Mariko, Modibo, Mountaga, Konimba, etc ne seraient pas également partant. Pour eux aussi c’est à cause des 500 millions? Soit un peu honnête de temps en temps El hadj

  7. Ce journaleux est vraiment stupide. Parce que lui s’est vendu corps et âme à la famille présidentielle croit que le monde se résume à l’argent. Profites bien de tes miettes, cancre. Incapable d’écrire un seul article objectif, toujours là à faire de la lèche.

  8. C’est vrai dèh. Soumi préfère les 500 millions au gouvernement et à la construction du pays. Strapontin ou pas, en rentrant il perd ces sous et le titre de chef de filous de l’opposition.
    Tièblén veut aussi sa part puisque c’est sa dernière chance. Malheureusement le document est clair. Signer ne signifie pas avoir ipso facto un portefeuille.
    À bon bélier, salut.

  9. Es tu au sérieux Chien la Takouma? L’opposition peut il se résumer à 500 millions par an. Alors aucun principe ne vaille?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here